Skip to content

Doctors Without Borders’ Guinea Ebola Coordinator Says Virus “Out of Control,” Conde’s Promises Short on Delivery

November 9, 2014
EbolaBBCmap
Medecins Sans Frontieres (MSF) or, in English, Doctors without Borders (DWB) is putting out its second Ebola alert in two months stating the virus is “out of control” in Guinea. In an article further below, dated November 6, 2014, the DWB coordinator for Ebola in Guinea, Caroline Scholtes, says that with the virus spreading to several different geographic locations in the country, the two primary Ebola treatment centers, Conakry and the Forest region, are not adequate.  Further, Scholtes says,  “Ebola is likely to become endemic in Guinea. It’s depressing.”  And, it seems like Alpha Conde is  not being helpful.
 
In an October 26, 2014, article Rony Brauman, former head of DWB, said that DWB staff in Conakry complained that in May and June, Conde tried to coerce them not to be so public with information about the spread of Ebola in Guinea  because it was scaring people and would affect the economy (Read: it would affect investor interest in Guinea).  Unfortunately, Conde went further and accused the DWB staff of trying to enhance their own reputations with the public by providing updates about the outbreak!  Given that Conde’s very best friend, Bernard Kouchner, is the co-founder of DWB, you have to wonder whether he exerted influence to support Conde.
 
Today, new stats were issued for Guinea’s Ebola program: 1,813 cases, 1079 deaths.  Note that these numbers are considerably higher than figures given for Guinea over the last several months. In the second week of October alone, 100 new cases were reported in  Conakry.
 
It looks like Conde’s pressure to downplay the number of Ebola cases back in the spring and summer may have had some effect.  From the article below and anecdotal stories from Guineans who recently traveled to Guinea, there is little trust in Conde’s ability to handle the Ebola situation.
 
Please note that as of today, November 9, 2014, International SOS reports that Guinea’s Ebola status is “WIDESPREAD AND INTENSE TRANSMISSION”
 

Conakry (dpa) – For three full days, a man lies dying in midst of Marche Madina, a bustling market in Guinea’s capital, Conakry. It is one of the largest in West Africa. He is writhing in pain, then unconscious. Nobody dares approach him.The fear of Ebola, which killed more than 4,900 people across the region during the worst haemorrhagic fever outbreak in history, is written on everyone’s faces.A toll-free telephone number, 115 – set up by the health department as an Ebola hotline – is ringing but leads to a recorded message: “This number is currently unavailable.” Panic starts to spread.On day three, the Red Cross finally arrives to collect the man. But it’s too late. His body is taken straight to the morgue.The teams have been busy since the number of confirmed Ebola infections in Conakry dramatically shot up this month, according to the World Health Organization (WHO). A hundred new cases were reported in the capital in the second week of October alone.Ten months into the outbreak, which started in December in a small village in Guinea’s east, the country roughly the size of the United Kingdom has only two Ebola treatment centres.

One 85-bed facility is located in the capital, the other, with about 35 beds, is situated in the town of Gueckedou, at the opposite end of the country, a two-day car drive further east. There is no help for Ebola patients in-between.

Both treatment centres are run by medical charity Medecins Sans Frontieres (Doctors Without Borders), with some support from Guinean health workers.

The country’s public hospitals don’t have the know-how to treat Ebola patients. The only other facility for the population of 12 million is a transit centre in the south-eastern town of Macenta, the country’s current Ebola hotspot.

“There should be a treatment centre in each [of Guinea's 33] prefectures,” says MSF project coordinator Caroline Scholtes.

The WHO says 10 additional Ebola facilities are needed.

Even the better off middle class, which has the means to access private health care, is currently at a loss. The private Ambroise Pare Clinic in Conakry was shut down on October 10 after a nurse was infected with Ebola.

The entire staff is under observation for 21 days. A note reading “heightened epidemiological vigilance level” is plastered across barricaded doors.

That means the vast majority of the 1,553 Ebola cases the WHO recorded in Guinea by October 25 continue to be cared for at home – placing families and communities at high infection risk and making it extremely difficult to stop the spread of the deadly virus.

“We have a huge catastrophe on our hands,” a United Nations source in Conakry told dpa. “This is just the beginning.”

He believes the number of unreported cases is likely to be 10 times higher than the number recorded by the WHO.

The lack of treatment centres also means that most patients have to travel far, sometimes hundreds of kilometres, to reach help. Few Guineans own a car. Most rely on crowded, public transport.

Although the nation has a lower case load than neighbouring Sierra Leone and Liberia, experts believe the epidemic will be harder to contain here. Ebola cases are spread out across the country – and not concentrated in the capital, like in Liberia – and therefore harder to trace.

“In Guinea, Ebola is increasing exponentially in terms of case numbers as well as geographically. One or two cases in remote areas are enough to create a hotspot if systems are not in place,” warns Scholtes.

With every new case, contact tracing gets more difficult. One Ebola patient has an average of about 100 potential contacts.

“The outbreak is completely out of control. Ebola is likely to become endemic in Guinea. It’s depressing,” says Scholtes.

Disapproval of President Alpha Conde’s Ebola response is perennial among international aid organizations in Conakry, but no one wants to criticize the government publicly, out of fear their work might be hampered.

On paper, the president has led a strong fight against Ebola. He declared a “national health emergency,” warned against panic and believing in rumours.

Conde tried to negotiate with Guinea’s neighbours to lift travel bans that hurt the economy and pleaded for attacks on health workers and burial teams to stop. Last week, he called on retired doctors to offer their assistance in treatment centres.

“If we fight back immediately, the faster we can stop the disease from spreading,” said Conde.

But for now, Conde has translated few of his appeals and promises into practice.

For more background on Guinea and Ebola:

Ground zero in Guinea: the outbreak smoulders – undetected – for more than 3 months

Dispatch from Guinea: Containing Ebola

(EN-FR) Mr. Alpha Conde, when crimes excuse crimes | Mr. Alpha Condé, quand les crimes excusent les crimes

November 8, 2014

Guinea, September 28, 2009: state-sponsored massacre of opposition supporters

Mr. Alpha Conde, when crimes excuse crimes

During his visit on Saturday 25th of October, at the island of Kassa, Mr. Conde said in the Susu language “I asked the “Whites” to abandon the case of September 28 because there were the cases of 1985, 2006 and 2007 that have not been prosecuted.” With these derogatory remarks, Mr. Alpha Condé has confirmed the intentions attributed to him of sabotaging the investigation of the crimes of September 28, 2009. Mr. Conde’s statement is a troubling presumption of his complicity with the criminals accused of crimes against humanity. It reinforces the perception of collusion already evident with the presence in his government of these officers who have enjoyed promotions and are honored with medals. It further underscores the need for a fair and open trial to determine the extent and ramifications of the massacres of September 2009.

Guinea, January 22, 2007: government massacre of marching opposition supporters

The argument Mr. Alpha Condé used -lack of investigating past crimes of 1985, 2006 and 2007- is an unacceptable amalgam. Without vigorous reaction, this argument will forever imprint the culture of impunity in Guinea. This trivialization of political crimes is both cynical and criminal; it opens up a dangerous trap of complacency in which crimes of the day and those of the future will fall. The fact of excusing crimes by crimes generates an unhealthy political culture that mocks the victims, comfort the criminals and wrecks the collective memory of the Guinean nation. Believing that this contributes to national reconciliation is a treachery that will increase bitterness, lay the foundation for clashes and put the future of this nation in danger. Whichever way it is regarded, this ultimate form of irresponsibility is a national disgrace that must be firmly rejected.

The massacres and rapes of 2009 are imprescriptible crimes against humanity. Ignorance of this fact from Mr. Alpha Condé is unforgivable. It confirms a profound moral failure on his part. It is an outright betrayal of his oath as head of state that takes away the constitutional privilege he is endowed of being the ultimate guarantor of citizens’ freedoms. At the same time, it reinforces the image of a Guinea, a pariah among nations.

In an implicit response to the President’s attempt of diluting the judicial process in Guinea, the ambassador of the United States, Mr. Laskaris, on the 4th of November 2014, insisted during a conference in Conakry, on the moral imperative of punishing these crimes against women: “What I will never accept – as a human being, as an American and as someone who fears God’s judgment – it’s the fact that men forgive men for crimes against women.” Pottal-Fii-Bhantal has taken note of this statement. Certainly, Mr. Laskaris finds mitigating circumstances to the current Guinea Minister of Justice who remains entirely responsible in the denial of justice. But Mr. Laskaris’ demands of trial of the crimes against humanity of 28 September 2009 as first step in the entrenchment of justice in Guinea, is in agreement with the requests repeatedly made by Pottal-Fii-Bhantal as well as many victims’ associations and human rights organizations. We call on the ambassador for the United States to formally require specific actions in the prosecution of these crimes, with an implementation schedule and a monitoring mechanism. The lack of action by the Guinean government should be subject to sanctions from the United States.

The provocative and negligence actions of Mr. Condé since his accession to power require even greater mobilization around the issue of the crimes of 2009. Pottal-Fii-Bhantal Fouta Djallon appeals to all social components of the Guinean nation, Guinean residents in the Diaspora, opposition parties, victims’ organizations and the civil society as well as African and all international bodies, to ensure that the Guinean judges – set up as the committee to investigate the September 28 massacres- are finally removed from the investigations. The investigations should be transferred to the ICC as soon as possible.

Without a quick compliance to this call, we will all require the Security Council of the United Nations to impose sanctions on Mr. Alpha Condé and his entourage.

CENTRAL COMMITTEE POTTAL-FII-BHANTAL FOUTA-DJALLON

Signer la pétition contre les viols et les assassinats de 2009 https://www.change.org/p/1946560/
Bashir Bah: 301-310-1566

Mr. Alpha Condé, quand les crimes excusent les crimes

Lors de sa visite le samedi 25 octobre, à l’ile de Kassa, Mr. Alpha Condé a déclaré en langue Soussou : «J’ai demandé aux blancs de laisser l’affaire du 28 septembre parce qu’il y a eu celles de 1985, de 2006 et de 2007 et ils n’ont pas fait l’objet de poursuites». Avec ces propos désobligeants, Mr. Alpha Condé vient de confirmer les intentions qu’on lui prête de vouloir saboter les enquêtes sur les crimes du 28 Septembre 2009. Les propos de Mr. Alpha Condé constituent une présomption troublante de complicité avec les officiers accusés de crimes contre l’humanité. Ils renforcent la perception de collusion déjà manifeste avec leur maintien dans son gouvernement ainsi que des promotions des honneurs par des médailles. La déclaration souligne encore plus la nécessité d’un procès impartial et ouvert pour cerner l’ampleur et les ramifications des massacres de Septembre 2009.

Guinee, 22 janvier 2007: gouvernement massacre des partisans de l’opposition

L’argument utilisé par Mr. Alpha Condé du manque d’enquêtes sur les crimes passés de 1985, 2006 et 2007, est un amalgame inacceptable. Sans réaction vigoureuse, cet argument va entériner pour toujours la culture d’impunité dans notre pays. La banalisation des crimes politiques qui en résulte est à la fois cynique et criminelle. Elle ouvre une dangereuse brèche et une trappe de complaisance dans lesquelles passeront les crimes du jour et ceux de l’avenir. Le fait d’excuser des crimes par des crimes consacre une culture politique malsaine qui se moque des victimes, conforte les criminels et saborde la mémoire collective de la nation. Faire croire que cela participe à la réconciliation nationale est une tricherie qui ne fait qu’empiler les amertumes et attenter à l’avenir de la nation en faisant le lit à des affrontements dans le futur. De quelque façon qu’on la tourne, cette forme ultime de démission de l’état est un déshonneur national qui doit être fermement rejeté.

Les massacres et viols de 2009 sont des crimes imprescriptibles contre l’humanité. La méconnaissance de ce fait de droit de la part de Mr. Alpha Condé est impardonnable. Elle confirme une profonde faillite morale de sa part. Elle constitue une trahison pure et simple de son serment de chef de l’état qui lui ôte le privilège constitutionnel d’être garant ultime des libertés citoyennes. En même temps, elle renforce l’image d’une Guinée paria parmi les nations.

En réponse implicite à ces menées de dilution de la justice du président guinéen, l’ambassadeur des États-Unis, Mr. Laskaris, a insisté lors d’une conférence le 4 Novembre 2014 à Conakry, sur l’impératif moral de punir ces crimes commis contre les femmes : «Ce que je n’accepterai jamais – en tant qu’être humain, en tant qu’Américain et en tant que quelqu’un qui craint le jugement de Dieu – c’est le fait que des hommes pardonnent des hommes pour des crimes commis contre des femmes ». Pottal-Fii-Bhantal prend bonne note de cette déclaration. Certes, Mr. Laskaris trouve des circonstances atténuantes au ministre de la justice dont la responsabilité reste entière dans le déni de justice. Mais sa demande de faire du jugement des crimes contre l’humanité de 2009 une étape première dans l’enracinement de la justice en Guinée, est en accord avec les requêtes maintes fois formulées par Pottal-Fii-Bhantal ainsi que de nombreuses associations de victimes et des droits de l’homme. Nous en appelons donc à l’ambassadeur pour que les États-Unis exigent officiellement des actions spécifiques dans la poursuite de ces crimes, avec un calendrier d’exécution et un système de suivi. Le manque d’actions de la part du gouvernement guinéen devrait être assorti de sanctions de la part des États-Unis.

Les propos et la négligence provocatrice de Mr. Condé depuis son accession au pouvoir demandent une mobilisation encore plus forte autour du dossier des crimes de 2009. Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon en appelle à toutes les composantes sociales de la nation, des guinéens de l’extérieur et de l’intérieur, des partis de l’opposition, des organisations de victimes et de la société civile ainsi qu’aux africains et à toutes les instances internationales pour que les juges guinéens soient enfin dessaisis des enquêtes. Ces enquêtes doivent être transférées à la CPI au plus vite.

À défaut d’une suite rapide à cet appel, nous devrons tous exiger que le conseil de sécurité de l’ONU impose des sanctions sur Mr. Alpha Condé et son entourage.

La commission centrale de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon

Signer la pétition contre les viols et les assassinats de 2009 https://www.change.org/p/1946560/
Bashir Bah: 301-310-1566

Ebola in Guinea: Alpha Conde Coerces Doctors w/o Borders Staff to Downplay Seriousness of Epidemic

October 28, 2014

Rony Brauman, former president of Doctors without Borders

In an article (in French), the former president of Medecins Sans Frontieres (MSF) or Doctors without Borders (DWB), Rony Brauman, comments on progress in eradicating Ebola in the primary affected countries –Liberia, Sierra Leone and Guinea. In Guinea, Mr. Brauman stated  concern about Alpha Conde’s interference in the work of Doctors without Borders staff during May and June this year.  Conde accused  the health professionals of  “. . . trying to do too much, spreading panic about increased number of cases and promoting their organization.”  It appears that Conde was trying to muzzle  DWB in order to prevent investors from finding out that Guinea was part of a full-blown epidemic.

During July through September, it was difficult to find updated Ebola statistics for Guinea; in fact, it appeared cases were leveling out.  It is difficult to know whether Conde’s interference caused DWB to be less public with information during that time. On October 9, Doctors without Borders issued a press release about a spike in Ebola cases in Guinea. Not only was DWB concerned about increase in cases, but were short of beds as well.  Will Conde attempt to hush up DWB again?  He certainly has the leverage to do so; his best friend is former French foreign minister and co-founder of DWB, Bernard Kouchner. They met as school boys in France and have been friends for 60 years.

In a related article, “Why is Guinea’s Ebola Outbreak so Unusual?,” dated April 1, 2014, National Public Radio Radio interviewed Esther Sterk, a tropical medicine adviser to DWB, who shared concerns about the unusual spread of the virus in Guinea:

Doctors Without Borders has called the current outbreak of the Ebola virus in Guinea “unprecedented” — not because of the number of victims (so far at least 78 have died) but because the disease has traveled to various parts of the country. The widespread infection (which includes the capital city of Conakry) is at least unusual, the World Health Organization agrees, and presents more challenges than usual to the medical team seeking to contain the virus.

Sterk goes on to say that she “thinks” the virus has spread so widely because its “easy for people to travel from place to place in Guinea.” Perhaps there are other factors as well.

Finally, please see information from the CDC as of 10/25/14  showing a case count table and a map showing outbreak distribution for all three countries. Note that the Guinea part of this updated map, while not consisting of a large amount of cases, does show that the cases are distributed more broadly throughout the country than maps from a month or two ago.

STAY TUNED . . .

Ebola is getting worse in Guinea and no one’s paying any attention

October 18, 2014

don’t forget conakry

Ebola is getting worse in Guinea and no one’s paying any attention

http://qz.com/282643/ebola-is-getting-worse-in-guinea-and-no-ones-paying-any-attention/

by Frankie Edozien

When the Ebola outbreak began March it started in Guinea and soon spread to neighboring Liberia and Sierra Leone overwhelming hospital systems there. Monrovia has American boots on the ground, Sierra Leone is leaning heavily on her colonial mistress Britain as well as Cuban doctors, but Guinea has received minimal attention.

Of the nearly 9,000 cases, Guinea has had the smallest amount, at 1,472.  Yet it needs just as much help as its neighbors. Guinea, which is ground zero of this outbreak, is now the one country with the least amount of resources or even attention.

This week Doctors Without Borders or Medecins San Frontieres (MSF) warned that Guinea’s capital Conakry is seeing “a massive spike in cases.” The president of Guinea, where 843 people have died, has just begged retired doctors to come back and assist in the treatment effort.

When I first visited Conakry in 1999 to report on the funeral of Amadou Diallo, the unarmed Bronx resident shot 41 times by New York City cops who mistook his wallet for gun, I saw firsthand how beautiful, but impoverished the entire country was.

Even though Guinea’s bauxite exports ought to make among the richest nations on the continent, it was lacking basic infrastructure. The major city seemed like a very small town in any other country in the region.

From Conakry to the Fouta Djallon mountains, France’s colonial legacy was visible everywhere.

Yet in 2014 the French government has not given the commitment that Britain has given to Sierra Leone in the Ebola fight.

The healthcare system is still crumbling.

“It’s still the same or even worse now,” Diallo’s mother, Kadiatou Diallo told me Thursday.

“We don’t have any good hospital in Guinea, we have no infrastructure. Trust me Guinea is the worst (of the three countries healthcare systems).” The Maryland resident has been working with others in the diaspora to bring democratic principles to Guinea under the umbrella group Pottal Fii Bhantal, but also to build a world-class hospital in Conakry.

“One good hospital built in Guinea with solar power would go a long way. Even if someone wants a test they have to send it elsewhere. One good hospital will be a good start,” Diallo added.

Of course the few Guinean elite can fly to Paris or Morocco for their check-ups. The rest of the 10 million folks are the mercy of the government hospitals, which may not always have running water.

While the US military handles logistics and builds treatment centers in Monrovia, Diallo and others who form part of the Justice in Guinea group wish that was also the case in Conakry.

President Barack Obama has leaned on France’s president, Francois Hollande to step up.

“This is not simply charity,” the president. “Probably the single most important thing that we can do to prevent a more serious Ebola outbreak in this country is making sure that we get what is a raging epidemic right now in West Africa under control.”

It appears that Obama frustration with France is now public knowledge despite the administration’s refusal to ‘name and shame.’

But some Guineans in the US have not refused to name and shame pointing to their own leadership for failing them.

“The Guinean government has shown the worst leadership. The outbreak started in Guinea and they don’t know how to handle it,” said Bashir Bah, 60, a computer engineer who now makes Washington DC his home.

He says the reason the Guinea is lagging behind its neighbors is because President Conde, let go of qualified healthcare workers when he took over as president in 2010 in favor of cronies. “When Alpha Conde got into power one of the first measures was to total purge the health care staff and all the cronies took over. That’s the fundamental explanation. The root cause is ethnic,” Bah said.

Conde is from the Malinke ethnic group and they are about 35% of the population. He’s been accused of sidelining other ethnic groups including the Peul who comprise 40% of the Guineans.

MSF is building two new treatment centers with one in Conakry to tackle the influx of new Ebola cases after months of instability.

The Atlanta based Humes-McCoy Aviation will fly medical personnel to and from the region for aid groups who want it. They will do it at no cost as long as fuel is paid for.

Guineans in America will join other West African groups to hold a fundraising concert next month to raise funds for the hospital when every one leaves eventually.

And after Obama’s push, the French government said it would kick in some funds to build two treatment centers, but not before implementing stringent temperature checks from travellers jetting in from Conakry at its airport.

Follow Frankie on Twitter @FrankieEdozien. We welcome your comments at ideas@qz.com.

Sep 28, 2009 Massacre: Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon ThankYou Letter to High Commissioner of the UN for Human Rights (EN-FR)

October 15, 2014

Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon – Letter of thanks to Mr. Zeid Ra’ad Zeid Al Hussein, High Commissioner of the United Nations for Human Rights.

To the Honorable Zeid Ra’ad Zeid Al Hussein.
Our organization Pottal-Fii-Bhantal, over 7 years old, has setup a special program, JUSTICE IN GUINEA, in order to end impunity in our country, Guinea. We applaud whole-heartily your statement on September 28, 2014, on the fifth anniversary of the massacres of 2009, urging the Guinean government for tangible measures regarding officers who have been accused of crimes against humanity. On behalf of the countless victims who live abandoned, as they sustain hope for justice that no national authority seems to be willing to afford them, we thank you. Our members and supporters welcome your honorable position against the unacceptable presence of officers accused of crimes against humanity in the government of the Republic, which is in agreement with what Pottal Fii-Bhantal has pleaded in recent years.

The political irresponsibility of protecting known criminals and despising the victims has been a common source of civil wars, to which, unfortunately, Guinea is no longer immune. The policy of the ruling party is in this logic of reinforcing ethnic divisions, denial of justice and violation of laws. These systems of government inspired from the former totalitarian and military dictatorship regimes that littered Guinea’s history, is the very root of the criminal negligence that Mr. Alpha Condé displays, not the least, the mismanagement of the outbreak of Ebola that has rapidly spread to neighboring countries, and is in the verge of becoming a worldwide disaster.

Mr. Condé’s endless elusive practices to avoid blame for his notorious lack of responsibility are well known. Experience has shown that ordinary Diplomatic pressure has no effect on his autocratic mentality. To that matter, all observers agree that his discredited government is maliciously attempting to hide behind the urgency of the fight against the rampant Ebola to, once again, evade the repeated calls of every human right organization, for action in favor of true justice in Guinea.

On the basis of the increasingly hopeless situation in Guinea, our organization joined by all its grassroots supports, is coming to appeal to your institution for help to expedite the referral of the 2009’s crimes to the ICC. Given the well-known manipulative habits of Mr. Condé, your own appeal would be abided only if it is accompanied with targeted sanctions imposed on his close entourage and himself. The alternative recourse may well be to seek the support of the UN Security Council, by introducing a draft resolution for strict travel ban and freeze of assets, applied to all officials and military officers accused of crimes against humanity and obstruction of justice in Guinea.

Recurrence of endless repressive regimes in Guinea has resulted in economic misery, civic destitution and lingering despairs that are increasingly leading to the collapse of the Statehood itself. All actions to foster justice you would be part of, will contribute in stopping the inexorable descent of Guinea into the chaos of civil war and genocide, whose effects would be devastating for West Africa; especially in these times of epidemics.

As we reiterate our high hope for your early consideration of our plea for help, we remain available for any information that you would deem necessary to assist for your effective action.

Honorable Zeid Ra’ad Zeid Al Hussein, please find here the expression of our highest consideration and best regards.

CENTRAL COMMITTEE POTTAL-FII-BHANTAL FOUTA-DJALLON

 

 

Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon – Lettre de remerciements à Mr. Zeid Ra’ad Zeid Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations-Unies aux Droits de l’homme
À l’honorable Zeid Ra’ad Zeid Al Hussein.

Notre organisation Pottal Fii-Bhantal- créée il y a plus de 7 ans – a mis en place un programme spécial, JUSTICE EN GUINÉE, pour mettre fin à l’impunité dans notre pays, la Guinée. À ce titre, nous venons par la présente lettre vous féliciter du fond des cœurs pour votre déclaration en date du 28 Septembre 2014, à l’occasion du cinquième anniversaire des massacres de 2009, exhortant le gouvernement guinéen à des mesures concrètes en ce qui concerne les agents qui ont été accusés de crimes contre l’humanité. Au nom d’innombrables victimes qui vivent dans l’abandon, avec un espoir de justice qu’aucune autorité nationale ne semble prête à leur octroyer, nous vous remercions. Nos membres et sympathisants saluent votre position honorable contre la présence inacceptable des officiers accusés de crimes contre l’humanité dans le gouvernement de la République, qui est en accord avec ce que Pottal Fii-Bhantal a demandé ces dernières années.

L’irresponsabilité politique qui consiste à protéger des criminels connus et à mépriser les victimes a été une source commune de guerres civiles, dont la Guinée n’est plus à l’abri, malheureusement. La politique du parti au pouvoir s’inscrit dans cette logique d’accentuation des divisions ethniques, de déni de justice et de violation des lois. Ces systèmes de gouvernement inspirés des anciens régimes de dictature totalitaire et militaire qui ont jonché l’histoire de la Guinée, expliquent la négligence criminelle qu’affiche M. Alpha Condé, dont la mauvaise gestion de l’épidémie d’Ébola qui s’est rapidement propagée aux pays voisins, et est en passe de devenir une catastrophe mondiale.

Les pratiques évasives de M. Condé d’éviter le blâme pour son irresponsabilité sont bien connues. L’expérience a montré que la pression diplomatique ordinaire n’a aucun effet sur sa mentalité d’autocrate. Pour cette raison, tous les observateurs s’accordent à dire que son gouvernement discrédité tente malicieusement de se cacher derrière l’urgence de la lutte contre le virus Ébola sévit pour encore une fois, éviter de répondre aux appels répétés de toutes les organisations des droits de l’homme, en faveur d’action pour une vraie justice en Guinée.

Eût égard à la situation de plus en plus désespérée de la Guinée, notre organisation en concertation avec sa base, vient faire appel à votre institution pour accélérer le renvoi des crimes de 2009 à la CPI. Compte tenu des habitudes de manipulation bien connues de M. Condé, votre appel ne sera respecté que s’il est accompagné de sanctions ciblées, imposées à son entourage proche et lui-même. L’ultime recours pourrait bien être de demander l’appui du Conseil de sécurité des Nations Unies, par l’introduction d’un projet de résolution d’interdiction stricte de voyage et le gel des avoirs à tous les fonctionnaires et officiers de l’armée accusés de crimes contre l’humanité et d’obstruction de la justice en Guinée.

La récurrence sans fin de régimes répressifs en Guinée a entraîné la misère économique, la destitution civique et de persistants désespoirs qui de plus en plus conduisent à l’effondrement de la notion de nation elle-même. Toutes les actions visant à favoriser la justice, dont vous seriez partie, contribueront à arrêter la descente inexorable de la Guinée vers le chaos de la guerre civile et le génocide, dont les effets seraient dévastateurs pour l’Afrique de l’Ouest; surtout en ces temps d’épidémies.

Tout en vous réitérant notre grand espoir la prise en votre compte de notre appel à l’aide, nous restons à votre disposition pour toute information que vous jugez nécessaire pour votre action efficace.

Honorable Zeid Ra’ad Zeid Al Hussein, veuillez trouver ici l’expression de notre haute considération et de nos meilleures salutations.

LA COMMISSION CENTRALE DE POTTAL-FII-BHANTAL FOUTA-DJALLON

BAH OURY: While Int’l Comm Takes Action Against Ebola, Conakry is Confirmed to Be the Weak Link in the Int’l Strategy (EN-FR)

October 10, 2014

WHILE THE INTERNATIONAL COMMUNITY TAKES ACTION AGAINST EBOLA, CONAKRY CONFIRMED TO BE THE WEAK LINK IN THE INTERNATIONAL STRATEGY
To date, the WHO (World Health Organization) reported nearly 3,500 dead infected with Ebola haemorrhagic fever in the three countries of Liberia, Sierra Leone and Guinea. For Guinea, official statistics indicate nearly 750 deaths from the epidemic. However, eyewitness accounts reported deaths unrecorded in mining areas Banankoro and in border areas with Liberia side Prefecture Macenta. The official figure is already sufficiently alarming, so it is better to be transparent in accounting for victims in order to accurately assess the efforts needed to eradicate this scourge as quickly as possible in this part of the world.
The executive body of the United Nations, the Security Council adopted Thursday, September 18 resolution, which highlights deep concerns and serious concerns for the future of the countries of West Africa affected by the virus. The Security Council consider “the gains made by the country’s peace and development are likely to be wiped out by the Ebola epidemic.” The UN body then launches an alarm “cry the epidemic undermines the stability of the countries most affected, it can cause new episodes of civil unrest and social tensions, a worsening political climate and a worsening of the insecurity. “ Finally, the Security Council deems “the extraordinary extent of the Ebola outbreak in Africa constitutes a threat to international peace and security.”
2177 resolution and rightly draws diplomatic architecture in which the international community get involved to assist the three affected countries. President Obama is making three thousand soldiers in Sierra Leone and Liberia for the construction of health facilities to supplement the serious deficits in this area. Britain, it also strengthens its presence by sending hundreds of troops to support the efforts of Sierra Leonean authorities to stem the spread of the epidemic. For Guinea, initially Holland President of France, during his press conference on September 18 announced the construction of a military hospital in Guinea forest in solidarity, to assist our country in distress. Contrary to common sense and the need to mobilize all efforts to stop the virus, the Guinean authorities despise this contribution under the pretext that this would be a violation of the “touchy nationalism, Sekou Toure of the heirs.” Thus, a joint statement of Ministers Laurent Fabius and Marisol Touraine announced that the center will be managed by the French Red Cross with strong support of the French State (Foreign Affairs, Health, Defence and Interior).
This attitude of the Guinean government reflects a constancy of relegating to second place all initiatives that prioritize the interests of the people. Refusal of the French military hospital, while Liberia and Sierra Leone welcome sympathetically over three thousand American and British soldiers, refusal to take appropriate measures to stifle the development of the disease in Forest Guinea between December 2013 and mars2014, not to cancel the state visit of King Mohamed VI are so many acts who sacrifice the national interest. Indeed, Mr. Alpha Conde has no wish the presence of French troops in the country to use violence at will in the repression against the civilian population. The killings still unresolved from womey near Nzerekore and the militarization of this part of the country confirm our fears that the security logic of governance Alpha CONDE take over the deployment of appropriate means to fight against the epidemic. The evocation of a “touchy nationalism Guinean” makes us smile when we know that foreign troops are integrated into the presidential security service of the Head of State of Guinea.
While informed WHO and MSF sources worrying these latter days of the upsurge in the number of infected people in Conakry and Guéckédou aid received by the Guinean government fails the most affected areas .au same time the Guinean medical profession is about to be prefect décapité.Le Gueckedou Mohamed V Keita has echoed to feelings of abandonment. As usual, misappropriation of funds collected to serve other vested interests and chronic mismanagement of national projects through incompetence or laxity lead to feelings of frustration and anger at the population level. Thus the “government outreach missions” become popular outlets moments of frustration with the authorities. Womey, Forécariah and Coyah are some illustrations of the national outrage over a corrupt and insensitive to the distress collective governance. Ebola haemorrhagic fever in itself is a disease that can be overcome if the appropriate resources and strong political will are doing about it. Most of the political authorities of the countries of the subregion have already made efforts in this direction to protect their country against this devastating epidemic. Conakry shines as still in its “singularity irresponsible” to the detriment of national and international public health. M.Alpha CONDE to hide its responsibility for mismanagement of the epidemic which led to its spread in the sub-region, stirs media-and diplomatically to look good. Unfortunately the damage is already done. As someone said, “the water poured on the ground, are no longer recoverable.” Ultimately, Ebola is a mirror revealing the depth of the disaster had to Guinea to a long succession of governance anachronistic, irresponsible and villainous.
The current disaster command all the forces of the nation to review their attitude vis-à-vis a regime that inexorably leads the nation in chaos. The fight against Ebola requires constant effort, a strong political will, strict management of resources allocated for use exclusively affected populations and a high sense of responsibility and national interest. In the light of the duration in office, M.Alpha CONDE proved he does not satisfy any of its criteria. Cynically he claims that his only agenda is “the fight against Ebola” to justify the brackets for a time the national political process as provided by the Guinean constitution.
Our responsibility for the future of our country and the collective destiny of all Guineans is challenged more than ever. Regarding the strong international community, the resolution of the Security Council of the United Nations it must ignore the “sovereignty proclaimed” by irresponsible while their people are in distress leaders.
The danger is present in Guinea. We must fight to save our country from the decomposition.
Oury Bah
Former Minister of National Reconciliation
1st Vice-President of the UFDG

ALORS QUE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE SE MOBILISE CONTRE EBOLA, CONAKRY CONFIRME D’ETRE LE MAILLON FAIBLE DE LA STRATEGIE INTERNATIONALE
A ce jour, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) signale prés de 3500 morts infectés par la fièvre hémorragique Ebola dans les trois pays le Liberia, la Sierra-Léone et la Guinée. Pour la Guinée ,les statistiques officielles indiquent prés de 750 décès des suites de l’épidémie. Toutefois, des témoignages concordants font état de décès non répertoriés dans les zones minières de Banankoro et dans les zones frontalières avec le Liberia du côté de la préfecture de Macenta. Le chiffre officiel est déjà suffisamment alarmant ,aussi est-il préférable de faire preuve de transparence dans la comptabilisation des victimes afin de pouvoir évaluer avec exactitude les efforts à fournir pour éradiquer le plus rapidement possible ce fléau dans cette partie du monde.
L’organe exécutif des Nations Unies , le Conseil de Sécurité a adopté le jeudi 18 septembre une résolution, qui souligne de profondes inquiétudes et de graves préoccupations pour l’avenir des pays d’Afrique de l’Ouest touchés par le virus . Le Conseil de Sécurité estime « les acquis obtenus par ces pays en matière de consolidation de la paix et du développement risquent d’être réduits à néant par l’épidémie d’Ebola ». L’instance onusienne lance alors, un cri d’alarme « l’épidémie compromet la stabilité des pays les plus touchés , elle peut provoquer de nouveaux épisodes de troubles civils et de tensions sociales, une détérioration du climat politique et une aggravation de l’insécurité ». Enfin le Conseil de Sécurité juge « l’ampleur extraordinaire de l’épidémie d’Ebola en Afrique constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales ».
La résolution 2177 dessine ainsi à juste titre l’architecture diplomatique par laquelle la communauté internationale s’implique pour apporter son concours aux trois pays sinistrés. Le Président OBAMA déploie trois milliers de militaires en Sierra-Léone et au Liberia pour la construction d’infrastructures sanitaires pour suppléer aux graves déficits dans ce domaine. La Grande-Bretagne ,elle aussi renforce sa présence par l’envoi de quelques centaines de soldats pour appuyer les efforts des autorités Sierra-léonaises afin d’endiguer la propagation de l’épidémie. Pour la Guinée ,dans un premier temps le Président Hollande de la France ,lors de sa conférence de presse du 18 septembre annonce la construction d’un hôpital militaire en Guinée-Forestiére en signe de solidarité ,pour assister notre pays en détresse. Contrairement au bon sens et à la nécessité de mobiliser tous les efforts pour stopper le virus, les autorités guinéennes dédaignent cet apport sous prétexte que cela serait une atteinte au « nationalisme ombrageux,des héritiers de Sékou TOURE ». C’est ainsi qu’un communiqué conjoint des Ministres Laurent FABIUS et Marisol TOURAINE annonce que le centre sera géré par la Croix-Rouge Française avec un important soutien de l’Etat Français ( Affaires Étrangères, Santé, Défense et Intérieur).
Cette attitude du gouvernement guinéen traduit une constance qui consiste à reléguer au second rang toutes les initiatives qui mettent en priorité les intérêts des populations. Refus de l’hôpital militaire français, alors que le Liberia et la Sierra-Léone accueillent avec bienveillance plus de trois milliers de soldats américains et britanniques , refus de prendre les mesures idoines pour étouffer le développement de la maladie en Guinée-Forestiére entre Décembre 2013 et mars2014 ,pour ne pas faire annuler la visite officielle du Roi Mohamed VI sont autant d’actes qui sacrifient l’intérêt national. En effet, M. Alpha CONDE ne souhaite nullement la présence de militaires français sur le territoire national pour pouvoir utiliser la violence à sa guise dans la répression contre les populations civiles. Les massacres non encore élucidés de Womey prés de Nzérékoré et la militarisation de cette partie du pays confirment nos craintes de voir la logique sécuritaire de la gouvernance d’Alpha CONDE prendre le dessus sur le déploiement de moyens appropriés pour lutter contre l’épidémie. L’évocation d’un « nationalisme ombrageux des guinéens » fait sourire ,lorsque nous savons que des soldats étrangers sont intégrés dans les services de la sécurité présidentielle du Chef de l’Etat guinéen.
Alors que de sources bien informées de l’OMS et de MSF s’inquiétant ces jours ci de la recrudescence du nombre de personnes infectées à Conakry et à Guéckédou , l’aide que reçoit le gouvernement guinéen n’arrive pas aux zones les plus affectées.Au même moment le corps médical guinéen est entrain d’être décapité.Le préfet de Guéckédou, Mohamed V KEITA s’est fait l’écho de se sentiment d’abandon . Comme d’habitude, les détournements des deniers collectés pour servir d’autres intérêts catégoriels et la mauvaise gestion chronique des projets nationaux par incompétence ou par laxisme entraînent un sentiment d’exaspération et de colère au niveau des populations. C’est ainsi que les « missions de sensibilisation gouvernementales » deviennent des moments exutoires de la frustration populaire à l’égard des autorités. Womey, Forécariah et Coyah sont quelques illustrations de l’indignation nationale face à une gouvernance corrompue et insensible à la détresse collective. La fièvre hémorragique Ebola en tant que telle est une maladie qui peut être vaincue si des moyens adaptés et une volonté politique forte sont déployés pour la combattre. La plus part des autorités politiques des pays de la sous-région ont d’ores et déjà déployé des efforts dans ce sens pour préserver leur pays contre cette foudroyante épidémie. Conakry brille ainsi encore dans sa « singularité irresponsable » au détriment de la santé publique nationale et internationale. M.Alpha CONDE pour masquer sa responsabilité dans la mauvaise gestion de l’épidémie qui a conduit à sa propagation dans la sous-région, s’agite médiatiquement et diplomatiquement pour faire bonne figure . Hélas le mal est déjà fait. Comme dit l’autre , « l’eau versée à terre, n’est plus récupérable ». En fin de compte ,la fièvre Ebola est un miroir révélateur de la profondeur du désastre guinéen dût à une une très longue succession de gouvernances anachroniques, irresponsables et crapuleuses.
Le désastre actuel commande que toutes les forces vives de la nation revoient leur attitude vis-à-vis d’un régime qui inexorablement conduit toute la nation au chaos. La lutte contre Ebola exige constance dans l’effort, une solide volonté politique ,une gestion rigoureuse des ressources allouées pour servir exclusivement les populations sinistrées et un sens élevé de la responsabilité et de l’intérêt national. A l’aune de la durée au pouvoir, M.Alpha CONDE a prouvé qu’il ne satisfait aucun de ses critères. Cyniquement il prétend que son unique agenda est « la lutte contre Ebola » pour justifier la mise entre parenthèse pour un certain de temps du processus politique national tel que prévu par la constitution guinéenne.
Notre responsabilité pour le devenir de notre pays et du destin collectif de tous les guinéens est plus que jamais interpellée. En ce qui concerne la communauté internationale, forte de la résolution du conseil de sécurité des nations unies elle doit faire fi de la « souveraineté proclamée » par des dirigeants irresponsables alors que leur peuple est en détresse.
La danger est présent en Guinée. Nous devons le combattre pour sauver notre pays de la décomposition.
BAH OURY
Ancien Ministre de la Réconciliation Nationale
1er Vice-Président de l’UFDG

Ethnocratie au sommet de l’Etat: le Profiteur Alpha Condé, ethno impénitent à cupidité notoire.

July 27, 2014
Ethnocratie au sommet de l’Etat: le Profiteur Alpha Condé, ethno impénitent à cupidité notoire.
Accueil
“…pour caser les Malinkés il faut casser les Peulhs…”“Nous sommes donc pratiquement dans une situation d’apartheid en Guinée. On a d’un côté une « Hautaine Guinée », le bantoustan glouton qui avale tout et, de l’autre, un fouillis de foyers tribaux qui ne picorent que des miettes…”La Guinée souffre d’une terrible maladie, inoculée par un MEC (pour qui le trio « Méningite, Ebola, Cholera » est une aubaine pour quémander non pas des médicaments mais des sous) nommé Alpha Condé, président avide et à vie du RPG (Rassemblement des Profiteurs de Guinée) qui fait office de chef de l’Etat. Il s’agit de l‘ethnocratie, forme de gouvernement par lequel les représentants d’un groupe ethnique particulier accaparent indûment un nombre important de postes de commandement sans commune mesure avec son importance numérique au sein de la population totale, dans l’unique but de maintenir une position monopolistique et durable au détriment des autres groupes ethniques.AC n’est professeur de rien mais profiteur de tout et ce bonhomme n’a rien de bon. Comme un chef de gang, il n’est efficace que dans le mal. Il a divisé les Guinéens en étant que le Président de certains d’entre eux et non celui de tous. Pour masquer son incompétence, il a marqué sa politique du sceau de l’infamie et de la discrimination et instauré dans notre pays une «Condécratie».1)- Le Profiteur AC, ethno impénitentUn système anti-peulh initié par Sékou Touré est maintenu et renforcé dans l’Administration et les forces de défense et de sécurité (gendarmerie, police, etc.) contre les cadres Peulhs, même au prix de l’effondrement du service public.

Pour Alpha Condé, le problème guinéen est simple à résoudre: pour caser les Malinkés il faut casser les Peulhs comme si la prospérité des premiers dépendait de la marginalisation des seconds. Une insulte indirecte d’AC à l’égard des Malinkés, groupe auquel on le rattache alors que la presque totalité des Guinéens estiment que leur pays n’est pas le sien. Qu’Alpha Condé soit ancien Voltaïque ou nouveau Burkinabé, vrai Mossi ou faux Sénoufo, importe peu. Lorsqu’un leader mène une bonne politique, personne ne se préoccupe de ses origines et de la terre de ses ancêtres. Ce qui reste acquis, c’est que AC est pourri et faux.

Il s’est appuyé sur des Malinkés pour diviser les Guinéens et pouvoir régner. N’avait-il pas dit que tout Malinké qui ne vote pas pour le RPG est un bâtard ?

Vue de l’extérieur, la Guinée ressemble à un pays mono ethnique. Il suffit de regarder les minables émissions de la RTG (la radio télé-bidet guinéenne, avec des journalistes-griots aussi laids que nuls), de se rendre dans les ambassades guinéennes ou de rencontrer les délégations officielles qui se pavanent à l’étranger.

Ainsi, à la réunion du FMI et du groupe de la Banque Mondiale tenue à Washington en avril 2014, la délégation guinéenne était composée exclusivement de Malinkés: Madikaba Camara (ministre conseiller à la Présidence), Mohamed Diaré (ministre des finances), Sékou Traoré (ministre du plan), Ansoumane Condé (ministre délégué au budget), Lounceny Nabé (gouverneur de la Banque Centrale), Moustapha Naïté (ministre de la jeunesse), etc.

Il est important de toujours rappeler la part réservée par AC aux Peulhs dans leur propre Etat et qui les met dans tous les états. Pour lui, il y a des Peulhs en Guinée mais pas de Peulhs de Guinée.

Pour simplifier, l’Etat se définit, au plan juridique, comme une entité politique ayant pour support un territoire délimité, renfermant une population donnée et dotée d’un pouvoir institutionnalisé. Mais vu sous l’angle simplement politique et administratif, l’Etat se résume à l’ensemble des pouvoirs publics et c’est à ce titre qu’il faut jeter un regard sur le système exclusif et exécrable instauré en Guinée.

 

Concrètement l’Etat guinéen ce sont:

- La Présidence de la république
- La Primature
- La Présidence et la Vice-présidence de l’Assemblée Nationale
- Le ministère des Affaires Etrangères
- Le Ministère de l’Economie et des Finances
- Le Ministère de l’Intérieur
- Le Ministère de la Défense
- L’Etat-Major Général des Forces Armées et les 3 Etats-Majors (Terre, Air, Mer)
- La Gendarmerie Nationale
- La Police Nationale
- Le Ministère des Mines
- La Banque Centrale
- Le Trésor
- La Douane
- Les Impôts
- La Caisse Nationale de Sécurité Sociale
- Le Conseil Economique et Social
- Le CNOSCG (Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne)
- L’ONT (Office National du Tourisme)
- Le poste de Médiateur de la République
- Le Port Autonome de Conakry
- L’Aéroport de Conakry
- L’ACGPMP (Administration et Contrôle des Grands Projets et des Marchés Publics)
- L’Agence de Régulation des Postes et Télécommunications
- La RTG (Radio-Télévision Guinéenne)
- EDG (Electricité de Guinée)
- Le Conseil National de la Communication
- La Cour Suprême
- La CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante)
- Les représentations aux Nations-Unies, à l’UE, à l’UA, à la CEDAO, auprès d’autres organismes régionaux (financiers, bancaires ou religieux) comme ceux basés à Dakar, Tunis, Paris, Djeddah, etc.
- Les ambassades auprès des Etats membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations-Unies (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine), des autres grandes puissances économiques (Allemagne, Japon, Canada, Corée du Sud, Brésil, Australie, Belgique, Inde, etc.), des puissances régionales africaines (Egypte, Ethiopie, Algérie, Maroc, Nigéria, Angola, Afrique du Sud, etc.), des pays voisins (Sénégal, Côte d’Ivoire, Sierra Leone, etc.), des pétromonarchies (Arabie Saoudite, Emirats du Golfe, etc.)

Je réitère le défi déjà lancé et que personne n’a pu relever: indiquer un seul Peulh installé à un des postes précités, en dehors du Général Baldé de la Gendarmerie qui a prouvé par son comportement anti-peulh qu’il n’a aucun lien avec sa communauté d’origine.

En énumérant ces postes de haute responsabilité, je n’ai même pas évoqué la composition des équipes au sein des départements ministériels et de certaines administrations où un hideux décret anti-peulh de purification ethnique est systématiquement appliqué.

Un exemple des plus édifiants est fourni par EDG (Electricité de Guinée). Conakry est sans doute la capitale la moins électrifiée du monde. Il parait que notre « El âge whisky » Alpha Condé (qui avait exprimé sa honte d’être musulman avant d’aller souiller les Lieux-Saints de La Mecque) voulait donner de l’électricité à la Guinée mais que, selon son servile PM Saïd Fofana, «c’est DIEU qui ne l’a pas voulu»! Heureusement que notre pays est ensoleillé.

Voici donc l’organigramme d’EDG en septembre 2011. En le parcourant, on ne risque pas d’être électrocuté mais simplement interloqué.

Coordinateur Général de l’EDG: Abdoulaye KEITA (originaire de Siguiri)

Chef de Département Communication : Laye KOUYATE
Chef de Département Audit Interne : Mamadi KABA
Assistant du Coordinateur Chargé des questions d’Audit : Alkaly Mohamed CONDE
Conseiller Chargé du développement des Ressources Humaines : Oumar DIONG
Conseiller Chargé de Mission : Kalil DOUMBOUYA
Chef de Département Informatique : Pierre KOLIE
Chef de Département Mesure des Performances : Mamadouba M’Mah CAMARA

Coordinateur Général Adjoint Production et Efficacité Energétique : Alassane TOUNKARA

Responsable Production et Transport : Sayon DOUMBOUYA

Chef de Département Production Hydraulique : Fodé Kenneth CONDE
Chef de Département Mouvement d’Energie : Amadou Telly SAMAKE
Chef de Département Production Energie Renouvelable : Ansoumane CAMARA
Chef de Département Sites Stratégiques : Amine DIABY
Chef de Département Production Thermique : Fodé SOUMAH

Responsable Efficacité Energétique et Lutte Contre la Fraude : Yarie DIABY

Chef de Département Efficacité Energétique : Siba KOIVOGUI
Chef de Département Prévention Sinistres : Cheick DIAKITE
Chef de Département Lutte Contre la Fraude : Baba DIALLO

Coordinateur Général Adjoint/Exploitation : Morlaye Karo TOURE

Responsable Distribution et Exploitation Régionale : Lamine Evans SAGNO

Chef de Département Maintenance et Travaux : Moumini CAMARA
Chef de Département Dépannage : Zakariaou Diao CAMARA
Chef de Département Etude et Pose Compteurs : Alama CAMARA
Chef de Département Exploitation Régionale: Kerfala CONDE

Responsable Planification et Equipement : Oury DIALLO

Chef de Département Planification, Etudes et Stratégies : Aboubacar DIAKITE
Chef de Département Equipement : Lounceny MAGASSOUBA
Chef de Département Logistique : Mohamed Lamine CAMARA
Chef de Département Achats : Fodé Ismaël CAMARA
Chef de Projet Construction du Barrage de Kogbèdou : Diamadi BERETE

Responsable Ressources Humaines : Mamoudou DIAKITE

Chef de Département Santé : Kadiatou CISSE
Chef de Département Sécurité et Environnement : Bintou KEITA
Chef de Département Formation : Ibrahima CISSOKO
Chef de Département Administration et Plan de Carrière : Raymond BANGOURA

Responsable Administration et Finances : Sadabou DIABY

Chef de Département Administration : Ibrahima TOURE
Chef de Département Comptabilité : Moussa KABA
Chef de Département Contrôle de Gestion : Bangaly KOUROUMA
Chef de Département Trésorerie : Sanoussy CISSE
Chef de Département Patrimoine : Abdoulaye Daouda CAMARA

Responsable Marketing et Commercial : Lansana DOUNO

Chef de Département Marketing : Mohamed DOUMBOUYA
Chef de Département Grands Comptes : Aboubacar CHERIF
Chef de Projet Pose Compteurs : Hawa Doubani KEITA
Chef de Projet Recensement Clientèle : Kalil TRAORE
Chef de Département Commercial Ville de Conakry : Saa M’Bemba MILLIMONO
Chef de Département Commercial Villes de l’Intérieur : Youssouf DIABY

On n’a pas besoin d’une lampe électrique pour voir que, même avec les rares noms non malinkés, EDG est une niche communautaire peu éclairée. Peut-on donc rendre les Peulhs responsables de l’obscurité en Guinée ?

Même lorsqu’un Peulh occupe un poste important, il est harcelé et humilié pour le pousser à la démission. S’il résiste, il n’est plus payé, ce qui constitue une autre façon de le chasser. C’est dans une telle situation que se trouve Ismaël Baldé, président du Conseil d’Administration de la SOTELGUI (Société de Télécommunication de Guinée) depuis fin 2009. Il a expliqué son calvaire dans une interview accordée, le 17 juillet 2014, à Africaguinee.com.

Ce haut cadre intelligent, compétent et intègre est systématiquement écarté des négociations avec le syndicat sur le sort réservé à SOTELGUI, dirigée effectivement par Oyé Guilavogui, le ministre des Postes et Télécommunications. Pour détourner l’argent public, une société bidon dénommée OGUIFOK (Oyé Guilavogui Fodé Kaba Sécurité) a été créée et coûte, pour uniquement ses quatre vigiles, au moins 80 millions de Fg par mois payés par la SOTELGUI. M. Baldé, quant à lui, ne reçoit aucun salaire depuis 2011. En même temps, l’Etat débourse 38 milliards de Fg pour simplement payer les arriérés de salaires des travailleurs de la SOTELGUI qui génère pourtant de confortables revenus à travers une source rentable : la fibre optique.

Nous sommes donc pratiquement dans une situation d’apartheid en Guinée. On a d’un côté une « Hautaine Guinée », le bantoustan glouton qui avale tout et, de l’autre, un fouillis de foyers tribaux qui ne picorent que des miettes (Sossostan, Bagastan, Foutadjallonkestan, Kissistan, Lelestan, Lomastan, Kpellestan, Manostan, Konostan, etc.). Avec 18 lettres, le Foutadjallonkestan semble trop favorisé aux yeux d’AC (qui avait récolté frauduleusement les 18% des voix de Sidya Touré au 1er tour de la Présidentielle de 2010, alors que lui n’avait semé que de la haine). C’est pourquoi il a divisé ce foyer en un Foutustan (même pas Fouta ou Foula mais Foutu, c’est-à-dire ruiné !) appelé à disparaître et en un Roundestan disparate, financé, armé et encouragé à rejoindre la « Hautaine Guinée ». Bienvenue au Condestan en voie d’apparition !

On estime que la population guinéenne serait ainsi répartie:

Peulhs: 40%
Malinkés: 25%
Soussous: 20%
Autochtones de la Guinée Forestière: 15%

De sources généralement bien informées, l’armée guinéenne qui engloutit presque la moitié du budget de l’Etat et au sein de laquelle l’ethnocentrisme a pris du galon, aurait ses effectifs globaux dispatchés de la façon suivante:

4% de Peulhs
20% d’originaires de Guinée Forestière
25% de Soussous
51% de Malinkés.

Il s’agit de la troupe, c’est-à-dire ceux qui transpirent, qui avalent au quotidien de la poussière, qu’on gave de riz importé, qui n’ont d’habit que leurs tenues et qui ne sont véhiculés que pour attaquer les Peulhs contre lesquels ils sont dressés. En affinant les données, les officiers (tous grades confondus) seraient:

Peulhs à 1%
«Forestiers» à 15%
Soussous à 20%
Malinkés à 64%.

Quant aux officiers supérieurs proprement dits, exprimer leur nombre en pourcentage même arrondi éliminerait les Peulhs des statistiques. Et si on examinait le malheureux 1% concernant les Peulhs, on verrait certainement qu’il contient 90% de citoyens du « Manden Djallon », une créature ubuesque d’Alpha Condé et de 10% de ceux que ce dernier considère comme de « purs Peulhs». C’est tout simplement kafkaïen !

Je rappelle qu’à la mi-janvier 2014, la composition du « nouveau gouvernement de mission »

imposé à M. Saïd Fofana était la suivante: 34 ministres dont 18 Malinkés, 4 Soussous, 5 Peuhls et 3 « Forestiers » de souche. Des 6 ministres d’Etat, 3 sont Malinkés. Cette information a été fournie, en janvier 2014, par M. Lamine Camara dans l’article «Alpha Condé: du panafricanisme au tribalisme ».

J’insiste sur le fait que les Forces Armées Guinéennes ont été restructurées avec la complicité criminelle du Général sénégalais Lamine Cissé, afin que toute la chaine de commandement soit contrôlée par des Malinkés dans l’unique but d’empêcher l’accès au pouvoir d’un membre d’une autre ethnie.

Le recrutement dans l’armée est, depuis longtemps, systématiquement fermé aux Peulhs. Sous Sékou Touré, ils y étaient tolérés mais ne progressaient qu’à l’ancienneté. Un Peulh avec le grade de capitaine, c’était le top ! On peut facilement consulter la composition de la haute hiérarchie militaire guinéenne au 26/03/1984, date bénie à laquelle Dieu a débarrassé la Guinée de ce criminel.

Je souligne que le Profiteur AC pourrait également bénéficier de la complaisance juridique de la gambienne Fatou Bensouda, procureure générale de la CPI. Cette « Générale » ne fait pas preuve d’un enthousiasme débordant pour faire avancer certains dossiers compromettants pour les siens.

C’est donc toute une ethno stratégie sous régionale qui est mise en place pour reconstituer un empire mythique. Cette situation est plus choquante qu’inquiétante. En effet, ceux qui gèrent en ce moment la Guinée sont tellement aveuglés qu’ils croient que le soleil ne se couche jamais. Ils ignorent qu’ils ne peuvent pas réprimer indéfiniment les frustrations de toute une communauté. Un autre « juillet 1985 » pourrait se rééditer !

Evidemment, si les Peulhs sont marginalisés dans leur propre pays, c’est qu’ils sont victimes de la mollesse incroyable de certains leaders politiques en panne de charisme, opposants le jour et collabos la nuit. C’est trop facile de dire que rien n’est facile avec AC. Personne n’a demandé à l’opposition de prendre les armes pour le combattre mais de s’armer de courage afin de dénoncer immédiatement et systématiquement ses violations de la constitution. AC n’est pas fort; c’est une opposition faible qu’il a en face de lui.

Bien entendu, dans le contexte actuel de « Tout sauf un Peulh », aucun Peulh ne peut accéder à la Présidence de la République. Dans un vote purement ethnique, le premier tour voit toujours dans l’ordre un Peulh, un Malinké, un Soussou, etc. Au second tour, une coalition anti-peule fait mécaniquement gagner le Malinké. Hier, Sékou Touré s’était servi des Soussous; aujourd’hui, Alpha Condé se sert d’eux. Si, à l’égard des Peulhs, ce dernier entretient jalousie et haine, il est à noter qu’à l’égard de nos compatriotes de Guinée Forestière il affiche mépris et condescendance. Ce n’est pas pour rien que les militaires proches du capitaine Moussa Dadis Camara ont été confinés à Kindia, loin des centres stratégiques de la capitale. En cas de menace, AC qui est nul mais pas bête les verrait venir.

Après l’ère Lansana Conté (que les extrémistes Malinkés considèrent comme un accident historique) et le bref règne de Dadis (brutalement écarté avec la complicité du Général Konaté), les Soussous et les ressortissants de la Guinée Forestière devraient ouvrir l’œil, mais le bon:

En effet, « tout sauf un Peulh » = « tout sauf un Soussou » = « tout sauf un Forestier », qui équivaut concrètement à « tout pour un Malinké » !

S’ils ne veulent pas d’un Peulh, ils n’auront rien d’autre qu’un Malinké, se condamnant eux-mêmes à n’être que des transporteurs d’une couronne qui gravitera autour de leurs têtes sans jamais s’y poser.

Je ne dis pas qu’il faut absolument un Peulh à la tête de la Guinée pour que ce pays s’en sorte mais je pense que la Guinée ne s’en sortira jamais si les Peulhs y sont exclus. Chaque région dispose de ressources humaines qui ne demandent qu’à être mises au service du pays. Si un dirigeant ne préfère que ses parents, alors qu’il choisisse au moins les meilleurs d’entre eux. En Guinée, la priorité n’a jamais été de construire le pays mais de combattre systématiquement les Peulhs. Or, tant qu’on piétine les Peulhs, le pays patine. Si l’énergie déployée contre les Peulhs était réorientée vers le développement de la Guinée, en serions-nous là où nous sommes aujourd’hui? Pendant que cet égoïsme infécond nous ruine, le Profiteur Alpha Condé amasse une fortune, trésor de guerre qu’il pourrait, même après avoir été viré du pouvoir, employer pour déstabiliser la sous-région. AC n’est pas inquiet ; il est plutôt inquiétant.

  1. Le Profiteur AC, aventurier notoirement cupide

Alpha Condé est très mauvais. En effet, il s’est entouré de vautours pour piller la Guinée comme l’avait montré un document d’Africa Mining Intelligence, paru le 15/11/2012, sous le titre « Alpha Condé, l’empereur des mines ». Ce document, largement publié sur le web, constitue une mine de renseignements sur son clan constitué par :

-Mohamed Alpha Condé dit « Mac », fils du Profiteur. S’appeler «Mac» est bien significatif.
-Guillaume Curtis, le neveu
-Namory Condé, le frère « adoptif »
-Aboubacar Sampil, le bras droit du fils «Mac»
-Djènè Kaba Condé, l’épouse politique
-Mamadi Kaba Guiter, le beau-frère.

Ce club des six ne constitue que la partie visible de l’iceberg Condé. En fait, ce dernier est entouré de pourris dont il est le calife général. Avec lui, l’opacité est de règle. De colossales rentrées d’argent sont évoquées mais quel est l’usage qui en est fait ? Au moment où il s’est emparé du pouvoir, il a dit n’avoir trouvé dans les caisses de l’Etat que 50$ (seulement 50$ !). Aujourd’hui, « celui qui n’a rien géré » disposerait, comme bon lui semble, de plus d’un milliard $ dont :

  1. Les 25 millions $ de Palladino empruntés puis, parait-il, remboursés (avec quel taux d’intérêt et surtout dans quel intérêt ?) sans traçabilité comptable.
  2. Les 700 millions $ de Rio Tinto payés, semble-t-il, au Trésor Public. Qu’a fait AC de ce versement exceptionnel ?
  3. Les 60 millions $ de la société sud-africaine MTN versés, croit-on également, au Trésor Public.
  4. Les 150 millions $ empruntés à l’Angola et dont on ne sait pas clairement sur quelle piste ils ont atterri.

A quoi a servi tout cet argent ? Nos «honorables» députés qui sont censés pouvoir nous le dire restent muets. Quoi qu’il en soit, ces centaines de millions $ n’ont pas servi à améliorer le quotidien des Guinéens mais à gonfler des portefeuilles de particuliers.

Alpha Condé n’étant pas préparé psychologiquement à manipuler de fortes sommes (c’était un aventurier dans la précarité) cette overdose de dollars lui tourne certainement la tête. Il vient de donner (s’agit-il de son argent pour le financement de cette opération ?) 35 000 gilets de sauvetage aux usagers de la mer. C’est la Guinée qui a besoin de sauvetage. Les Guinéens accepteraient-ils qu’il se sauve après avoir saigné leur pays? Il pourrait même avoir préparé une montgolfière pour déguerpir sans grand bruit.

Conclusion

Alpha Condé est un malfaiteur durable. Il est ethno comme certains peuvent être écolos. Il est intellectuellement incapable, même avec un bac+40, de diriger un village. Pourtant, ce nul règne sans partage sur la Guinée depuis presque 4 ans. Un paradoxe qui s’explique. C’est parce qu’il est un politicard machiavélique, un menteur invétéré et un manipulateur diabolique qu’il a été coopté pour diriger notre pays. Ce genre d’individu est une sorte de ciment à prise rapide pour certains milieux d’affaires cherchant à s’attacher à la Guinée. C’est avec des nuls que des compagnies peuvent signer facilement les contrats miniers juteux pour elles. C’est aussi simple que cela.

Alpha Condé avait promis aux Guinéens une superproduction hollywoodienne. Il nous sert un film d’horreur sanglant et glauque. En 2010, avec officiellement 18% des voix au 1er tour de la Présidentielle, il a réussi grâce à des appuis mafieux à se hisser à la tête du pays. Maintenant qu’il dispose de l’armée, de la police, de l’administration et des finances il lui est encore plus facile de truquer n’importe quelle élection. Face à une opposition émasculée, cet «El âge» qui ne mettra jamais d’eau du Fouta dans son vin, termine un mandat indu et s’apprête à briguer un autre pour pérenniser le règne d’une dynastie communautariste d’un autre âge.

Il faut donc absolument le chasser par tous les moyens, de préférence par celui qu’il a utilisé pour prendre le pouvoir et qu’il compte réutiliser pour le garder: la violence. La Guinée a des citoyens formidables qui peuvent éjecter ce prédateur fort minable, sans remords d’autant plus qu’il est perçu par tous comme un apatride.

Pour terminer, quelques perles en vrac du web, visibles mais pas forcément risibles pour tous:

-J. S. Guilavogui, directeur du journal « Le Fouineur » et de « guineesudinfo.com » ayant été attaqué le 16/07/14 à Conakry par des militants du RPG en uniforme, le Haut Commandant de la Gendarmerie, le général Baldé a ordonné l’emprisonnement des agresseurs. Va-t-on vers l’établissement de l’Etat de droit en Guinée ? Pour ce haut fait d’armes, l’ancien «opposant hystérique » devrait accorder au général Baldé le grade de Maréchal.

Toutefois, une petite question : si l’agressé s’appelait, par exemple, « Modi Maadjou Kowlé », notre général aurait-il aperçu quelque chose, même avec des jumelles ?

- Le RPG vient de publier le recensement de la population guinéenne. Selon lui, Kankan est maintenant plus peuplé que les régions de Mamou et Labé réunies et dépasse même celle de Conakry ! AC a donc tenu sa promesse, faite le 6 février 2012, de démontrer que les « Peulhs ne sont pas majoritaires » en Guinée. Eh ALA ! koutoubou !!!

AC, spécialiste des magouilles statistiques, a sans doute comptabilisé les rebelles introduits en Guinée Forestière, les Dioulas de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso ainsi que des Bambaras du Mali, tous chercheurs d’or clandestins comme résidants permanents en Haute Guinée. Cette région aurait-elle bénéficié d’un « plan Marshall démographique » pour voir sa population grimper plus rapidement que celles des autres ? Même par insémination artificielle à grande échelle, difficile de se reproduire aussi vite ! Pendant qu’on y est, pourquoi le « malobali » AC ne corrige-t-il pas les anomalies du fichier électoral en recensant les ânes de Kankan comme adhérents du RPG ? Eh Kèla ! koutoubou !!!

-François Hollande vient de faire une tournée en Afrique en zappant la Guinée. C’est une excellente nouvelle. Que n’aurait-on pas entendu à la RTG ! Blaise Compaoré est, quant à lui, venu à Conakry pour 48h mais n’en a effectué que quelques-unes, le temps de supporter la formule débile d’AC vantant «l’amitié guinéo Burkina Faso ». C’est à se demander si S.E. le Pr. Alpha Condé n’incommodait pas ses pairs par ses impairs à répétition.

Je vous salue !

Ibrahima Kylé Diallo

 

Read more…

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 150 other followers