Le Pouvoir de Conakry applique le terrorisme d’État par des assassinats ciblés par Bah Oury

Le Pouvoir de Conakry applique le terrorisme d’État par des assassinats ciblés
Très tôt le samedi dernier, je suis réveillé par une funeste nouvelle: l’assassinat de Thierno Aliou DIAOUNE à Conakry. Incrédule ,je demande à ma fille d’appeler la fille aînée de DIAOUNE pour s’enquérir de la véracité de la tragédie. Comme il fallait s’y attendre, ce n’était pas un mauvais rêve.
Les assassins et leurs commanditaires ont tué Thierno Aliou DIAOUNE . Ils ont privé ses jeunes enfants d’un père et d’un soutien au moment où ceux-ci en ont le plus besoin. Ils ont également privé la Guinée d’un cadre engagé pour la cause nationale. Ils ont aussi éteint une intelligence qui ne demandait qu’à servir loyalement la Guinée. En une fraction de secondes ,le crépitement des balles tirés par les kalachnikov des tueurs ont soustrait à la vie Thierno Aliou , brisant ainsi « une tête » qui a été façonnée par plusieurs décennies de travail ,de sacrifices ,d’expériences et d’engagements pour les droits des citoyens et pour la démocratie. Les tueurs croient avoir réduit au silence DIAOUNE. Ils se trompent. Sa mort tragique , est comme un cri strident qui résonne aujourd’hui au quatre coins du monde.
Cet assassinat porte une signature qu’il n’est pas difficile de reconnaître. Les tueurs portent l’uniforme des militaires guinéens. D’après certains témoignages , ils ont agi avec un sang froid remarquable qui indique qu’ils bénéficient d’un sentiment d’impunité totale. Thierno Aliou DIAOUNE savait que sa vie était menacée. La cause est à rechercher dans le cadre de son environnement professionnel comme coordonnateur national du Fonds de Consolidation de la Paix des Nations Unies pour la Guinée. Son travail l’a amené à être au courant des dérives crapuleuses et mafieuses de la gestion des fonds alloués à la riposte contre Ebola. M.Alpha CONDE a toujours montré un intérêt pour la gestion de cette manne financière qui pour lui « Ebola est une opportunité ». Comme vous le savez ,également le précédent coordonnateur des nations Unies contre Ebola en Guinée a été trouvé mort dans son hôtel dans des conditions mystérieuses. Il n’est pas étonnant dans ces circonstances que le Secrétaire Général des Nations Unies aient exigé qu’une enquête diligente puisse faire la lumière sur cet assassinat. M.Ibn Chambas ,le représentant des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest ne manquera pas de d’exprimer aux autorités guinéennes les inquiétudes et les préoccupations de l’organisation onusienne devant la persistance d’un climat d’insécurité et la multiplication des assassinats ciblés de leaders d’opinion en Guinée.
Aux lendemains de l’assassinat d’El hadj Amadou Oury DIALLO, Président de la section des motards de l’UFDG en septembre dernier dans des circonstances similaires , tout le monde a été averti que la gouvernance d’Alpha CONDE est prête à user du terrorisme d’État pour conserver le pouvoir par tous les moyens. Sa stratégie est simple : l’assassinat ciblé des élites originaires du Foutah, exactions massives contre les populations de la Guinée-Forestière et de la Moyenne-Guinée et achat des consciences pour certains et intimidations physiques pour les « récalcitrants » en Basse-Côte. Pour ceux qui étaient septiques par rapport à la dangerosité du régime d’Alpha CONDE , la succession des assassinats doit leur ouvrir les yeux.
Le terrorisme d’État qui règne à Conakry s’est manifesté également par la brutale répression d’une « marche pacifique autorisée » à Labé. Le pouvoir ne cherchait qu’un prétexte pour s’abattre sur les populations civiles et leur « donner une leçon » . Détruire le siège local de l’UFDG, violer le domicile de El hadj Mamadou Cellou Daka le 1er responsable du parti , rouer de coups un des imams de la ville , pénétrer manu militari dans l’hôpital régional pour y extraire des blessés et les jeter en prison , bastonner les agents hospitaliers et tirer à balles réelles contre les manifestants sont les actions des forces dites de « l’ordre ». Les autorités n’ont pas digéré le camouflet qu’elles ont reçu à Lélouma où la population a exigé le remplacement du préfet local en organisant des manifestations pacifiques de grande envergure. Cette violence à Labé n’est pas banale . C’est un message en direction de l’UFDG , à savoir « par le feu et le sang » , le pouvoir restera entre les mains d’Alpha CONDE. En conséquence ,tout le monde doit en tirer tous les enseignements.

Les notables toujours prêts à caresser les puissants du moment doivent être interpellés sur leur responsabilité de porte-parole des humbles et des faibles. Une attitude complaisante avec ceux qui tuent ,violent et pillent le pays n’est plus permise ! « Plus jamais ça ! » doit amener à la résistance et à la lutte ouverte contre les assassins et les commanditaires. La restauration des libertés démocratiques et citoyennes est plus que jamais un impératif patriotique.
Les morts de Thierno Aliou DIAOUNE, d’ El hadj Amadou Oury DIALLO de l’UFDG, de Mme BOIRO du Trésor, du caporal Koulibaly défenestré au camp Samory TOURE, de Zakariaou DIALLO , du commissaire Pascal BANGOURA,de GHUSSEIN ,des dizaines de jeunes de l’axe hamdallaye- Cimenterie, des villageois de Zogota, de Gallapaye,et de Womé , et des centaines d’autres anonymes ne doivent pas être vains. Beaucoup de sang est versé depuis l’accession au pouvoir d’Alpha CONDE. Il porte l’entière responsabilité de ces drames. Il devrait méditer ce précepte des Saintes Écritures « Qui règne par l’épée, périra par l’épée » !
Pour sauver la Guinée du désastre , la mobilisation de tous est impérieuse pour changer maintenant la gouvernance de notre pays.
BAH OURY
Ancien Ministre de la Réconciliation Nationale
1er Vice-Président de l’UFDG

 

Advertisements

Guinee: Le Discours de Madrid du 25 janvier 2015 par Bah Oury

Le Discours de Madrid

du 25 janvier 2015

par BAH Oury

1er Vice-Président UFDG

Merci à la Fédération d’Espagne, d’avoir organiser ce meeting. C’est un meeting très important dans la vie de l’UFDG aussi bien pour l’UFDG en Guinée que pour les militants à l’étranger.

Grâce aux systèmes d’informations modernes , ceux de Conakry nous écoutent et nous entendent.En s’adressant à vous, nous nous adressons également à l’ensemble des guinéens qui sont de par le monde.Je réitère mes félicitations et mes remerciements à l’ensemble des militants et des responsables de l’UFDG d’Espagne.

J’ai une pensée particulière pour Dr Fodé Oussou qui a accepté malgré son calendrier très chargé d’être avec nous pour montrer que L’UFDG est une. Elle est indivisible , son avenir et sa pérennité seront préservés pour très longtemps. Je remercie également la délégation d’Angleterre, qui prouve que la Coordination d’Europe est une réalité et qu’ elle entend jouer désormais son rôle pleinement pour le rayonnement et le développement de l’UFDG en Europe.

A titre personnel, je remercie Thierno Amadou Bassirou, expert dans une organisation internationale travaillant pour le développement du Tiers-Monde ,qui m’a fait l’amitié d’être avec nous. J’en suis honoré. A travers cet acte de Thierno Amadou , c’est un appel que nous lançons à toutes les compétences guinéennes qui sont à travers le monde. Pour certaines d’entre elles , elles n’ont que de guinéens que le fait que leurs parents soient d’origines guinéennes . Elles sont de différentes nationalités mais je dis que leur apport , leur expertise et leur engagement pour la Guinée doivent être sollicités parce que la Guinée ne peut pas se construire sans la convergence de toutes les forces guinéennes qu’elles soient de de souche ou qu’elles aient acquis d’autres nationalités. La Guinée doit se construire avec tout le monde.. Il y va de notre intérêt et de celui de notre sous-région ouest-africaine.

Se souvenir de Barry III, Baldé Ousmane, Moriba Magassouba et Keïta Kara

Aujourd’hui nous sommes le 25 janvier 2015. Il y a quarante quatre ans le 25 janvier 1971, la Guinée a été spectatrice des pendaisons au Pont Tombo de Conakry des fils les plus dignes de la Guinée . Le 25 janvier 1971 ,Barry III, Baldé Ousmane , Moriba Magassouba et Keïta Kara ont été pendus en public au pont Tombo. Il y a quarante quatre ans , C’était l’intelligence qui a été piétinée ,c’était la sagesse qui a été piétinée, c’était la volonté de sortir la Guinée du sous-développement qui a été piétinée et c’étaient la démocratie et la liberté qui ont été piétinées par le régime de Sékou Touré ,ce 25 janvier 1971. Malheureusement depuis lors nous assistons qu’à des crimes, qu’à du sang versé par des régimes qui ne sont intéressées qu’à s’accaparer du pouvoir et à ignorer les problèmes fondamentaux des guinéens.

Nous devons nous en souvenir en ce jour 25 janvier 2015. Nous devons nous en souvenir pour nous rendre compte que notre lutte à des racines très lointaines . En 2015 , nous devons tout faire pour arrêter ce cycle infernal de destructions , de sang versé et d’aliénation de tout un pays et de tout un peuple.

La diaspora guinéenne doit se réorganiser autrement pour se protéger

Aujourd’hui la communauté guinéenne est partout. Ici à Madrid ,en Espagne ,il y a vingt ans peu de gens pouvait s’imaginer que prés de 15 à 20000 âmes de ressortissants guinéens pouvaient résider dans ce pays.Ce qui est significatif. Aujourd’hui les guinéens sont présents un peu partout à travers le monde.Mais nous avons des problèmes. Ce qui nous fait penser à nos compatriotes d’Angola . Vous savez , récemment , beaucoup d’entre eux parmi d’autres ressortissants des pays africains ont été victimes d’exactions. Mais les autorités guinéennes qui, de par la constitution guinéenne ont obligation d’assurer la protection des intérêts de tous les guinéens dans n’importe quel pays au monde,n’ont pas bougé le petit doigt. Elles n’ont rien fait pour secourir leurs ressortissants et demander aux autorités angolaises de veiller au strict respect des droits fondamentaux des guinéens en Angola.

Actuellement nous ne sommes pas au pouvoir et par conséquent notre marge de manœuvre est étroite .et limitée pour soutenir nos compatriotes en détresse. Mais nous pouvons faire quelque chose . C’est la raison pour laquelle , je demande à tous les guinéens qui vivent à l’étranger de tenir compte de deux aspects sur lesquels il faudra avoir une politique précise et cohérente.

  • Ne pas oublier le pays d’origine ! ne pas oublier la Guinée ! se battre pour que la Guinée change en mieux et que la gouvernance soit conforme à ce que tout être humain souhaite pour sa société et son pays.

  • Mais également exister là où vous êtes ! La société civile guinéenne doit exister là où les ressortissants résident .Pour mieux se défendre ,il faut être en phase avec les populations des pays d’adoption. La société civile guinéenne en Angola doit développer des relations mutuellement fécondes avec les sociétés civiles angolaises. Notre meilleure sécurité c’est d’être avec les nationaux où nos compatriotes résident . Si nous sommes en bons termes avec les populations d’accueil ,alors nous serons protégés. Cela veut dire qu’ici en Espagne, vos enfants naissent ,grandissent et parlent espagnols . Donc ils sont espagnols. Il faut par conséquent que leur avenir soit protégé. Ne nous enfermons pas ! Ne soyons pas des ghettos sociaux ,ou culturels ou ethniques ! Ouvrons nous ! Ouvrons nous entre guinéens ! Ouvrons nous aux autres ! Ouvrons nous à ceux qui nous accueillent dans leur pays ! C’est notre seule manière d’assurer notre sécurité et notre vie dans ces pays d’accueil pour longtemps ! Cherchez à développer des relations avec les pays d’accueil ne veut pas dire ,oublier le pays d’origine ! Le moment viendra où notre expertise, notre capital relationnel et financier pourront être d’une très grande utilité pour la Guinée lorsque la gouvernance changera.

Les grands pays d’aujourd’hui sont construits grâce à leur diaspora. Donc à la diaspora guinéenne partout où elle peut être ,en Afrique, en Europe, en Asie et en Amérique de se préparer à jouer son rôle, tout son rôle pour la construction d’un grand pays que sera la Guinée de demain.

L’UFDG au service de tout le peuple guinéen

C’est notre parti, c’est notre instrument pour notre politique. J’ai entendu votre discours où vous appelez à une reformulation de la stratégie de l’UFDG. Vous avez raison! Nous devons capitaliser nos erreurs et savoir dans le contexte actuel comment avancer . Par la grâce de Dieu , notre parti retrouve son unité , sa vigueur et se remet en marche pour la conquête du pouvoir. Ce que nous avons gagné aujourd’hui avec les difficultés que nous avons connues ,avec les tensions enregistrées par-ci, par-là , c’est la pérennité de l’UFDG qui est acquise ! Pérennité veut dire quoi ? Nous partirons et nous laisserons un parti fort, un parti structuré et un parti enraciné qui fera qu’en Guinée, émergerons en son sein plusieurs Chef de l’Etat qui gouvernerons la Guinée, par la grâce de Dieu ! Nous travaillons pour la durée, pour l’avenir ,pour un grand changement . Votre discours d’introduction va dans ce sens. Nous allons tous ,nous donner la main pour qu’il en soit ainsi.

Actuellement vous vous posez beaucoup de questions. Vous vous interrogez.Le représentant de l’UFR a parlé de la question des passeports biométriques ,que la Fédération UFDG d’Italie avait déjà évoqué lors de notre séjour en décembre dernier à Brescia. La quasi-impossibilité d’obtenir un passeport au niveau des services consulaires des ambassades de Guinée à l’étranger constitue une privation de vos droits civiques. Le Vice-Président Fodé Oussou et Président du groupe parlementaire des Démocrates Libéraux a pris l’engagement de retour à Conakry de tout faire pour secouer les autorités compétentes guinéennes pour que l’obtention de passeport biométrique dans les pays de résidence soit possible dans les meilleurs délais.Il leur rappellera leur obligation constitutionnelle de mettre à la disposition des guinéens de l’étranger des documents de voyage indispensables pour une régularisation de leur séjour à l’étranger.

Quelle stratégie mettre en œuvre ?

On dit qu’il y aura des élections présidentielles en 2015. Mais pratiquement tous les moyens ont été mis en place par le gouvernement d’Alpha CONDE pour que le processus électoral soit totalement opaque. Le fichier électoral que la Sagem avait confectionné entre 2007 et 2010, qui a pu enregistré, recensé une grande majorité de nos compatriotes, a été corrompu et mis de côté. Le fichier de la Sagem était une base sur laquelle un fichier renouvelé, enrichi chaque année aurait pu permettre d’avoir un fichier propre afin d’obtenir des élections crédibles. Comme M. Alpha CONDE ne veut pas de la transparence , ce fichier de base est détruit. Par conséquent ,nous ignorons quel sera le fichier des présidentielles de 2015 et des communales. Or vous savez , une élection c’est d’abord le fichier électoral. Si le fichier n’est pas correct, attendez vous à ce que l’élection ne soit pas correcte. Cela veut dire que le travail est à refaire en ce qui concerne le fichier.

En ce qui concerne la CENI , là aussi à partir du moment où c’est la règle de la majorité qui prévaut pour les prises de décision ,la majorité numérique déjà acquise à M.Alpha CONDE ne fait qu’entériner ses choix. La CENI comme organe régulatrice et organisatrice du processus électoral ne fera donc pas un bon travail.

Du côté des communes et des chefs de quartier , là aussi le pouvoir s’est permis de violer la loi en mettant des délégations spéciales qui depuis quatre ans sont en place. Ainsi en passant en revue, le fichier électoral, l’organisation et le fonctionnement de la CENI , la confiscation par le RPG des attributs des élus communaux et des quartiers , sans compter les autres moyens que sont l’administration préfectorale, les forces de défense et de sécurité ,une élection transparente et crédible est difficile dans ce contexte. Le dilemme pour l’opposition est à ce niveau .

Que faut-il faire ?

Faut-il malgré tout aller à des élections dans ce contexte. Aller à des élections dans ce contexte ,c’est redonner un pouvoir à M.Alpha CONDE pour cinq autres nouvelles années. Alors ce qui reste du pays sera détruit et enfin de compte nous n’aurons plus de pays. Donc,ce n’est pas possible ! Nous ne pouvons pas nous permettre d’aller dans ce sens. Une bataille est engagée pour obliger M.Alpha CONDE à reconstruire correctement ce qu’il avait déjà détruit. Mais comme il ne connaît que les rapports de forces ,il faut comme dit l’autre « si tu danses avec l’aveugle ,il faut le piétiner afin qu’il sache qu’il n’est pas seul » . Dr Fodé Oussou l’a dit tout à l’heure ! Il faut piétiner Alpha CONDE afin qu’il sache qu’il n’est pas seul à danser sur la scène politique guinéenne. Il le saura bientôt de la manière la plus éblouissante ! Si nous sommes de l’UFDG c’est normal d’être contre Alpha CONDE , si nous sommes de l’UFR ou du PEDN c’est normal d’être contre Alpha , mais aussi au sein du RPG une majorité est en train de se lever contre Alpha CONDE. La majorité au sein du RPG qui va se soulever contre Alpha CONDE est une perspective salutaire pour permettre à la Guinée de donner un coup de pied très rapidement à Alpha CONDE. Pourquoi faut -il développer cette stratégie ? Parce qu’électoralement ,nous avons tout à perdre et les lendemains des élections seront plus catastrophiques encore. Pour sauver la Guinée ,il faut maintenant donner un coup de pied à Alpha CONDE pour qu’une transition crédible et responsable puisse nous permettre de sortir de l’impasse.

Actuellement entre nous ,le débat est âpre. Certains préconisent une candidature unique , d’autres des candidatures multiples .Mais je dois dire , à la lumière de l’expérience de ce que nous savons de la Guinée d’aujourd’hui , une élection avec M.Alpha CONDE ne sera pas une élection. Lui-même a déclaré en mars 2011 à Dixinn«  qu’il faut être fou pour un Président de la République ,d’ organiser des élections pour les perdre ». .Il faut le prendre au mot, car c’est sa propre déclaration. Même s’il fait semblant de « changer de veste » parce qu’il en a l’habitude, sa stratégie initiale demeure. Après avoir trébuché aux législatives grâce à la pertinente présence des observateurs de l’UE qui l’a empêché de s’accaparer des sièges de la capitale, il a déclaré ne plus vouloir une participation de l’UE au financement des présidentielles. Il ajoute , malgré que nous n’avons pas des ressources financières pour lutter contre la fièvre Ebola ,pour avoir de l’électricité ou de l’eau , ou des routes qu’il financera les présidentielles par le budget national dédaignant ainsi les 26 millions d’euros de l’UE. Cette aide équivalente à prés de 250 milliards de GNF aurait pu servir à financer beaucoup de choses. Plus grave le gouvernement dit pouvoir débloquer 500 milliards de GNF pour l’organisation des élections.Vaste gâchis !

Pourquoi cela ? Parce que si l’UE verse les 26 millions d’euros , alors elle sera présente par ses observateurs et ses cadres techniques auprès de la CENI et sera sur le terrain le jour des élections.Ce que M. Alpha CONDE ne veut pas. Pourquoi ,il ne le veut pas ? Il dit que c’est une question de souveraineté et que tout pays doit « financer et organiser lui-même ses élections ». Nous sommes d’accord avec lui. Mais à condition d’en avoir les moyens. S’il faut pour cela faire des acrobaties comptables pour simplement empêcher que des observateurs puissent surveiller le processus électoral en privant ton pays de 250 milliards de GNF pour simplement que tu t’accapare du pouvoir ; alors ce président de la République est indigne de la fonction qu’il occupe.

Chers compatriotes , nous ne pouvons pas tourner longtemps autour du pot. Notre volonté d’aller dans le sens d’un processus dit légal avec un régime qui ne respecte pas la légalité, ne donnera rien. C’est de la peine perdue.

La souveraineté populaire ,source de tout pouvoir démocratique

Est-ce que la souveraineté populaire est légale ou illégale ? La souveraineté populaire est la plus légale et la plus constitutionnelle possible . Il faut prendre en compte une nouveauté importante. D’habitude et c’est normal ,un coup d’État doit être prohibé ,nous sommes d’accord là dessus. Accéder au pouvoir par un coup d’État n’est pas légal ni constitutionnel. Aussi empêcher que le processus électoral soit transparent est aussi illégal et anticonstitutionnel. Un régime qui va dans ce sens se met dans une dérive illégale et anticonstitutionnelle. Qui peut alors changer la donne si tel est le cas. C’est celui qui est investi constitutionnellement de la possibilité de rétablir le droit constitutionnel . Il ne faut pas s’attendre à ce que la cour suprême ait le courage et la droiture de faire ce travail. Donc il appartient ,aux jeunes ,aux femmes et aux hommes de se lever pour protester dans la rue pour réclamer le changement. Lorsque le pays est gouverné par l’absurdité , l’illégalité et la violation des libertés publiques, le recours à la rue est légale , est constitutionnelle et elle est légitime. C’est un droit constitutionnel inaliénable. Descendre dans la rue est légitime , car c’est une forme d’expression de la souveraineté populaire . Personne ne doit se sentir culpabilisée par des contre-vérités prétextant que descendre dans la rue est illégale. C’est un droit constitutionnel. La communauté internationale a beaucoup évolué sur cette question. Est ce que le nouveau régime de transition au Burkina a été condamné par la communauté internationale ? Non ! C’est pour vous dire demander le départ d’Alpha CONDE par la rue parce que n’avons pas d’autres possibilités de le faire est tout à fait constitutionnel . Engageons nous ,alors nous obtiendrons le soutien de la majorité de la communauté internationale parce que l’acte de souveraineté du peuple peut s’exprimer dans la rue par des manifestations et aussi par des élections . Si les élections ne peuvent pas permettre l’expression de la souveraineté populaire alors la rue peut permettre à ce que cette expression se fasse entendre. Nous avons l’obligation d’aller dans ce sens.

La lutte contre Ebola passe par la lutte contre la mal-gouvernance

Au moment où l’Ebola est en train de décimer notre population ,où nous sommes stigmatisés à travers le monde ,il est profondément irresponsable qu’un responsable politique n’aille pas dans le sens des intérêts fondamentaux de sa population. Au Libéria ,il n’existe plus que cinq cas de malades d’Ebola qui sont enregistrés. Nous nous en félicitons ,mais le pays qui pose problème est la Guinée. Ce que nous devons comprendre lutter contre Ebola passe nécessairement par un changement de la gouvernance . Une mauvaise gouvernance ne peut pas donner de bons résultats. Un bon chauffeur de camion peut amener à bon port tout véhicule en mesure de rouler, par contre un mauvais chauffeur quel que soit la qualité du camion ,même sorti d’usine enverra son véhicule se fracasser dés le premier virage. Nous n’avons pas de plus précieux que nos compatriotes , nos frères ,nos sœurs ,notre pays. Nous n’avons que cela . Est-ce que nous allons fermer les yeux et laisser Alpha CONDE nous envoyer en enfer ,car la question se pose en ces termes .C’est l’avenir de toutes les communautés humaines en Guinée qui est menacé par la gouvernance d’Alpha CONDE. Nous ne sommes pas là encore, pour dire qui sera le Président de la République ,qui seront les ministres ! Il faut d’abord sauver la Guinée de l’emprise d’Alpha CONDE sinon nous aurons tout perdu.

Les questions qui viendront tout à l’heure , nous permettrons de préciser certains points. Je cite souvent l’UFDG -Espagne comme une bonne référence , je vous exhorte à continuer dans ce sens !

Gracias !

 

 

 

BAH OURY: De la fievre ebola a la gouvernance d’Alpha Conde

De la fièvre ebola à la gouvernance d’Alpha Condé
Par BAH Oury
1er Vice-Président UFDG
Président de l’OREP
Au cours de ces trois dernières années qui correspondent à la présence d’Alpha Condé au pouvoir , les guinéens sont victimes de séries de catastrophes naturelles et de tueries récurrentes dont les forces de l’ordre se sont rendus coupables.
Les plaies de la Guinée
Le 1er septembre 2012, une trentaine de personnes périrent non loin des côtes de Conakry à la suite du naufrage d’une pirogue faisant la navette entre la presqu’île de Kaloum et les îles Kassa.
Le choléra qui sévissait de façon cyclique est devenu endémique avec des poussées épidémiques dans les régions de la Basse et de la Guinée-Forestiére. En 2012 plus de de 8000 cas et 150 décès furent officiellement enregistrés.
Une épidémie de rougeole sévit actuellement dans la plus part des régions du pays. En sept semaines, 2157 cas ont été signalés. Seules les préfectures du littoral ont pu bénéficier d’une couverture vaccinale satisfaisante car selon les autorités du Ministère de la santé, le nombre de vaccins reste encore insuffisant pour l’ensemble du pays. Pourtant , le Programme Elargi de Vaccination dont la prévention est la mission existe en Guinée depuis 1979. Alors il n’est pas admissible que la Guinée soit en proie à cette épidémie. Les raisons de cette carence doivent être explicitées à la population par la mise sur pied d”une commission d’enquête parlementaire pour faire la lumière sur ces programmes qui reçoivent des financements extérieurs conséquents.
Le paludisme est en Guinée une arme de destruction massive . Il reste le premier problème de santé publique et est la première cause de décès en milieu hospitalier (15%) . Le taux de mortalité du fait de la malaria est selon les statistiques de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) de prés de 170 décès pour 100000 habitants. Ainsi le paludisme tue plus de trente mille guinéens par an.
C’est dans ce contexte déjà suffisamment sinistre , que la fièvre Ebola fait des ravages et alimente une psychose de panique au niveau de la population déjà éprouvée par d’autres calamités. Quatre cas de cette maladie viennent d’être signalés dans la mégapole guinéenne qui compte plus de 2 millions d’habitants. Ces cas s’ajoutent à plusieurs dizaines d’autres recensés en Guinée-Forestière. Sa rapide propagation alarme tous les pays de la région. Certains d’entre eux ont érigé un « cordon sanitaire » aux passages des frontières pour se préserver de la contagion. Plusieurs capitales dans le monde sont alertées et les voyageurs en provenance de la Guinée en font les frais. La CEDEAO vient de lancer un appel à l’aide internationale ,ce qui confirme la gravité de la situation.
Une catastrophe prévisible
La catastrophique situation sanitaire en Guinée n’est pas une surprise. Moins de 3 % de la population bénéficie d’une couverture sociale . La faiblesse du financement du secteur, le manque de personnel qualifié et sa mauvaise répartition dans le territoire et la mauvaise qualité des structures sanitaires expliquent le faible accès des populations notamment rurales aux médicaments essentiels. Le maintien de la Guinée parmi les pays ayant le plus faible indice de développement humain (IDH) depuis sa création au début des années 1990 rend illusoire l’atteinte des cibles des OMD à l’horizon 2015.
Les ressources allouées au budget de la santé ne sont jamais allés au delà des 3 % des dépenses totales. Pour l’année 2014, elles sont seulement de 2,74 % alors que l’OMS et la CEDEAO exigent un minimum de 15 % des ressources pour la santé publique . Manifestement la Guinée est très loin du compte.
Les priorités gouvernementales d’Alpha Condé ne sont pas l’amélioration des conditions de vie des populations ,ni la réduction de la pauvreté car l’essentiel des ressources du pays sont dirigées vers les ministères régaliens ( défense , sécurité, administration du Territoire). La présidence avec la bénédiction du CNT s’est octroyée un budget d’ un milliard de GNF (cent mille euros) par jour et le le Ministère de la Défense dont l’ordonnateur n’est autre qu’ Alpha Condé lui-même se taille la part du lion avec 10 % du budget national.
Les guinéens ne doivent pas imputer à une atavique fatalité, les raisons de leur malheur. Elles sont visibles et elles narguent l’immense majorité de la population. Les dirigeants guinéens ont une large part de responsabilité des multiples souffrances de la société, car en siphonnant pour leur propre compte depuis très longtemps les maigres revenus nationaux , ils réduisent prés de treize millions d’âmes à ce que Franz Fanon avait appelé « les damnés de la terre ».
Les guinéens doivent savoir que la mal-gouvernance endémique de notre pays est le cancer qui ronge tous les secteurs de la société. Elle est aussi nocive et dangereuse que la fièvre Ebola. L’indispensable et urgente éradication de cette maladie infectieuse est une impérieuse nécessité. La solidarité nationale et la conscience citoyenne doivent permettre d’aider à lutter contre ce nouveau fléau qui décime des compatriotes et qui endeuillent plusieurs familles . Mais il faut aussi neutraliser les facteurs de la mauvaise gouvernance dont le pays est victime. La persistance des épidémies rappelle qu’un faible leadership à la tête du pays ne peut qu’apporter désolation ,désespoir et misère généralisée. Par conséquent le changement de la gouvernance actuelle par la mobilisation sociale et citoyenne afin d’arrêter la descente aux enfers de notre pays est une impérieuse nécessité.

 

 

 

 

Bah Oury: 22 janvier 2014 , 7 ème anniversaire du massacre au Pont-Tombo de Conakry (VIDEO)

Below is a video of the massacre filmed as it unfolded on January 22, 2007.  Further below is an article by Bah Oury, Vice-President of the UFDG, about the 2007 massacre of an opposition-labor march in Conakry and how violence continues to be the way the government responds to dissent.  Click on the URL below the video to read the article.

 

New Gov’t. of Guinea: Who’s In, Who’s Out, and Bah Oury’s Thoughts on PM Fofana and More

DjinnitSaidMusketeers3LaksarisThese guys (top:  UN special evnoy-Said Djinnit, below l to r; EU rep-Vandamme, French Amb. Cochery and US Ambassador Laskaris), worked very hard to get Guinea to the stage it is today.  First, they succeeded in shoving legislative elections down the throats of Guineans and pretended not to know that the Conde-RPG-CENI machine would  commit massive fraud.  They succeeded in keeping the opposition out of the streets after the election demanding calm and suggesting the use of the Guinean court system to address electoral “irregularities.”   And, today, they say all stages of the transition are “complete.” They have assured  investors that the opposition is tame and the doors to the riches of Guinea are open.  Yet, for all their “involvement” in Guinea, its people are worse off than when they arrived.   Conde’s a lucky guy.  Without this tricky quartet protecting him, he would be out on his ear, or worse.

The following articles have been translated from French into English via Google.  A link to the French versions accompanies each article.

THE COMPOSITION OF THE NEW GUINEAN GOVERNMENT La composition du nouveau gouvernement guinéen
Guinean President Alpha Condé has appointed a new government. Several ministers were renewed and others have made their way into the government to be headed by Prime Minister Mohamed Said Fofana.  Here is the composition of the government ….
1 Minister of State for Mines and Geology, Mr. Kerfalla Yansané previously Minister of Economy and Finance2 Minister of State, Minister of Justice Minister of Justice, Mr. Cheick Sacko, a lawyer practicing in Montpelier, vice bâtonnier International Relations
3 Minister of State, Minister of Foreign Affairs and Guineans abroad, François Fall Lounceny confirmed

4 Minister of State, Minister of Posts, Telecommunications and New Information Technology, Mr. Oye Guilavogui confirmed.5 Minister of State, Minister of Economy and Finance, Mr. Mohamed Diaré previously Minister budget6 Minister of State, Minister of Higher Education and Scientific Research: Mr. Bailo Diallo Telivel confirmed7 – Minister of Health: doctor Colonel Rémy Lamah, previously CEO of the health services of the Guinean armed forces

8 – Security Minister & Civil Protection El Hajj Madifing Diané confirmed

9 – Minister of Energy and Water: Mr. Idrissa Thiam, former special adviser to Mr. President

10 – Minister of Territorial Administration and Decentralization: Alassane Conde confirmed.

11 – Agriculture Minister den: Madam Jakeline Sultant previously Executive Director of the National Agency for Agricultural Development and Food Security

12 – Minister of Technical Education and vocational training, employment and labor, government spokesman Mr Albert Damantang Camara, Confirmed.

13 – Minister for Urban and Regional Planning: Ibrahima Bangoura, former Minister of Housing and Construction.

14 – Minister of Civil Service, State Reform and Labour: M Sekou Kourouma, formerly High Commissioner to the state reform and modernization of the administration.

15 – Minister of Transport: Ms. Doré Domani, previously communications consultant

16 – Minister of International Cooperation: Dr. Moustapha Sano Koutoub confirmed

17 – Minister of Communications: Mr. Alhousseny Makanera Kake, adviser at the ministry of territorial administration and decentralization.

18 – Minister of Commerce: Mr. Marck Yombouno previously Minister of Agriculture

19 – Minister of Fisheries and Aquaculture: Mr. Moussa Conde confirmed.

20 – Minister of Transport Mr Aliou Diallo, State Inspector General Inspectorate of State for the Presidency of the Republic

21 – Minister of pre-university education and literacy: Dr Ibrahima Kourouma confirmed
22 – Minister of Public Works: Mr. Mohamed Traoré, former CEO of the background road maintenance
23 – Minister of Environment, Forest and Water: Kadiatou Ndiaye, previously, previously CEO ANAIM

24 Minister of Hospitality, Tourism and Handicrafts, Mr. Lounceny Camara confirmed

25 Minister of Livestock and livestock products, Mr. Thierno Ousmane Diallo previously governor of the region of Faranah

26-Minister of Planning, Mr. Sékou Traoré, confirmed

27 Minister of Industry SMEs and promotion of the private sector, Ms. Fatoumata Binta Diallo previously advisor to the prime minister for employment and women’s entrepreneurship.

28 – Minister of Culture and Historical Heritage, Mr. Ahmed Tidiane Cisse confirmed

29 – Minister of Social Welfare Promotion of Women and Children, MadameCamara Sanaba Kaba previously Advisor for missions to the Presidency of the Republic

30 – Minister of Human Rights and Civil Liberties, Mr. Kalifa Gassama Diaby confirmed

31 – Minister of Youth and youth employment, Mr. Moustapha Naite, previously general manager of public heritage buildings

32 – delegate to the National Defence Minister, Mr. Abdoul Camara confirmed Kabele

33 – Minister Delegate for the Budget, Mr. Ansoumae Conde, former national director of public markets

34 – Deputy Minister of Guineans abroad, Mr. Sanoussy Bantama Sow, previously Minister of Youth, Sports and youth employment.

A dispatch from Souaré Mamadou Hassimiou
For Africaguinee.com

These great ministers left the government

Ces grands ministres qui quittent le gouvernement.

By a decree read on national radio, President Alpha Condé has reshuffled his government. Some ministers considered hitherto untouchable have paid the price.

Both Papa Koly Kourouma, former Minister of State in charge of Energy and Ousmane Bah, Minister of State in charge of public works and transport had the advantage of being members of the government because they are electoral allies of President Alpha Condé. In addition to these ministers, Minister of State in charge of Justice, met the same fate.

In addition to these ministers of state, it is worth noting those ministers deprived of positions of some importance such as mining Mohamed Lamine, the Guinean Minister of Guineans Living Abroad, Rouguy Barry and Ramatoulaye Bah Ministry of Industry and SMEs .

The political leader Bah Oury responds to Said Fofana’s reinstatement

2014-01-20 6:51:09 p.m.

“The renewal of Fofana indicates a total lack of consistency of the Head of State of Guinea”

This is a Bah Oury, always faithful to his “straight talk”, gave an exclusive interview to www.nouvelledeguinee.com. The menu of this head to head: the election of Kondiano to roost, refusal Kouyaté sit in the National Assembly, and other topics such as surprise renewal of Mohamed Said Fofana at the Palais de la Colombe. Number 2 of UFDG set his eyes on all his subjects that make the headlines Guinea.

Interview

Nouvelledeguinee.com: Guinea has just had a president of the National Assembly. What is your view on the election of Kory Kondiano?

Bah Oury: The election of Mr. Kory Kondiano is in the logic of things. Indeed, with a relative majority in the National Assembly, his election was expected. But a vote of 64 in favor of voting showed that the voice of the parliamentary opposition are worn on the candidate RPG, thus depriving Mrs. Anne Marie Toffany, candidate UFDG valuable voice. This demonstrates the fragility of the unity of the parliamentary opposition.

The versatile nature of some officials also shows the possibility for the presidential party can have a majority variable geometry by using conventional subterfuges such as vote buying, intimidation and isolation of recalcitrant refractory members.

The beginnings of this parliament have not convinced the national opinion, but instead fueled the frustrations and anger that are quite legitimate.
The distribution of posts in the office of the Executive spent the total domination of RPG to the chagrin of the opposition. It was also predictable.

Nouvelledeguinee.com: Was the UFDG consulted on the choice of Ms. Anne Marie Toffanie as a candidate of the opposition for Assembly president?

Bah Oury: No.

Nouvelledeguinee.com: How are your relations with President Diallo?

Bah Oury: This is the status quo.

Nouvelledeguinee: What comment do you make the decision of SARP Lansana Kouyaté sulking the National Assembly?

Bah Oury Mr Kouyaté was a dignified and courageous attitude.

Nouvelledeguinee: Sadaakadji Diallo plans to enter politics. Your comments on the new adventure of the wealthy businessman?

Bah Oury: This is a free citizen and has the right to express his views on how the affected country is governed.

As to the form of political engagement, exchange and sharing of experiences seem to me appropriate to avoid the mistakes of the past and especially to be able to pool forces to defeat the power of the bad policies and opposition to to save our country from sinking.

Political commitment to my understanding is not limited only to create a political party. A party is like a shrub need water for years to hope to see grow. Age of maturity requires decades of sacrifices, failures and also successful.

But the political space occupied by political parties is quantitatively cluttered and strong demand for quality human resources is urgent.

In other words, I advocate the sharing of strengths, talents and experiences to make a political quality team emerge able to be truly democratic alternative that the country needs. It is my wish and it is my ambition. Avoid dispersal of forces.

Nouvelledeguinee: In your opinion, what is the balance Rabiatou Sera Diallo and CNT after three years of work?

Bah Oury: The life of the CNT was longer than what was reasonable. In this context two realities faced: spike with some legality and legitimacy of the head of the executive, based on a presidential election. From this point of view the battle was uneven.

Then, the democratic opposition has neglected the CNT and left to itself. All this has led to mixed results of this instance of the transition which is later became “an instrument” to support government action.

The negative assessment of the political, economic and social governance of the Guinean Executive led the NTC also.

Nouvelledeguinee: President Alpha Conde intends to appoint a government “mission” to finally put to work. What do you expect of the future team?

Bah Oury Mr Alpha Condé reinstated Said Fofana as Prime Minister and Head of Government. Mr. Conde villified Fofana’s government last week, yet put Fofana back into this position.

This indicates that there is a total lack of consistency of the Head of State of Guinea. Governance Alpha Condé has shown its limits and no qualitatively positive change can be expected by his act.

In the coming days, the team of ministers is known. I do not expect any significant shift in how the Guinea is governed. The busyness will be even more triumphant than ever.

Democrats and progressive forces must draw all the consequences and therefore take the necessary involvement of all to shorten this dangerous governance for the country’s unity.
We must fight this governance is unable to improve the lives of our compatriots sinking deeper and deeper into poverty and starvation.

Interview by

Mamadou Saliou Diallo,
> Www.nouvelledeguinee.com

BAH OURY: CLIMAT D’ INSÉCURITÉ EN GUINEE : PEURS ET INQUIÉTUDES AU NIVEAU DE LA POPULATION

CLIMAT D’ INSÉCURITÉ EN GUINEE : PEURS ET INQUIÉTUDES AU NIVEAU DE LA POPULATION PAR BAH OURY

Mohamed Ghussein

Conakry s’est réveillé le mardi 26 novembre dans l’effroi et l’horreur en découvrant le corps sauvagement mutilé de Mohamed Ghussein ,cadre au Ministère des Finances. Un mois plus tôt Ibrahima Kalil Diané, responsable financier au Haut Commissariat de la Réforme de l’Etat a été abattu dans le quartier de Taouyah de la Commune de Ratoma. Ce même jour deux autres personnes sont fauchées par une rafale de mitraillette dans le quartier de Bonfi-Matam. A Pita à l’intérieur du pays ,les assassinats crapuleux sont récurrents . Même les personnes du troisième âge ne sont pas épargnées , c’est ainsi que Mme Bineta Diallo a été agressée et tuée alors qu’elle retournait à Soguiah son village. Dans la même cité, les attaques à main armée contre de paisibles citoyens plus ou moins fortunés sont courantes. A Kankan à l’est du pays, la découverte d’un corps décapité a créé le désarroi au sein de la population. A Labé ,les braquages suivis d’agressions à mains armées font florés. Cette énumération est loin d’être exhaustive, car ne concerne qu’une infime partie des crimes commis en toute impunité dans tout le pays.

La hiérarchie de la gendarmerie nationale avoue publiquement son impuissance à endiguer la vague de criminalité qui sévit dans le pays et surtout dans Conakry . Cette carence est perçue comme une incitation implicite de recourir à « des services privés » pour assurer la sécurité publique. Là aussi ,l’État défaillant a abdiqué devant ses responsabilités régaliennes à savoir « assurer la sécurité des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national , sans aucune discrimination, et ni préférence  ». Ce constat n’est guère une surprise . En effet l’Agence Nationale de Lutte contre la Corruption dans une récente publication indique que 90,4 % de la police nationale et de la gendarmerie sont corrompus. De son côté le Document de Stratégie et de Réduction de la Pauvreté DSRP III (2013 – 2015) pointe du doigt les questions d’insécurité et de violence comme les causes fondamentales « de la fragile stabilité politique, sociale, et économique du pays ». Cette situation poursuivent les rédacteurs du document « a engendré des crimes de toute nature sans que les pouvoirs publics n’interviennent de manière efficace, faisant ainsi fuir les investissements directs étrangers nécessaires à la promotion du secteur privé ». Ce jugement, certes sévère édulcore toutefois une réalité encore plus révoltante et également lugubre. Continue reading “BAH OURY: CLIMAT D’ INSÉCURITÉ EN GUINEE : PEURS ET INQUIÉTUDES AU NIVEAU DE LA POPULATION”