GUINEA: Letter to ICC Head, Fatou Bensouda, About Her Post-Election Statement

COMMENT

After two Guinean presidential elections in a row were stolen by Alpha Conde, both fraught with provable, staggering fraud, the people of Guinea are wondering today if they will ever participate in an election where their vote counts. Not only have they been disenfranchised in both elections, but these are the citizens among whom the Guinean government massacred and raped in an audacious attack on an opposition rally on September 28, 2009. It was obvious from the start that probable war crimes were committed. But, before a case can make it to the International Criminal Court, the crimes must first be tried in the court system of the country in which the crimes were committed. Indictments of the perpetrators of the September 28, 2009 massacre were highly unlikely because the case required the government to prosecute itself. Despite reassurances from the ICC head, Fatou Bensouda, that crimes against humanity had taken place, Guinean officials feigned interest in pursuing the case handing out a few indictments — just enough to keep the case in limbo between Guinean courts and the ICC. Before long, Guineans heard and saw less of Fatou Bensouda and it is highly unlikely Guineans will ever receive justice.When ICC prosecutor sent out a statement on October 14, 2015, about post-election violence to the people of Guinea, it sent the opposition into a tailspin. In rather terse language she notified “political actors” that she would prosecute them for any of an array of crimes under ICC jurisdiction. Glaringly lacking in her statement were similar warnings to the Guinean government and a general call to use restraint. Her statement is proof that she is doing the bidding of the Conde government and interested international actors to scare opposition protesters off the streets and, most likely, into jails. Guineans are not lost on the irony that Bensouda did nothing to further the September 28, 2009 massacre case, but she has been drafted to be Conde’s “cop” to police an opposition that has every reason in the world to be in the streets. .
Below is Prosecutor Fatou Bensouda’s statement followed by a statement from Pottal-Fii-Bhantal Fouta Djallon which has been working on issues associated wit the 2009 massacre.

Statement of the Prosecutor of the International Criminal Court, Mrs Fatou Bensouda, following growing tensions reported in Guinea
As part of its ongoing preliminary examination, my Office has been closely following developments in the situation in Guinea, including as they relate to the risk of possible violence leading to crimes falling under the jurisdiction of the International Criminal Court (“ICC” or the “Court”).
The Presidential election in Guinea is following its course. However, reports of growing tensions have recently emerged.
I would like to reiterate my call for calm and restraint to all political actors, and their supporters. I wish to reiterate that anyone who commits, orders, incites, encourages or contributes in any other way to the commission of atrocity crimes falling within the jurisdiction of the ICC is liable to prosecution either in Guinea or at the Court in The Hague.
My Office is closely following developments of the situation in Guinea.
OTPNewsDesk@icc-cpi.int
Source: Office of the Prosecutor
Elections in Guinea-letter Pottal Fii-Bhantal Fouta Djallon to Mrs Fatou Bensouda

New York October 16, 2015

Dear lady,
For the past six years, our organization, Pottal-Fii-Bhantal Fouta Djallon, and many associations of victims or human rights have been constantly challenging you personally to accelerate a referral to the ICC for crimes against humanity of 28 September 2009 in Guinea. Given the state of decay in which political regimes have deliberately kept the judicial system in Guinea, the Guinean people have hoped that the ICC would be a viable substitute for prosecution of political crimes in our country.
As of 14 October 2015, following the presidential elections, your office has made ​​a statement calling for calm and restraint but also threatening to prosecute people who commit crimes or incite violence.
If your appeal was limited to appeal for calm, it would be commendable. But, in this case, your veiled threats are regrettable in many respects. They echo the words of the Minister of Justice of Guinea. They leave the impression of collusion with those in power with a regrettable ignorance of acts recently committed by the security forces crimes, but also the frustrations of Guineans to have serious deficiencies during the election recorded and addressed. It is the legitimate and inalienable right of every Guinean – political leader or not – to rebel against any failure of governments – especially in an electoral consultation matter. But, by making threats that implicitly target the opponents of the regime, you give the impression to trample these legitimate and fundamental rights. Surprisingly, you seem to favor the maintenance of peace at any cost at the expense of justice and you leave a perception of bias towards those who are viewed by the Guinean people as usurpers of power through electoral manipulations.
If during the last six years, your office was not satisfied that terse statements on crimes against humanity in 2009, your calls would have had more chance of being taken seriously. Better, more drastic and concrete actions of the ICC in prosecuting criminals were the most effective way to ensure elections without violence and acceptance of results by all stakeholders.
Instead, for six years, your office has kept a disturbing silence about heinous crimes committed by the security forces of the regime which, despite the complaints of the victims were never heard by the Guinean justice system. You may recall:y include: the numerous killings of protesters, the attack and the summary execution of citizens dormant in Zogota, the kidnapping of youth in Conakry and their secret transfer to a military camp in Upper Guinea where, following 10 days of torture, two of them lost their lives, arbitrary arrests of military conspiracy rumors etc.
Moreover, despite repeated calls from all sides, we have not heard you disavow the presence in the Guinean government of officers accused of crimes against humanity for which your office is in charge of preliminary investigations. Finally, the ICC found no objection to the flagrant denial of justice by which not only the Guinean government prohibits Daddis Camara to return to his country, but also appear before the court, following his indictment for crimes of 28 September 2009.
These unfortunate oversights contradict the mission of the Office of the Prosecutor of the ICC. The ICC has guaranteed a wide independence and discretion to open and manage investigations and to propose the indictment of the accused in gathering evidence. However, in the case of Guinea, neglect and the perception of bias demonstrated by you has put that independence in a bad light. Incidentally, they tarnish the image of the jurisdiction of the ICC which remains a last resort for many African citizens living in countries with ruthless dictatorships.
As always, our organization and many victims’ organizations in Guinea assure you of their full availability to work with you in the search for justice. At the same time, our determination to spare no effort to bring about a Guinea rid of a gangrene of impunity is the reason for our public questioning of you.
Please believe in our regards.
The Central Committee of Pottal-Fii-Bhantal Fouta Djallon

Enlargements:
· Minister of Justice of Guinea
· Minister for Human Rights of Guinea
· FIDH
· OGDH
· Guinean associations of victims: AVIPA, AFADIS, AGORA, Camp Boiro
· Human Right Watch
· Human Right First
““““`· State Department Global Justice

Advertisements

Daddis presidential bid – Letter from Pottal-Fii-Bhantal Fouta Djallon to Mrs. Fatou Bensouda (EN-FR)

Daddis presidential bid – Letter from Pottal-Fii-Bhantal Fouta Djallon to Mrs. Fatou Bensouda.
New York, May 29, 2015
Dear Madam Bensouda,
Following the announcement of the candidacy of Mr. Daddis Camara in the presidential elections of Guinea, a coalition of 29 Human Rights organizations, including the FIDH and OGDH, made a statement to mark their indignation on this inappropriate bid which is a sign of contempt to the judicial process and to victims of the massacres of 28 September 2009.
On many occasions – by online petitions, memoranda and letters – our organization and many victims have called on you to request the transfer of the 2009 crimes against humanity’ investigation to the International Court of Justice. We’ve regularly kept you informed of the actions and statements of the Guinean government’s obvious denial of justice to the victims. On October 25th, 2014, in a speech in the Soussou language given in the Loos Islands, the Guinean President admitted having asked the “white folks” to put an end to the investigations. That same month, the justice minister, accused those who want that judicial proceedings to be expedited of having hidden political motives.
The culture of impunity is not only a legacy of past state violence in Guinea. It has become a method of governance. With the approach of presidential elections, the Guinean president wants to use the 2009 crimes to sow discord among the Guinean communities. The staging of demonstrations in the town of Nzerekore and the appointment in the government of a supposed ally of Mr. Daddis Camara, Mr. Boubacar Barry, are part of his plans. In addition, the authorities spread rumors of rebellion in the region from alleged accomplices of Mr. Daddis. A concerted effort is being made by the government to entertain the fiction of Mr. Daddis Camara political stature behind which Guinean citizens native of the Forest region would identify. The campaign is an insult to the Guineans from the southern region of Guinea who are strongly opposed to human rights violations which they have always been victims of. The governance by impunity introduced by the Guinean president has made ethnicity a screen to hide grave crimes. The goal – for the purposes of electoral maneuvering – is to make all denunciations of the crimes committed by the CNDD, an attack against local residents. These amalgams have served as cover for state crimes in Guinea and are the framework of perpetuating impunity.
Our organization and the associations of the victims believe that all conditions are met for your intervention. Since the charges made on a few officers in 2012, the Guinean judges in charge of the September 2009 crimes case have made no progress. This laxity is unacceptable. One of its consequences is to have enabled the Guinean government to inject in the electoral process an officer charged of crimes against humanity. Faced with this evident obstruction of justice of the Guinean government, it is the duty of the I.C.C to take up the issue of the killings. The Guinean populations and victims put their hope in your institution of last resort to begin the eradication of impunity in our country. This eradication is the only way to counter the confrontations the government of Mr. Conde has prepared with his policy of political division and legal laxity.
We remain available should you need any further information.
Respectfully,
COMMISSION FOR THE CENTRAL POTTAL-FII-BHANTAL FOUTA-DJALLON

 

Candidature présidentielle de Daddis – Lettre de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon à Madame Fatou Bensouda.
New York, le 29 Mai 2015
Chère Madame Bensouda,
Suite à l’annonce de la candidature de Mr. Daddis Camara aux élections présidentielles de la Guinée, une coalition de 29 organisations de défense des droits de l’homme incluant le FIDH et l’OGDH, a fait une déclaration pour marquer leur indignation sur cette candidature inopportune qui est un signe de mépris du processus judiciaire et aux victimes des massacres du 28 septembre 2009.
A maintes occasions – par pétitions en ligne, mémorandums et lettres – notre organisation ainsi que de nombreuses victimes vous ont interpellée pour demander le transfert des enquêtes sur les crimes de 2009 à la cour internationale de justice. Nous vous avons régulièrement tenue informée des actions et des propos de déni évident de justice aux victimes des crimes contre l’humanité de 2009 du gouvernement guinéen. En date du 25 octobre 2014, dans un discours en langue Soussou aux îles de Loos, le président guinéen a avoué avoir demandé aux « blancs » de mette fin aux enquêtes sur les massacres. Ce même mois, le ministre de la justice, accusa ceux qui veulent que les procédures judiciaires soient accélérées d’avoir des arrière-pensées politiques.
La culture de l’impunité ne procède pas seulement du passé de violence d’état en Guinée. Elle est devenue une méthode de gouvernance. À l’approche des élections présidentielles, le chef de l’état guinéen veut faire des crimes de 2009 un moyen de discorde entre les communautés guinéennes. Les montages de manifestations dans la ville de Nzérékoré et la nomination dans le gouvernement d’un supposé allié de Mr. Daddis Camara, Mr. Boubacar Barry, font partie de ses plans. En outre, les autorités répandent des rumeurs de rébellion dans la région par des prétendus affidés de Mr. Daddis. Cette campagne est faite pour entretenir l’illusion d’une stature politique de Mr. Daddis Camara derrière laquelle les guinéens originaire de la région de la Forêt se reconnaitraient. En soi, elle est une insulte aux guinéens de la région du Sud de la Guinée qui restent fermement opposés aux violations de droits de l’homme dont ils ont été toujours victimes. La gouvernance par l’impunité instaurée par le président guinéen a fait de l’appartenance ethnique un paravent pour des crimes imprescriptibles. Le but visé est de faire – à des fins de marchandages électoraux – de toutes dénonciations des crimes commis par le CNDD, une atteinte aux habitants de la région. Ces amalgames sont la couverture aux crimes d’état en Guinée et le cadre de perpétuation de l’impunité.
Notre organisation et les associations des victimes considèrent que toutes les conditions sont remplies pour une intervention de votre part. Depuis les inculpations de quelques officiers en 2012, les juges guinéens en charge du dossier des crimes de Septembre 2009 n’ont fait aucun progrès. Ce laxisme est inacceptable. L’une de ses conséquences est d’avoir permis au gouvernement guinéen d’injecter un accusé de crimes contre l’humanité dans le processus électoral. Face à cette obstruction manifeste de la justice du gouvernement guinéen, il est du devoir de la CPI de se saisir du dossier des massacres. Les populations guinéennes et les victimes placent leur espoir en votre institution de derniers recours pour entamer l’éradication de l’impunité dans notre pays. Cette éradication reste le seul moyen pour contrer les affrontements dont le gouvernement de Mr. Condé a préparé les conditions de par ses politiques de division et de laxisme juridique.
Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire et vos prions de croire à nos sentiments distingués

Pour la commission centrale de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djalon

Dangerous Game: Guinea’s President Plays the Ethnic Card by Peter Pham

 Link to French version appears after the English version

May 12, 2015

Source: Présidence de la République de Guinée

Two months ago, I warned that unless the international community steps up quickly to pressure the incumbent regime in Guinea to achieve a consensus with the political opposition and civil society regarding the sequencing and scheduling of the elections constitutionally required less than six months from now, the West African country’s belated and fragile democracy might well prove stillborn. Last month, I noted that there were alarming signs that tribal tensions were being stoked and that, in a region where ethnic groups transcend borders which themselves are all-too-porous, such a conflict will be impossible to contain. Now these worst fears are being confirmed by the actions of Guinea’s President Alpha Condé.

Guinea has extraordinary potential for prosperity and, indeed, wealth, thanks to its prodigious natural resources (including the largest bauxite reserves in the world). Moreover, unlike some of its neighbors, it does not want for water: the country has, in fact, been described as the “château d’eau d’Afrique de l’Ouest” because of the many great rivers—including the Niger, the Senegal, and the Gambia—which flow from its highlands. But for all these endowments, the country has seen precious little development, ranking a miserable 179th place among 187 countries in the most recent edition of the Human Development Index published by the United Nations.

The incumbent head of state, Condé, who came to power in disputed elections in 2010, has given voters few compelling reasons to award him a second and final term in the presidential election scheduled for October 11. Both urban and rural poverty have increased during the president’s tenure according to his own finance ministry’s report to the International Monetary Fund. The country faces a multimillion-dollar action in a U.S. federal court seeking to enforce a May 2014 decision by the Common Court of Justice and Arbitration, the highest tribunal of a sixteen-member African regional body on commercial law to which Guinea belongs, ruling that the Condé regime illegally ripped up a port management contract with French cargo company, Getma International. Aside from the nearly $50 million judgment against the government, the harm to the country’s reputation with desperately needed foreign investors is incalculable. And all this was before military and security forces started firing on protesters who, in recent weeks, have regularly been gathering peacefully in the capital of Conakry to support opposition demands for a free, fair, and transparent electoral process.

Absent positive achievements of note, it is not surprising that the embattled leader might turn to a crass appeal to ethnic divisions. Although precise numbers are hard to come by absent a reliable census since colonial times, it is generally estimated that the 11.5 million Guineans are roughly divided between the Peul (or Fulani) with some 40 percent of the population, the Malinké with about 30 percent, the Sousou with around 20 percent, and various smaller groups who make up the remaining 10 percent. Since independence in 1958, the country has been governed by three Malinké (Ahmed Sékou Touré, 1958-1984; Sékouba Konaté, 2009-2010; and Alpha Condé, 2010-present), a Sousou (Lansana Conté, 1984-2008), and a Guerze from the Forest Region (Moussa Dadis Camara, 2008-2009). Despite the group’s numerical plurality, no Peul has ever been president, although a good case might be made that opposition leader, former Prime Minister Cellou Dalein Diallo, who handily won the first round in the 2010 election had the race stolen from him in the run-off despite an electoral pact with the third-place finisher, former Prime Minister Sidya Touré, who threw his support behind him.

This sets the context for the crass tribal appeal Condé made this past weekend when he flew to Kankan, Guinea’s third-largest city and the center of the Malinké lands. There he was warmly welcomed by the regional governor, Nawa Damey, who is best known for having used his position as minister of territorial administration in the interim government during the 2010 election to put in as head of the national electoral commission Louceny Camara between the two rounds of voting and to pressure local government officials to throw their weight behind Condé’s candidacy in the run-off; his prize was an appointment by the new leader as head of this key bastion. Responding to the governor’s welcome, Condé pandered to the massive crowd of supporters with a nearly forty-minute speech, an audio recording of which I received from a friend in Guinea. What was most disconcerting about the discourse, however, was Condé’s opening and the enthusiastic response it received: “Si vous avez accepté le gouverneur Nawa Damey, alors qu’il est forestier, c’est parce que la Guinée appartient aux malinkés, aux forestiers et aux soussous!

“Guinea belongs to the Malinké, to those from the Forest Region, and to the Sousou!” No mention of the Peul, the country’s largest ethnic group. A cynical, possibly even rational, political play, to be sure, but certainly not the statesmanship one would expect of a man who would be president of a multiethnic country—at the very least it is a highly irresponsible gambit in one of Africa’s most volatile and fragile subregions, one just recovering from long years of conflict, recently afflicted by Ebola, and currently on edge with an uptick in Islamist militancy coming out of the Sahel. We have seen the seeds of this type of poisonous tribalism sown before elsewhere in Africa and the harvest is always unfailingly bitter. The international community had better start paying more attention to the dangerous game that Alpha Condé is playing before it is too late.

J. Peter Pham is Director of the Atlantic Council’s Africa Center. Follow the Africa Center on Twitter at @ACAfricaCenter.

Link to French version: 

Jeu dangereux: quand le président de la Guinée joue la carte ethnique

Why Guinea’s Election Crisis Matters by Peter Pham

The Guinean opposition has always enjoyed the support of the overwhelming majority of Guineans, as evidenced in this 2013 video.

The following article appeared in the April 23, 2015 issue of the US News and World Report. You will not find a better assessment of the dire political situation in Guinea today.  The author, Peter Pham, is to be commended for his research and for parsing out the truth often masked by government disinformation campaigns.

Why Guinea’s Election Crisis Matters
The country is key to maintaining peace and stability in West Africa.

Guinea security forces and protesters on Monday, April 13, 2015.
By J. Peter Pham April 23, 2015 | 11:00 a.m. EDT + More

The international community breathed a collective sigh of relief following the recent presidential, parliamentary and gubernatorial elections in Nigeria. Although the competition was the fiercest Nigerians have ever seen and the polls were marred by some irregularities and a few regrettable episodes of violence, the graceful concession of the defeated incumbent president and the magnanimity of his challenger pave the way for next month’s historic peaceful, democratic handover of power in Africa’s most populous country. It is a significant milestone, not only for Nigeria, but for Africa as a whole.
But imagine what would have happened if President Goodluck Jonathan had rigged the election process or simply refused to accept President-elect Muhammadu Buhari’s win at the ballot box? That’s what President Alpha Conde is trying to do in nearby Guinea, a geopolitically sensitive nation in the same West African subregion, where the political upheaval and ethnic conflict being risked could easily spill over into neighboring countries, including Mali, Liberia, Sierra Leone and Ivory Coast, all of which are just themselves emerging from prolonged periods of civil strife. Consequently, there is an urgent need for the international community to engage more robustly in Guinea. The good news from Nigeria should not be an excuse for complacency about the prospects for democracy and stability elsewhere in the region.
Moreover, we should not view Guinea merely through the prism of Ebola, despite the efforts of the incumbent president to blame everything on the epidemic of which his country has been the unfortunate epicenter, as he shamelessly did this past week in Washington. Even before the outbreak of deadly disease wreaked havoc with the economy, both urban and rural poverty were increasing during the president’s tenure according to his own finance ministry’s report to the International Monetary Fund. Unable to run on his weak record, Conde, in office since a disputed election in 2010, is using every trick in the book to remain in power. Recently, the regime has been increasingly blatant in rigging the electoral process to ensure that it “wins” the elections scheduled for less than six months from now.
The political opposition realizes that it is being railroaded by the government, which controls the so-called Independent National Electoral Commission. That body has rejiggered the electoral calendar to give an insurmountable advantage to the incumbent president, who has refused to engage in a political dialogue with the opposition for almost a year.
Frustrated by both the government’s intransigence and the international community’s lack of attention, the coalition representing the major opposition parties has taken to the streets to demand free, fair and transparent elections. The peaceful demonstrations, including a massive one planned for this Thursday, have continued despite the regime’s attempts to violently repress them. On Monday, for example, several protesters, including a 15-year-old boy, were wounded when live rounds were fired at them by police.
As a result of these demonstrations, Conde’s government has finally offered to renew dialogue with the opposition. However, Cellou Dalein Diallo, a free-market economist and former prime minister, and other leaders of the opposition coalition have declined to participate in talks with the government until two conditions are met: the pro-government electoral commission must cease to function and be revamped; and the timetable for elections which the commission unilaterally announced must be dropped in favor of one which represents the consensus of all stakeholders. Speaking from Paris on Wednesday, Conde rejected any change to the election timetable.
The preconditions are necessary because opposition leaders do not trust Conde and think that the offer of negotiations is little more than a clever trap, just fruitless dialogue designed to waste time as the electoral clock continues to tick.
The opposition is confident that it has the support of the masses. Of course, it will have to prove that assertion at the polls. But for that to occur, the entire electoral process must be free, fair and transparent. And the process has to begin long before the Oct. 11 date chosen for the presidential vote. The opposition is demanding, quite reasonably, that local elections that Conde has postponed on one pretext or another for more than four years be held before the presidential poll, in accordance with Guinea’s laws as well as the repeated promises of the president himself.
Why is this so important? First, there is no basis in the Guinean constitution for the repeated postponements of these elections and, as a result of them, as both opposition politicians and civil society leaders have pointed out, none of those occupying local government offices – mayors, local council members, ward chiefs, etc. – has a legal mandate. Second, as many observers have noted, the criteria under which these officials have been retained without the consent of their constituents has been their allegiance to the president. Third, these same unelected local officials, dependent as they are upon the incumbent for their livelihood, will be the very people who, at the grassroots level, will not only be determining who can register to vote ahead of the polls and who casts ballots on election day, but will themselves be counting ballots and tabulating results.
Opposition candidates and pro-democracy advocates alike fear, justifiably, based on their experience in the controversial 2010 presidential election from which many reports emerged of fraud, that the process will be corrupted. Thus, these activists have called on the international community, especially the United Nations, the African Union, the Economic Community of West African States, the European Union, France and the United States, to engage more energetically in Guinea to ensure a level playing field for the upcoming local and presidential elections. Deploying foreign observers to monitor polling sites on election day would be too little too late.
Why does Guinea matter? Why should the international community, with so many crises demanding attention, even care? Guinea matters because it constitutes a case of arrested development, a country which has never realized its ambitions despite extraordinary human and natural resources – among other things, it holds two-thirds of the world’s largest reserve of bauxite, and prodigious amounts of gold, diamonds, iron ore, graphite, manganese and other mineral resources – that could make Guinea potentially one of the richest nations in Africa. Alas, since independence in 1958, the country has been run by a series of authoritarian leaders who have ruled from the top down for the benefit of the fortunate few, not for the entire nation. Moreover, without credible elections, Guinea risks plunging into a profound political crisis and, indeed, outright conflict. Ethnic tensions are already being stoked and, in a region whose borders were very recently shown by the rapid spread of the Ebola virus to be all-too-porous, such conflicts will be impossible to contain.
To head off this very real threat, the international community needs to engage now to ensure free, fair and transparent elections yielding credible results acceptable to all Guineans. It not only matters for the people of Guinea, but is critical to maintaining peace, stability, and democratic gains of the entire region.
J. Peter Pham is director of the Atlantic Council’s Africa Center.

One by One, Opposition Parties Saying “Conde’s Got to Go” Here is Bloc Liberal’s Statement

Crise politique : les flèches de Faya Millimouno contre le régime d’Alpha Condé

Fidèle à lui-même, Faya Millimouno a dans une déclaration dont nous détenus copie chargé le régime d’Alpha Condé. Millimouno accuse le régime de Conakry de violation répétée de la Constitution et des accords politiques signée sous l’égide des nations unies. Lisez cette déclaration:

Dans tout pays qui se veut démocratique ou en voie de démocratisation, comme la Guinée, le Président de la République doit suivre strictement les principes cardinaux qui constituent les fondements de la démocratie. C’est l’engagement sacrosaint qu’il prend le jour de son investiture. Ces principes inaliénables sont, entre autres: (1) le respect de la Constitution et des codes y afférents, (2) la tenue d’élections transparentes, dans les normes légales, et (3) la séparation des pouvoirs. Malheureusement, de 2010 à 2015, le Président Alpha Condé a systématiquement violé ces principes. Ces innombrables violations, qui vont en contresens de la Constitution Guinéenne incluent, parmi tant d’autres:

      1. 1.La fixation unilatérale de la date des présidentielles de 2015 par le Président Alpha Condé, supportés par des membres de la CENI, qui sont à sa solde. Cependant, il faut ajouter tout de suite que cette décision a été dénoncée et désavouée par d’autres membres démocrates de la CENI qui déclarent:

«L’organisation des élections à travers le monde entier est un processus professionnel, qui repose sur un cadre légal bien approprié… Aujourd’hui, des décisions prises ailleurs [par le Président Alpha Condé] voudraient nous imposer un agenda caché; ce que nous refusons catégoriquement quel que soit ce que cela va nous couter» fin de citation.ÂÂ

      1. 2.La dissolution des conseils communaux, en violation des articles 77, 80, 100 et 105 du Code des Collectivités Locales. En effet, ces articles stipulent respectivement que la durée de suspension d’un conseil communal ne peut excéder trois (3); que le Conseil d’une collectivité locale dont le tiers au moins des membres ont été reconnus coupables par le Tribunal d’avoir commis des crimes ou délits peut être dissous par décret sur proposition du Ministre chargé des collectivités locales, et que le conseil dissout doit être remplacé dans un délai maximum de six (6) mois. Malheureusement, ces dispositions et délais n’ont pas encore été respectés par Monsieur Alpha Condé.Â
          1. 3.La violation de l’accord obtenu entre le Gouvernement et l’Opposition Guinéenne en 2013, sous l’égide de l’envoyé de l’ONU. Cet accord, dispose que la tenue des communales devraient avoir lieu avant la fin du 1er trimestre de l’année 2014. Jusqu’à maintenant, ces élections n’ont pas eu lieu à cause de manœuvres politiciennes de Monsieur Alpha Condé.

ÂÂÂ

  1. 4.
    1. La non signature des accords obtenus en Juin 2014 lors du dialogue Inter-Guinéen. Ce dialogue, il faut le rappeler, a réuni les membres du gouvernement, les représentants de la Mouvance, de la CENI, ceux de l’opposition, et les deux facilitateurs nationaux. Ces accords, comme ceux de 2013 ci-dessus mentionnés, portaient, entre autres, sur la tenue des communales avant fin 2014. Cette décision, malheureusement, n’a pas été respectée jusqu’au moment de la publication de la présente déclaration. Il faut ajouter aussi que les communales n’ont jamais eu lieu depuis 2005. Ce qui malheureusement crée un vide organisationnel qui entache gravement la pratique de la démocratie à la base.ÂÂ
        1. 5.La tenue forcenée des élections Présidentielles avant celles des communales, comme voulue par Monsieur Alpha Condé et des membres de la CENI qui sont ses affidés.

Considérant la gravité des violations ci-dessus mentionnées commises par Monsieur Alpha Condé; violations qui relèvent du parjure, le Bloc Libéral déclare que Monsieur Alpha Condé s’est juridiquement disqualifié sur deux plans: d’abord pour la continuation de son mandat en cours et, ensuite, pour sa candidature quant aux élections présidentielles de 2015.

Quand le destin national est en danger, les patriotes de tout corps de métier, de tout parti politique et de toute religion; doivent se lever pour défendre leurs vies, celles de leurs familles et des générations futures, et le bien-être de la nation. Considérant que le destin de la Guinée se joue en ce moment grave de notre histoire nationale, le BL demande à tous les Guinéens d’unifier leurs forces pour catalyser le départ de Monsieur Alpha Condé, afin d’assainir notre univers politique et permettre à la Guinée d’émerger.

Que Dieu bénisse et protège le peuple de Guinée!Â

Fait à Conakry, le 20 mars 2015

Le Bloc Libéral

Bah Oury: En Guinée, le temps est venu pour le peuple de forger son destin !

En Guinée, le temps est venu pour le peuple de forger son destin !

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a publié le 10 mars dernier le chronogramme des élections en Guinée en fixant au 11 octobre 2015 la date du premier tour des présidentielles. Les élections communales et communautaires quant à elles, sont rejetées à la fin du premier trimestre de 2016, alors qu’elles auraient dues intervenir en 2010. Cet agenda correspond exactement aux attentes de M.Alpha CONDE et confirme également l’aboutissement d’un long et violent processus de négation des fondements de l’État de droit.

L’instrumentalisation de la CENI

Dés son installation au pouvoir, M. Alpha CONDE s’est fixé comme objectif de dompter l’ensemble des institutions intervenant dans le cadre du processus électoral. La CENI qui a été fortement chahutée lors des élections de 2010 a été dissoute pour faire place à une nouvelle configuration juridique inscrite dans la constitution en septembre 2012 à travers une loi proposée et adoptée par le CNT (Conseil National de la Transition). Cette loi, comporte un changement majeur du mode de décision au sein de cette institution . Le mode du consensus qui prévalait auparavant permettait à chaque sensibilité politique de faire prévaloir son point de vue dans la mesure où les commissaires feraient preuve de compétence et de loyauté vis à vis des partis qui les ont désignés. Désormais la règle de prise de décision est celle de la majorité. Or la répartition ( 10 mouvance présidentielle-10 opposition -3 société civile et 2 administrations) accorde de facto la majorité numérique au pouvoir en place. M.Alpha CONDE est allé plus loin, en imposant ses choix à la société civile (Bakary FOFANA et KEBE du barreau des avocats) et en délogeant un représentant de l’opposition (BAYO) au profit de l’UPG de Jean Marie DORE dont la position sur l’échiquier politique national est à géométrie variable. Ainsi la mouvance présidentielle dispose au minimum de 15 voix pour un total de 25 commissaires. Par cette subterfuge, la CENI comme institution paritaire, impartiale chargée d’organiser des élections transparentes ,libres et crédibles a vécu. Elle est devenue purement et simplement une direction supplémentaire du Ministère de l’Administration du Territoire au service exclusif du pouvoir.

Les délégations spéciales ou la mort de la décentralisation

Les élus communaux constituent les principaux agents de l’organisation du processus électoral à travers l’ensemble du territoire ( recensement électoral, répartition des bureaux de votes, collectes des résultats , distribution des cartes des électeurs etc….). Ce rôle crucial de pouvoir influencer peu ou prou l’organisation des élections a amené les stratèges du RPG-Arc-en-ciel à installer illégalement des délégations spéciales sur 25 communes urbaines sur les 38 que comptent le pays. Manu militari, les élus communaux sont destitués en 2011 sans pour autant avoir été traduits devant des tribunaux comme le stipule le code des collectivités du pays. En dépit de cela , ces délégations spéciales sont toujours en place alors qu’elles devaient être remplacées par des élus dans une période n’excédant pas six mois. Ainsi les collectivités locales guinéennes sont gouvernées en toute illégalité . Leur maintien est un enjeu pour le régime d’Alpha CONDE afin de contrôler totalement l’organisation des élections. L’opposition a voulu déserrer l’étau autour d’elle en demandant d’abord l’organisation des communales avant les présidentielles. Mais elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même car elle a toléré pendant plus de quatre années durant ces délégations spéciales au mépris des lois de la République et des fondements de l’État de droit.

Un fichier électoral sur mesure

La qualité d’un fichier électoral détermine la nature de toute élection. Un fichier, issu d’un recensement exhaustif du corps électoral et un support, infalsifiable et incorruptible sont des conditions nécessaires pour une bonne organisation des élections et de l’acceptation des résultats. Le recensement biométrique lancé avec la société Sagem en 2007 avait permis la mise en place d’un fichier électoral biométrique qui a permis l’organisation des élections présidentielles de 2010. Ce fichier devait être amélioré par l’élargissement de la population recensée d’une part et la délivrance de cartes biométriques aux électeurs dont les empreintes digitales étaient difficilement « captables »notamment dans les zones rurales. La loi électorale permettait chaque année d’enregistrer de nouvelles inscriptions des populations en âge de s’enrôler. Toutefois comme pour la CENI et les élus communaux , le régime d’Alpha CONDE cherchait simplement à « confectionner » un fichier reflétant ses choix politiques. Sagem avait été accusé par Alassane CONDE le Ministre des élections du régime, d’être une officine des services secrets français . Le gouvernement impose également au PNUD de livrer les codes secrets permettant de « corrompre le fichier électoral  »dés le premier trimestre de 2011. C’est alors que l’opérateur technique sud-africain Way-Mark -Sabary Technology entre en scène pour finaliser la mise en place d’un nouveau fichier « taillé sur mesure » pour assurer une majorité suffisante au régime à toutes les consultations nationales ( liste nationale des législatives et premier tour des élections présidentielles). En dépit des manifestations massives de l’opposition en 2012 et 2013, des répressions sanglantes et barbares ( une soixantaine de manifestants abattus par les forces de l’ordre) et des négociations engagées sous l’égide de la communauté internationale , les accords du 03 juillet 2013 avaient entériné les faits accomplis. Comme il fallait s’y attendre les résultats du scrutin à la proportionnelle donnèrent prés de 52 % à la liste du RPG. Depuis ces élections législatives où le pouvoir a perdu les 5 sièges à l’uninominal de Conakry, M.Alpha CONDE a cherché à parfaire le système de fraude . Le recensement général de la population contre toute attente , livre des résultats où le fief du RPG ( la région de la Haute-Guinée) est « bizarrement » plus peuplé que la région de Conakry défiant ainsi tous les précédents recensements effectués dans le pays depuis l’indépendance. Le but recherché est la construction de manière durable d’une « majorité naturelle fictive » pour justifier une domination pérenne du pays par les tenants actuels du pouvoir. Le procédé est arithmétique , gonfler statistiquement le corps électoral potentiel dans les zones « supposées » favorables et le minorer dans les autres zones en institutionnalisant une coupure ethnique du pays entre les peuls d’un côté et toutes les autres communautés de l’autre.

Il est clair que les discussions interminables portant sur le choix de l’opérateur technique ( WAYMARK est remplacé par GEMALTO) paraissent périphériques si le cahier de charges n’est pas examiné avec une grande attention. Contrairement à ce que certains le prétendent une bonne élection est avant tout une traduction de la volonté politique des dirigeants du pays. Les techniques à elles seules ne peuvent suffire pour aller à contre-courant d’une volonté gouvernementale d’encourager la mascarade.

Impossibilité d’avoir des élections acceptables

Dans ces conditions , il est illusoire d’espérer avoir des élections acceptables en Guinée , car structurellement elles ne pourraient ni être crédibles ni transparentes et ni libres. Un système sophistiqué de  détournement des suffrages des citoyens guinéens est ainsi mis en place. Cette réalité est perçue aussi bien par les guinéens que par les observateurs internationaux. C’est la raison pour laquelle il existera des pièges et des manœuvres pour amadouer les forces du changement afin d’accepter d’assouplir leur position vis-à-vis du régime. Cette tactique prévisible devra être déjouée car elle ne fera que donner du temps à la gouvernance d’Alpha CONDE afin que celle-ci revoie sa copie électorale pour mieux affiner la prochaine mascarade pour se pérenniser au pouvoir.

Les manœuvres à déjouer : une nouvelle inversion de l’ordre des élections

Début mars, les responsables de l’opposition avaient tendu la perche à M. Alpha CONDE en ramenant leurs exigences à la publication par la CENI du chronogramme des élections et à l’organisation des communales avant les présidentielles. Le refus de la CENI et donc de M.Alpha CONDE d’accéder à cette demande minimale a créé un blocage. Le pouvoir échaudé par son échec aux législatives au niveau de la capitale Conakry n’a pas voulu prendre des risques de perdre les communales au niveau de Conakry, craignant une amplification de la défiance à son égard pour les élections présidentielles d’une part et de perdre également des leviers importants comme les délégations spéciales qui lui sont inféodées. Mais l’acceptation des communales allait de facto légitimer l’utilisation du fichier électoral actuel pour les élections présidentielles . Les élections locales neutralisent la mauvaise qualité du fichier qui sera dans ce cadre moins voyant. Par contre ,l’effet désastreux de ce fichier sera manifeste pour la présidentielle dés le premier tour où la majorité sera affectée au Président sortant.

M.Alpha CONDE prenant tardivement conscience d’avoir perdu une opportunité de faire valider le fichier par les communales afin de « légitimer » sa victoire dés le premier tour des présidentielles pourrait être tenté de faire marche arrière. Il utilisera à cet effet la pression amicale de la communauté internationale, les appels au dialogue lancés par-ci ,par-là et la recherche du consensus pour « sauver la paix en Guinée» pour justifier un éventuel rétropédalage pour replacer les communales avant les présidentielles. Celles-ci seront alors projetées courant le premier trimestre de 2016 avec l’accord consensuel des parties prenantes. Cette hypothèse permettra au pouvoir guinéen de gagner triplement :

  • montrer une capacité d’ouverture et de dialogue pour redorer son image auprès de la communauté internationale

  • gagner du temps pour montrer des résultats de son action politique avec l’inauguration du barrage de Kaléta fournissant ainsi de l’électricité à la capitale pour la période juillet- janvier 2016 de manière satisfaisante

  • Dans ce cas de figure , l’acceptation de la « victoire » d’Alpha CONDE pourrait être plus digeste et acceptable par la communauté internationale .

Par contre l’opposition y perdra alors toute crédibilité auprès de l’opinion nationale et sera une nouvelle fois actrice de sa propre défaite avec des conséquences incalculables pour le pays.

Les manœuvres à déjouer : un dialogue politique inter-guinéen de façade

La communauté internationale appellera à privilégier la recherche d’un dialogue politique entre les acteurs nationaux guinéens sans pour autant avoir les leviers d’action pour imposer au pouvoir une véritable sortie de crise .Pour elle, la recherche de la stabilité prime sur tout le reste. En effet , son credo est concentré autour de la notion de la « menace sur la sécurité internationale ». Dans ce cas de figure elle ne peut aller au-delà de la limite que le pouvoir en place fixe à travers le principe de la souveraineté nationale. Le gouvernement est seul en mesure de le définir tout en mettant en avant bien sûr ses intérêts politiques propres et en sacrifiant à la fois l’intérêt national. En une décennie la République Centrafricaine a été laissée dans une situation proche de la Guinée d’aujourd’hui. Des dialogues interminables et des accords signés en dix ans , n’ont pas stoppé la décomposition de l’État Centrafricain jusqu’à la guerre civile qui endeuille des centaines de milliers de personnes. La communauté internationale réagit que lorsque l’incendie se déclare ouvertement. Alors la spirale de violences et de destructions aura fini par dénaturer la nature des conflits . De sociopolitiques ils se transforment en une lutte pour la survie autour de présupposées références religieuses et d’appartenances ethniques.

La communauté internationale s’est révélée relativement complaisante à l’égard d’ Alpha CONDE. Elle est restée aphone devant les violations répétées et massives des droits de l’homme notamment en Guinée-Forestiére (Zogota, Gallaye, Womé , tueries en juillet 2013) , les assassinats ciblés de personnalités de la société civile et des partis politiques , les massacres de jeunes militants de l’opposition , la politique d’exacerbation des tensions ethniques et les manquements aux principes de l’État de droit. Elle feint de ne pas voir les responsabilités des dirigeants guinéens face à la propagation de la fièvre hémorragique Ebola dans la sous-région. Seul le Président OBAMA a clairement indiqué que les failles de la riposte contre Ebola se trouvent en Guinée.

Cette attitude de deux poids et de deux mesures a amené la majorité des guinéens à être méfiante à l’égard de toute médiation internationale. Peu ou prou , l’OIF d’Abdou DIOUF a été très accommodante avec le Chef de l’État guinéen. Les élections présidentielles de 2010 avec la duplicité du Général SANGARE cadre de l’OIF et Président de la CENI qui a fermé les yeux sur les manœuvres pour imposer par tous moyens Alpha CONDE comme vainqueur du scrutin de 2010 ne redorent pas le blason de cette organisation internationale. La nouvelle secrétaire générale de l’OIF, Mme Michaëlle JEAN qui se rendra lundi 23 mars 2015 à Conakry devra privilégier les intérêts fondamentaux du peuple guinéen en assurant un soutien fort à la lutte pour la démocratie, les droits de l’homme et la liberté. A cet égard ,,des enfants sont arbitrairement emprisonnés à Conakry, des habitants de Womé risquent de subir des sentences lourdes sans pour autant bénéficier d’une justice équitable ,libre et transparente, enfin une dizaine de détenus politiques civils et militaires sont incarcérés sans que leur culpabilité soit prouvée.

Une bonne justice, le respect des principes de l’Etat de droit et des droits humains et une bonne gouvernance sont les conditions nécessaires pour la stabilité ,la réconciliation nationale et le développement . Avec Alpha CONDE , le peuple guinéen a fini par désespérer de sa capacité et de sa volonté d’enclencher un réel dialogue national. Les appels au dialogue dans ce contexte sont perçus comme des combines pour permettre aux tenants de l’exécutif guinéen d’imposer par la force leurs volontés. L’opposition a organisé maintes manifestations pacifiques noyées dans le sang uniquement pour appeler au dialogue avec le pouvoir. Les accords du 03 juillet 2013 qui ont permis la participation de l’opposition aux législatives ne sont plus d’actualité pour les autorités qui nient les avoir signés. Le régime guinéen montre ainsi le peu d’intérêt qu’il accorde au dialogue. Ce qui lui importe est de faire croire au dialogue afin de légitimer et de faire valider les violations des lois et des principes de la République.

La seule alternative réaliste est le départ d’Alpha CONDE du pouvoir

La décision de l’opposition de ne plus « reconnaître » la CENI est courageuse et sa portée ouvre de facto une crise institutionnelle en Guinée. L’opposition engage ainsi un bras de fer avec le régime sur des fondements liés à la constitution du pays. Ces dirigeants se condamnent à aller jusqu’au bout. Il leur est désormais interdit de faire marche arrière au risque de perdre toute crédibilité et de sacrifier alors leur avenir politique. Leur seconde décision de suspendre leur participation aux activités de l’ assemblée nationale est symbolique mais elle cristallisera l’attention aussi bien de l’opinion nationale que de la communauté internationale. Toutefois la majorité des guinéens attend une prise de décision hardie relative à la gouvernance d’Alpha CONDE en personne, dont le départ est demandé.

La revendication du départ d’Alpha CONDE afin que le pays puisse se réengager dans une transition démocratique pour pouvoir sereinement organiser des élections transparentes et crédibles est la conséquence logique des impasses actuelles :

  • Impasse institutionnelle : le blocage du processus électoral a amené une défiance totale entre les acteurs politiques et sociaux. Les mensonges des autorités gouvernementales n’encouragent aucun acteur majeur de la vie politique à les considérer désormais comme des interlocuteurs valables. Cet impasse institutionnelle scelle la rupture politique.

  • Impasse économique : la gouvernance économique a surtout brillé par la multiplicité des contentieux entre l’État guinéen et les entreprises étrangères. D’abord au niveau du port de Conakry où la Guinée est condamnée à payer plus de 40 millions d’euros à GETMA-International. Pour la Cité Chemin de fer et d’autres chantiers de travaux publics , M.Guindo SANTILO et M.Alpha CONDE s’affrontent à la Chambre Arbitrale de Paris. La négligence et la concussion qui caractérise la gouvernance du secteur minier a fait perdre à la Guinée un procès contre RUSAL. Le bras de fer avec Benny STEIMETZ autour des blocs 1 et 2 de Simandou traîne en longueur et hypothèque son exploitation pour longtemps. Ces gâchis n’augurent rien qui vaille pour l’économie nationale dans un contexte économique mondial morose.

  • Impasse sanitaire : la gestion de la crise sanitaire Ebola en Guinée a mis en lumière la responsabilité de M.Alpha CONDE dans la propagation de l’épidémie dans la sous-région. La riposte contre Ebola s’avère inefficace si la mauvaise gouvernance endémique des autorités guinéennes n’est pas stoppée.

  • Impasse sécuritaire : les assassinats ciblés contre des personnalités administratives , politiques et sociales dénotent la persistance d’un climat d’insécurité entretenu par des « commandos de la mort ». L’arrestation récente d’un certain dénommé Mohamed Junior qui est accusé d’être l’un des assassins de Mme Aissatou BOIRO directrice du trésor a ouvert la boîte aux pandores . De sa prison , M. Mohamed Junior fait des révélations qui incriminent M.Alpha CONDE dans la mise en place d’une milice privée pour « sécuriser la capitale ». Le président guinéen l’aurait présenté au Général Ibrahima BALDE , haut-commandant de la gendarmerie nationale et au Colonel GHARE ,le Directeur Général de la Police Nationale afin de lui confier « la capitale ». Cette affaire ne doit pas être étouffée car doit permettre d’assainir les forces de défense et de sécurité du pays en donnant les preuves d’une collision à caractère criminel entre les tenants du pouvoir et les réseaux mafieux qui écument le pays. La déclaration à la presse de M. Mohamed Junior est une piste de première main pour incriminer le Chef de l’État guinéen de parjure et de trahison , car il livre lui même le pays au crime organisé. Il n’est pas ainsi étonnant que Conakry soit considéré par des rapports du département d’État Américain comme la nouvelle plaque tournante du narcotrafic en Afrique de l’Ouest.

  • Impasse sociale : En 2012 selon les statistiques officielles 55 % de la population vit en dessous de seuil de pauvreté alors que ce taux était de 53 % en 2007. En 2013 et 2014 la situation globale de la pauvreté s’est fortement dégradée et la misère s’est largement développée. Sans aucune exagération , 3 familles guinéennes sur 4 n’arrivent plus à survenir aux besoins essentiels à savoir se nourrir ,se soigner et se déplacer. Les enfants et les femmes en sont les plus affectés. Les jeunes ,plus de 70 % de la population sont abandonnés à leur triste soir . Les seules perspectives qui leur sont offertes sont le chômage , l’exil et pour d’autres la mort dans la mer méditerranée. Le désespoir est tel que des familles entières s’exilent dans les pays limitrophes , en Amérique ou en Europe.

Pendant une décennie la crise guinéenne perdure et s ‘amplifie. Les révoltes sociales de 2006 et 2007 n’ont pas permis de trouver une solution durable de sortie de crise , en dépit de l’arrivée de KOUYATE puis de SOUARE comme Premier Ministre et Chef de gouvernement. L’irruption sur la scène de la junte militaire du CNDD de Dadis CAMARA et Sékouba KONATE au lendemain de la mort du Général Lansana CONTE plonge le pays dans une instabilité chronique marquée par la sauvagerie des répressions notamment le 28 septembre 2009. La transition politique que le couple Sékouba KONATE – Jean Marie DORE dirige , échoue également à faire émerger à travers des élections crédibles une gouvernance soucieuse des intérêts de la population. C’est ainsi que M.Alpha CONDE devint le continuateur d’un système politique archaïque et violent, alors que le peuple guinéen aspire à un réel renouveau démocratique et à un redressement économique du pays. La gouvernance d’Alpha CONDE a brisé cet espoir.

La Guinée est devant un grand tournant de son histoire. Accepter les replâtrages institutionnels en se contentant d’élections qui sont d’ores et déjà piégées même si les communales précédent les présidentielles sera un abandon des intérêts fondamentaux de la Guinée. En effet ,les impasses actuelles dans lequel le pays est plongé, le mène à terme dans le précipice et la catastrophe comme la Centrafrique ou la Somalie. Par contre , reprendre le destin national en main permettra d’abord d’évacuer la gouvernance d’Alpha CONDE pour instaurer une transition politique solide, crédible et réconciliatrice. C’est la seule voie réaliste et porteuse d’espoirs pour tous les guinéens. Cette chance est à la portée du peuple guinéen qui doit reprendre son destin ,maintenant !

BAH Oury

1er Vice-Président de l’UFDG

Le Pouvoir de Conakry applique le terrorisme d’État par des assassinats ciblés par Bah Oury

Le Pouvoir de Conakry applique le terrorisme d’État par des assassinats ciblés
Très tôt le samedi dernier, je suis réveillé par une funeste nouvelle: l’assassinat de Thierno Aliou DIAOUNE à Conakry. Incrédule ,je demande à ma fille d’appeler la fille aînée de DIAOUNE pour s’enquérir de la véracité de la tragédie. Comme il fallait s’y attendre, ce n’était pas un mauvais rêve.
Les assassins et leurs commanditaires ont tué Thierno Aliou DIAOUNE . Ils ont privé ses jeunes enfants d’un père et d’un soutien au moment où ceux-ci en ont le plus besoin. Ils ont également privé la Guinée d’un cadre engagé pour la cause nationale. Ils ont aussi éteint une intelligence qui ne demandait qu’à servir loyalement la Guinée. En une fraction de secondes ,le crépitement des balles tirés par les kalachnikov des tueurs ont soustrait à la vie Thierno Aliou , brisant ainsi « une tête » qui a été façonnée par plusieurs décennies de travail ,de sacrifices ,d’expériences et d’engagements pour les droits des citoyens et pour la démocratie. Les tueurs croient avoir réduit au silence DIAOUNE. Ils se trompent. Sa mort tragique , est comme un cri strident qui résonne aujourd’hui au quatre coins du monde.
Cet assassinat porte une signature qu’il n’est pas difficile de reconnaître. Les tueurs portent l’uniforme des militaires guinéens. D’après certains témoignages , ils ont agi avec un sang froid remarquable qui indique qu’ils bénéficient d’un sentiment d’impunité totale. Thierno Aliou DIAOUNE savait que sa vie était menacée. La cause est à rechercher dans le cadre de son environnement professionnel comme coordonnateur national du Fonds de Consolidation de la Paix des Nations Unies pour la Guinée. Son travail l’a amené à être au courant des dérives crapuleuses et mafieuses de la gestion des fonds alloués à la riposte contre Ebola. M.Alpha CONDE a toujours montré un intérêt pour la gestion de cette manne financière qui pour lui « Ebola est une opportunité ». Comme vous le savez ,également le précédent coordonnateur des nations Unies contre Ebola en Guinée a été trouvé mort dans son hôtel dans des conditions mystérieuses. Il n’est pas étonnant dans ces circonstances que le Secrétaire Général des Nations Unies aient exigé qu’une enquête diligente puisse faire la lumière sur cet assassinat. M.Ibn Chambas ,le représentant des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest ne manquera pas de d’exprimer aux autorités guinéennes les inquiétudes et les préoccupations de l’organisation onusienne devant la persistance d’un climat d’insécurité et la multiplication des assassinats ciblés de leaders d’opinion en Guinée.
Aux lendemains de l’assassinat d’El hadj Amadou Oury DIALLO, Président de la section des motards de l’UFDG en septembre dernier dans des circonstances similaires , tout le monde a été averti que la gouvernance d’Alpha CONDE est prête à user du terrorisme d’État pour conserver le pouvoir par tous les moyens. Sa stratégie est simple : l’assassinat ciblé des élites originaires du Foutah, exactions massives contre les populations de la Guinée-Forestière et de la Moyenne-Guinée et achat des consciences pour certains et intimidations physiques pour les « récalcitrants » en Basse-Côte. Pour ceux qui étaient septiques par rapport à la dangerosité du régime d’Alpha CONDE , la succession des assassinats doit leur ouvrir les yeux.
Le terrorisme d’État qui règne à Conakry s’est manifesté également par la brutale répression d’une « marche pacifique autorisée » à Labé. Le pouvoir ne cherchait qu’un prétexte pour s’abattre sur les populations civiles et leur « donner une leçon » . Détruire le siège local de l’UFDG, violer le domicile de El hadj Mamadou Cellou Daka le 1er responsable du parti , rouer de coups un des imams de la ville , pénétrer manu militari dans l’hôpital régional pour y extraire des blessés et les jeter en prison , bastonner les agents hospitaliers et tirer à balles réelles contre les manifestants sont les actions des forces dites de « l’ordre ». Les autorités n’ont pas digéré le camouflet qu’elles ont reçu à Lélouma où la population a exigé le remplacement du préfet local en organisant des manifestations pacifiques de grande envergure. Cette violence à Labé n’est pas banale . C’est un message en direction de l’UFDG , à savoir « par le feu et le sang » , le pouvoir restera entre les mains d’Alpha CONDE. En conséquence ,tout le monde doit en tirer tous les enseignements.

Les notables toujours prêts à caresser les puissants du moment doivent être interpellés sur leur responsabilité de porte-parole des humbles et des faibles. Une attitude complaisante avec ceux qui tuent ,violent et pillent le pays n’est plus permise ! « Plus jamais ça ! » doit amener à la résistance et à la lutte ouverte contre les assassins et les commanditaires. La restauration des libertés démocratiques et citoyennes est plus que jamais un impératif patriotique.
Les morts de Thierno Aliou DIAOUNE, d’ El hadj Amadou Oury DIALLO de l’UFDG, de Mme BOIRO du Trésor, du caporal Koulibaly défenestré au camp Samory TOURE, de Zakariaou DIALLO , du commissaire Pascal BANGOURA,de GHUSSEIN ,des dizaines de jeunes de l’axe hamdallaye- Cimenterie, des villageois de Zogota, de Gallapaye,et de Womé , et des centaines d’autres anonymes ne doivent pas être vains. Beaucoup de sang est versé depuis l’accession au pouvoir d’Alpha CONDE. Il porte l’entière responsabilité de ces drames. Il devrait méditer ce précepte des Saintes Écritures « Qui règne par l’épée, périra par l’épée » !
Pour sauver la Guinée du désastre , la mobilisation de tous est impérieuse pour changer maintenant la gouvernance de notre pays.
BAH OURY
Ancien Ministre de la Réconciliation Nationale
1er Vice-Président de l’UFDG