Why Guinea’s Election Crisis Matters by Peter Pham

The Guinean opposition has always enjoyed the support of the overwhelming majority of Guineans, as evidenced in this 2013 video.

The following article appeared in the April 23, 2015 issue of the US News and World Report. You will not find a better assessment of the dire political situation in Guinea today.  The author, Peter Pham, is to be commended for his research and for parsing out the truth often masked by government disinformation campaigns.

Why Guinea’s Election Crisis Matters
The country is key to maintaining peace and stability in West Africa.

Guinea security forces and protesters on Monday, April 13, 2015.
By J. Peter Pham April 23, 2015 | 11:00 a.m. EDT + More

The international community breathed a collective sigh of relief following the recent presidential, parliamentary and gubernatorial elections in Nigeria. Although the competition was the fiercest Nigerians have ever seen and the polls were marred by some irregularities and a few regrettable episodes of violence, the graceful concession of the defeated incumbent president and the magnanimity of his challenger pave the way for next month’s historic peaceful, democratic handover of power in Africa’s most populous country. It is a significant milestone, not only for Nigeria, but for Africa as a whole.
But imagine what would have happened if President Goodluck Jonathan had rigged the election process or simply refused to accept President-elect Muhammadu Buhari’s win at the ballot box? That’s what President Alpha Conde is trying to do in nearby Guinea, a geopolitically sensitive nation in the same West African subregion, where the political upheaval and ethnic conflict being risked could easily spill over into neighboring countries, including Mali, Liberia, Sierra Leone and Ivory Coast, all of which are just themselves emerging from prolonged periods of civil strife. Consequently, there is an urgent need for the international community to engage more robustly in Guinea. The good news from Nigeria should not be an excuse for complacency about the prospects for democracy and stability elsewhere in the region.
Moreover, we should not view Guinea merely through the prism of Ebola, despite the efforts of the incumbent president to blame everything on the epidemic of which his country has been the unfortunate epicenter, as he shamelessly did this past week in Washington. Even before the outbreak of deadly disease wreaked havoc with the economy, both urban and rural poverty were increasing during the president’s tenure according to his own finance ministry’s report to the International Monetary Fund. Unable to run on his weak record, Conde, in office since a disputed election in 2010, is using every trick in the book to remain in power. Recently, the regime has been increasingly blatant in rigging the electoral process to ensure that it “wins” the elections scheduled for less than six months from now.
The political opposition realizes that it is being railroaded by the government, which controls the so-called Independent National Electoral Commission. That body has rejiggered the electoral calendar to give an insurmountable advantage to the incumbent president, who has refused to engage in a political dialogue with the opposition for almost a year.
Frustrated by both the government’s intransigence and the international community’s lack of attention, the coalition representing the major opposition parties has taken to the streets to demand free, fair and transparent elections. The peaceful demonstrations, including a massive one planned for this Thursday, have continued despite the regime’s attempts to violently repress them. On Monday, for example, several protesters, including a 15-year-old boy, were wounded when live rounds were fired at them by police.
As a result of these demonstrations, Conde’s government has finally offered to renew dialogue with the opposition. However, Cellou Dalein Diallo, a free-market economist and former prime minister, and other leaders of the opposition coalition have declined to participate in talks with the government until two conditions are met: the pro-government electoral commission must cease to function and be revamped; and the timetable for elections which the commission unilaterally announced must be dropped in favor of one which represents the consensus of all stakeholders. Speaking from Paris on Wednesday, Conde rejected any change to the election timetable.
The preconditions are necessary because opposition leaders do not trust Conde and think that the offer of negotiations is little more than a clever trap, just fruitless dialogue designed to waste time as the electoral clock continues to tick.
The opposition is confident that it has the support of the masses. Of course, it will have to prove that assertion at the polls. But for that to occur, the entire electoral process must be free, fair and transparent. And the process has to begin long before the Oct. 11 date chosen for the presidential vote. The opposition is demanding, quite reasonably, that local elections that Conde has postponed on one pretext or another for more than four years be held before the presidential poll, in accordance with Guinea’s laws as well as the repeated promises of the president himself.
Why is this so important? First, there is no basis in the Guinean constitution for the repeated postponements of these elections and, as a result of them, as both opposition politicians and civil society leaders have pointed out, none of those occupying local government offices – mayors, local council members, ward chiefs, etc. – has a legal mandate. Second, as many observers have noted, the criteria under which these officials have been retained without the consent of their constituents has been their allegiance to the president. Third, these same unelected local officials, dependent as they are upon the incumbent for their livelihood, will be the very people who, at the grassroots level, will not only be determining who can register to vote ahead of the polls and who casts ballots on election day, but will themselves be counting ballots and tabulating results.
Opposition candidates and pro-democracy advocates alike fear, justifiably, based on their experience in the controversial 2010 presidential election from which many reports emerged of fraud, that the process will be corrupted. Thus, these activists have called on the international community, especially the United Nations, the African Union, the Economic Community of West African States, the European Union, France and the United States, to engage more energetically in Guinea to ensure a level playing field for the upcoming local and presidential elections. Deploying foreign observers to monitor polling sites on election day would be too little too late.
Why does Guinea matter? Why should the international community, with so many crises demanding attention, even care? Guinea matters because it constitutes a case of arrested development, a country which has never realized its ambitions despite extraordinary human and natural resources – among other things, it holds two-thirds of the world’s largest reserve of bauxite, and prodigious amounts of gold, diamonds, iron ore, graphite, manganese and other mineral resources – that could make Guinea potentially one of the richest nations in Africa. Alas, since independence in 1958, the country has been run by a series of authoritarian leaders who have ruled from the top down for the benefit of the fortunate few, not for the entire nation. Moreover, without credible elections, Guinea risks plunging into a profound political crisis and, indeed, outright conflict. Ethnic tensions are already being stoked and, in a region whose borders were very recently shown by the rapid spread of the Ebola virus to be all-too-porous, such conflicts will be impossible to contain.
To head off this very real threat, the international community needs to engage now to ensure free, fair and transparent elections yielding credible results acceptable to all Guineans. It not only matters for the people of Guinea, but is critical to maintaining peace, stability, and democratic gains of the entire region.
J. Peter Pham is director of the Atlantic Council’s Africa Center.

Advertisements

Guinee: Le Discours de Madrid du 25 janvier 2015 par Bah Oury

Le Discours de Madrid

du 25 janvier 2015

par BAH Oury

1er Vice-Président UFDG

Merci à la Fédération d’Espagne, d’avoir organiser ce meeting. C’est un meeting très important dans la vie de l’UFDG aussi bien pour l’UFDG en Guinée que pour les militants à l’étranger.

Grâce aux systèmes d’informations modernes , ceux de Conakry nous écoutent et nous entendent.En s’adressant à vous, nous nous adressons également à l’ensemble des guinéens qui sont de par le monde.Je réitère mes félicitations et mes remerciements à l’ensemble des militants et des responsables de l’UFDG d’Espagne.

J’ai une pensée particulière pour Dr Fodé Oussou qui a accepté malgré son calendrier très chargé d’être avec nous pour montrer que L’UFDG est une. Elle est indivisible , son avenir et sa pérennité seront préservés pour très longtemps. Je remercie également la délégation d’Angleterre, qui prouve que la Coordination d’Europe est une réalité et qu’ elle entend jouer désormais son rôle pleinement pour le rayonnement et le développement de l’UFDG en Europe.

A titre personnel, je remercie Thierno Amadou Bassirou, expert dans une organisation internationale travaillant pour le développement du Tiers-Monde ,qui m’a fait l’amitié d’être avec nous. J’en suis honoré. A travers cet acte de Thierno Amadou , c’est un appel que nous lançons à toutes les compétences guinéennes qui sont à travers le monde. Pour certaines d’entre elles , elles n’ont que de guinéens que le fait que leurs parents soient d’origines guinéennes . Elles sont de différentes nationalités mais je dis que leur apport , leur expertise et leur engagement pour la Guinée doivent être sollicités parce que la Guinée ne peut pas se construire sans la convergence de toutes les forces guinéennes qu’elles soient de de souche ou qu’elles aient acquis d’autres nationalités. La Guinée doit se construire avec tout le monde.. Il y va de notre intérêt et de celui de notre sous-région ouest-africaine.

Se souvenir de Barry III, Baldé Ousmane, Moriba Magassouba et Keïta Kara

Aujourd’hui nous sommes le 25 janvier 2015. Il y a quarante quatre ans le 25 janvier 1971, la Guinée a été spectatrice des pendaisons au Pont Tombo de Conakry des fils les plus dignes de la Guinée . Le 25 janvier 1971 ,Barry III, Baldé Ousmane , Moriba Magassouba et Keïta Kara ont été pendus en public au pont Tombo. Il y a quarante quatre ans , C’était l’intelligence qui a été piétinée ,c’était la sagesse qui a été piétinée, c’était la volonté de sortir la Guinée du sous-développement qui a été piétinée et c’étaient la démocratie et la liberté qui ont été piétinées par le régime de Sékou Touré ,ce 25 janvier 1971. Malheureusement depuis lors nous assistons qu’à des crimes, qu’à du sang versé par des régimes qui ne sont intéressées qu’à s’accaparer du pouvoir et à ignorer les problèmes fondamentaux des guinéens.

Nous devons nous en souvenir en ce jour 25 janvier 2015. Nous devons nous en souvenir pour nous rendre compte que notre lutte à des racines très lointaines . En 2015 , nous devons tout faire pour arrêter ce cycle infernal de destructions , de sang versé et d’aliénation de tout un pays et de tout un peuple.

La diaspora guinéenne doit se réorganiser autrement pour se protéger

Aujourd’hui la communauté guinéenne est partout. Ici à Madrid ,en Espagne ,il y a vingt ans peu de gens pouvait s’imaginer que prés de 15 à 20000 âmes de ressortissants guinéens pouvaient résider dans ce pays.Ce qui est significatif. Aujourd’hui les guinéens sont présents un peu partout à travers le monde.Mais nous avons des problèmes. Ce qui nous fait penser à nos compatriotes d’Angola . Vous savez , récemment , beaucoup d’entre eux parmi d’autres ressortissants des pays africains ont été victimes d’exactions. Mais les autorités guinéennes qui, de par la constitution guinéenne ont obligation d’assurer la protection des intérêts de tous les guinéens dans n’importe quel pays au monde,n’ont pas bougé le petit doigt. Elles n’ont rien fait pour secourir leurs ressortissants et demander aux autorités angolaises de veiller au strict respect des droits fondamentaux des guinéens en Angola.

Actuellement nous ne sommes pas au pouvoir et par conséquent notre marge de manœuvre est étroite .et limitée pour soutenir nos compatriotes en détresse. Mais nous pouvons faire quelque chose . C’est la raison pour laquelle , je demande à tous les guinéens qui vivent à l’étranger de tenir compte de deux aspects sur lesquels il faudra avoir une politique précise et cohérente.

  • Ne pas oublier le pays d’origine ! ne pas oublier la Guinée ! se battre pour que la Guinée change en mieux et que la gouvernance soit conforme à ce que tout être humain souhaite pour sa société et son pays.

  • Mais également exister là où vous êtes ! La société civile guinéenne doit exister là où les ressortissants résident .Pour mieux se défendre ,il faut être en phase avec les populations des pays d’adoption. La société civile guinéenne en Angola doit développer des relations mutuellement fécondes avec les sociétés civiles angolaises. Notre meilleure sécurité c’est d’être avec les nationaux où nos compatriotes résident . Si nous sommes en bons termes avec les populations d’accueil ,alors nous serons protégés. Cela veut dire qu’ici en Espagne, vos enfants naissent ,grandissent et parlent espagnols . Donc ils sont espagnols. Il faut par conséquent que leur avenir soit protégé. Ne nous enfermons pas ! Ne soyons pas des ghettos sociaux ,ou culturels ou ethniques ! Ouvrons nous ! Ouvrons nous entre guinéens ! Ouvrons nous aux autres ! Ouvrons nous à ceux qui nous accueillent dans leur pays ! C’est notre seule manière d’assurer notre sécurité et notre vie dans ces pays d’accueil pour longtemps ! Cherchez à développer des relations avec les pays d’accueil ne veut pas dire ,oublier le pays d’origine ! Le moment viendra où notre expertise, notre capital relationnel et financier pourront être d’une très grande utilité pour la Guinée lorsque la gouvernance changera.

Les grands pays d’aujourd’hui sont construits grâce à leur diaspora. Donc à la diaspora guinéenne partout où elle peut être ,en Afrique, en Europe, en Asie et en Amérique de se préparer à jouer son rôle, tout son rôle pour la construction d’un grand pays que sera la Guinée de demain.

L’UFDG au service de tout le peuple guinéen

C’est notre parti, c’est notre instrument pour notre politique. J’ai entendu votre discours où vous appelez à une reformulation de la stratégie de l’UFDG. Vous avez raison! Nous devons capitaliser nos erreurs et savoir dans le contexte actuel comment avancer . Par la grâce de Dieu , notre parti retrouve son unité , sa vigueur et se remet en marche pour la conquête du pouvoir. Ce que nous avons gagné aujourd’hui avec les difficultés que nous avons connues ,avec les tensions enregistrées par-ci, par-là , c’est la pérennité de l’UFDG qui est acquise ! Pérennité veut dire quoi ? Nous partirons et nous laisserons un parti fort, un parti structuré et un parti enraciné qui fera qu’en Guinée, émergerons en son sein plusieurs Chef de l’Etat qui gouvernerons la Guinée, par la grâce de Dieu ! Nous travaillons pour la durée, pour l’avenir ,pour un grand changement . Votre discours d’introduction va dans ce sens. Nous allons tous ,nous donner la main pour qu’il en soit ainsi.

Actuellement vous vous posez beaucoup de questions. Vous vous interrogez.Le représentant de l’UFR a parlé de la question des passeports biométriques ,que la Fédération UFDG d’Italie avait déjà évoqué lors de notre séjour en décembre dernier à Brescia. La quasi-impossibilité d’obtenir un passeport au niveau des services consulaires des ambassades de Guinée à l’étranger constitue une privation de vos droits civiques. Le Vice-Président Fodé Oussou et Président du groupe parlementaire des Démocrates Libéraux a pris l’engagement de retour à Conakry de tout faire pour secouer les autorités compétentes guinéennes pour que l’obtention de passeport biométrique dans les pays de résidence soit possible dans les meilleurs délais.Il leur rappellera leur obligation constitutionnelle de mettre à la disposition des guinéens de l’étranger des documents de voyage indispensables pour une régularisation de leur séjour à l’étranger.

Quelle stratégie mettre en œuvre ?

On dit qu’il y aura des élections présidentielles en 2015. Mais pratiquement tous les moyens ont été mis en place par le gouvernement d’Alpha CONDE pour que le processus électoral soit totalement opaque. Le fichier électoral que la Sagem avait confectionné entre 2007 et 2010, qui a pu enregistré, recensé une grande majorité de nos compatriotes, a été corrompu et mis de côté. Le fichier de la Sagem était une base sur laquelle un fichier renouvelé, enrichi chaque année aurait pu permettre d’avoir un fichier propre afin d’obtenir des élections crédibles. Comme M. Alpha CONDE ne veut pas de la transparence , ce fichier de base est détruit. Par conséquent ,nous ignorons quel sera le fichier des présidentielles de 2015 et des communales. Or vous savez , une élection c’est d’abord le fichier électoral. Si le fichier n’est pas correct, attendez vous à ce que l’élection ne soit pas correcte. Cela veut dire que le travail est à refaire en ce qui concerne le fichier.

En ce qui concerne la CENI , là aussi à partir du moment où c’est la règle de la majorité qui prévaut pour les prises de décision ,la majorité numérique déjà acquise à M.Alpha CONDE ne fait qu’entériner ses choix. La CENI comme organe régulatrice et organisatrice du processus électoral ne fera donc pas un bon travail.

Du côté des communes et des chefs de quartier , là aussi le pouvoir s’est permis de violer la loi en mettant des délégations spéciales qui depuis quatre ans sont en place. Ainsi en passant en revue, le fichier électoral, l’organisation et le fonctionnement de la CENI , la confiscation par le RPG des attributs des élus communaux et des quartiers , sans compter les autres moyens que sont l’administration préfectorale, les forces de défense et de sécurité ,une élection transparente et crédible est difficile dans ce contexte. Le dilemme pour l’opposition est à ce niveau .

Que faut-il faire ?

Faut-il malgré tout aller à des élections dans ce contexte. Aller à des élections dans ce contexte ,c’est redonner un pouvoir à M.Alpha CONDE pour cinq autres nouvelles années. Alors ce qui reste du pays sera détruit et enfin de compte nous n’aurons plus de pays. Donc,ce n’est pas possible ! Nous ne pouvons pas nous permettre d’aller dans ce sens. Une bataille est engagée pour obliger M.Alpha CONDE à reconstruire correctement ce qu’il avait déjà détruit. Mais comme il ne connaît que les rapports de forces ,il faut comme dit l’autre « si tu danses avec l’aveugle ,il faut le piétiner afin qu’il sache qu’il n’est pas seul » . Dr Fodé Oussou l’a dit tout à l’heure ! Il faut piétiner Alpha CONDE afin qu’il sache qu’il n’est pas seul à danser sur la scène politique guinéenne. Il le saura bientôt de la manière la plus éblouissante ! Si nous sommes de l’UFDG c’est normal d’être contre Alpha CONDE , si nous sommes de l’UFR ou du PEDN c’est normal d’être contre Alpha , mais aussi au sein du RPG une majorité est en train de se lever contre Alpha CONDE. La majorité au sein du RPG qui va se soulever contre Alpha CONDE est une perspective salutaire pour permettre à la Guinée de donner un coup de pied très rapidement à Alpha CONDE. Pourquoi faut -il développer cette stratégie ? Parce qu’électoralement ,nous avons tout à perdre et les lendemains des élections seront plus catastrophiques encore. Pour sauver la Guinée ,il faut maintenant donner un coup de pied à Alpha CONDE pour qu’une transition crédible et responsable puisse nous permettre de sortir de l’impasse.

Actuellement entre nous ,le débat est âpre. Certains préconisent une candidature unique , d’autres des candidatures multiples .Mais je dois dire , à la lumière de l’expérience de ce que nous savons de la Guinée d’aujourd’hui , une élection avec M.Alpha CONDE ne sera pas une élection. Lui-même a déclaré en mars 2011 à Dixinn«  qu’il faut être fou pour un Président de la République ,d’ organiser des élections pour les perdre ». .Il faut le prendre au mot, car c’est sa propre déclaration. Même s’il fait semblant de « changer de veste » parce qu’il en a l’habitude, sa stratégie initiale demeure. Après avoir trébuché aux législatives grâce à la pertinente présence des observateurs de l’UE qui l’a empêché de s’accaparer des sièges de la capitale, il a déclaré ne plus vouloir une participation de l’UE au financement des présidentielles. Il ajoute , malgré que nous n’avons pas des ressources financières pour lutter contre la fièvre Ebola ,pour avoir de l’électricité ou de l’eau , ou des routes qu’il financera les présidentielles par le budget national dédaignant ainsi les 26 millions d’euros de l’UE. Cette aide équivalente à prés de 250 milliards de GNF aurait pu servir à financer beaucoup de choses. Plus grave le gouvernement dit pouvoir débloquer 500 milliards de GNF pour l’organisation des élections.Vaste gâchis !

Pourquoi cela ? Parce que si l’UE verse les 26 millions d’euros , alors elle sera présente par ses observateurs et ses cadres techniques auprès de la CENI et sera sur le terrain le jour des élections.Ce que M. Alpha CONDE ne veut pas. Pourquoi ,il ne le veut pas ? Il dit que c’est une question de souveraineté et que tout pays doit « financer et organiser lui-même ses élections ». Nous sommes d’accord avec lui. Mais à condition d’en avoir les moyens. S’il faut pour cela faire des acrobaties comptables pour simplement empêcher que des observateurs puissent surveiller le processus électoral en privant ton pays de 250 milliards de GNF pour simplement que tu t’accapare du pouvoir ; alors ce président de la République est indigne de la fonction qu’il occupe.

Chers compatriotes , nous ne pouvons pas tourner longtemps autour du pot. Notre volonté d’aller dans le sens d’un processus dit légal avec un régime qui ne respecte pas la légalité, ne donnera rien. C’est de la peine perdue.

La souveraineté populaire ,source de tout pouvoir démocratique

Est-ce que la souveraineté populaire est légale ou illégale ? La souveraineté populaire est la plus légale et la plus constitutionnelle possible . Il faut prendre en compte une nouveauté importante. D’habitude et c’est normal ,un coup d’État doit être prohibé ,nous sommes d’accord là dessus. Accéder au pouvoir par un coup d’État n’est pas légal ni constitutionnel. Aussi empêcher que le processus électoral soit transparent est aussi illégal et anticonstitutionnel. Un régime qui va dans ce sens se met dans une dérive illégale et anticonstitutionnelle. Qui peut alors changer la donne si tel est le cas. C’est celui qui est investi constitutionnellement de la possibilité de rétablir le droit constitutionnel . Il ne faut pas s’attendre à ce que la cour suprême ait le courage et la droiture de faire ce travail. Donc il appartient ,aux jeunes ,aux femmes et aux hommes de se lever pour protester dans la rue pour réclamer le changement. Lorsque le pays est gouverné par l’absurdité , l’illégalité et la violation des libertés publiques, le recours à la rue est légale , est constitutionnelle et elle est légitime. C’est un droit constitutionnel inaliénable. Descendre dans la rue est légitime , car c’est une forme d’expression de la souveraineté populaire . Personne ne doit se sentir culpabilisée par des contre-vérités prétextant que descendre dans la rue est illégale. C’est un droit constitutionnel. La communauté internationale a beaucoup évolué sur cette question. Est ce que le nouveau régime de transition au Burkina a été condamné par la communauté internationale ? Non ! C’est pour vous dire demander le départ d’Alpha CONDE par la rue parce que n’avons pas d’autres possibilités de le faire est tout à fait constitutionnel . Engageons nous ,alors nous obtiendrons le soutien de la majorité de la communauté internationale parce que l’acte de souveraineté du peuple peut s’exprimer dans la rue par des manifestations et aussi par des élections . Si les élections ne peuvent pas permettre l’expression de la souveraineté populaire alors la rue peut permettre à ce que cette expression se fasse entendre. Nous avons l’obligation d’aller dans ce sens.

La lutte contre Ebola passe par la lutte contre la mal-gouvernance

Au moment où l’Ebola est en train de décimer notre population ,où nous sommes stigmatisés à travers le monde ,il est profondément irresponsable qu’un responsable politique n’aille pas dans le sens des intérêts fondamentaux de sa population. Au Libéria ,il n’existe plus que cinq cas de malades d’Ebola qui sont enregistrés. Nous nous en félicitons ,mais le pays qui pose problème est la Guinée. Ce que nous devons comprendre lutter contre Ebola passe nécessairement par un changement de la gouvernance . Une mauvaise gouvernance ne peut pas donner de bons résultats. Un bon chauffeur de camion peut amener à bon port tout véhicule en mesure de rouler, par contre un mauvais chauffeur quel que soit la qualité du camion ,même sorti d’usine enverra son véhicule se fracasser dés le premier virage. Nous n’avons pas de plus précieux que nos compatriotes , nos frères ,nos sœurs ,notre pays. Nous n’avons que cela . Est-ce que nous allons fermer les yeux et laisser Alpha CONDE nous envoyer en enfer ,car la question se pose en ces termes .C’est l’avenir de toutes les communautés humaines en Guinée qui est menacé par la gouvernance d’Alpha CONDE. Nous ne sommes pas là encore, pour dire qui sera le Président de la République ,qui seront les ministres ! Il faut d’abord sauver la Guinée de l’emprise d’Alpha CONDE sinon nous aurons tout perdu.

Les questions qui viendront tout à l’heure , nous permettrons de préciser certains points. Je cite souvent l’UFDG -Espagne comme une bonne référence , je vous exhorte à continuer dans ce sens !

Gracias !

 

 

 

Violences à Labé : Le siège local de l’UFDG saccagé !

Crise politique en Guinée
Violences à Labé
Violences à Labé

LABE- La situation est toujours tendue dans la capitale de la Moyenne-Guinée ! Après les violents affrontements qui ont ébranlé la cité de Karamoko Alpha le lundi 02 février, la situation reste toujours tendue dans plusieurs quartiers où des affrontements entre des jeunes et les agents des forces de l’ordre sont signalés.

‘’Au niveau du siège  de l’Ufdg, ils (forces de l’ordre : Ndlr) ont saccagé nos locaux, emporté des motos qui s’y trouvaient,  frappé toutes les personnes présentes sur les lieux. Il y a des dégâts  matériels  considérables, même notre  poste téléviseur n’a pas été épargné’’, accuse  l’honorable Mariama Tata Bah.

Et d’assener : ‘’ Ils  (les agents des forces de l’ordre, Ndlr) sont allés à l’hôpital régional où ils ont battu des médecins, même les malades ne sont pas épargnés, ils ont même arraché  les perfusions des patients. Des vitres sont parties en éclats’’ explique essoufflée, la députée Mariama Tata Bah  de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) jointe au téléphone par Africaguinée.com.

Selon un citoyen de Labé contacté par notre rédaction, les affrontements entre des jeunes et les agents des forces de l’ordre continuaient jusqu’aux alentours de 16h GMT.

Aux dires de MmeTata Bah, les activités n’ont pas repris dans la préfecture de Labé en cette journée de Mardi.  Le marché  central est resté fermé, pendant que  les forces de l’ordre circulent dans les camions et pick-up à travers la ville. Les forces de l’ordre continuent de sévir, notamment dans les quartiers de Daka  et de Bowloko, nous informe-t-on.

Une manifestation du principal parti d’opposition en Guinée, a été réprimée ce lundi 2 février 2015 à Labé. Une dizaine de blessés a été enregistrée lors des accrochages entre manifestants et forces de l’ordre.

Il est à noter que ces contestataires  dénoncent   les « mutations abusives et politiques » au sein de l’administration de la ville de Labé.

Du côté du Haut commandement de la gendarmerie nationale, notre rédaction n’a pu pour l’instant avoir aucune information fiable.

BAH  Boubacar  LOUDAH

Africaguinee.com

GUINEE: Cellou Dalein Diallo à la VOA : “Je suis déterminé à faire dégager Alpha Condé”

Cellou Dalein Diallo à la VOA : “Je suis déterminé à faire dégager Alpha Condé”

L’économie guinéenne est à l’arrêt à cause de l’épidémie d’Ebola. Cette crise n’explique pas tout affirme le président de l’UFDG. L’ancien Premier ministre et candidat malheureux à l’élection présidentielle veut des élections crédibles pour 2015.

Cellou Dalein Diallo

Cellou Dalein Diallo

30.1.2015

L’épidémie d’Ebola a été freinée en Guinée, il s’agit à présent de l’éliminer. Le gouvernement guinéen peut-il y arriver alors que vous avez critique depuis le début sa gestion de la crise ?

Cellou Dalein Diallo : “Il y a une tendance à la baisse appréciable. Il faut améliorer la communication. Le gouvernement devrait associer tous les leaders d’opinion, y compris les partis politiques dans cette sensibilisation. Il y a eu, dans certains villages, de fortes résistances et le gouvernement a fait usage de la force. Je ne crois pas que cela soit la bonne méthode. Il faut davantage sensibiliser.”

Comme en 2014, la croissance guinéenne devrait encore être en berne pour 2015. Avec cette épidémie d’Ebola, qui aurait pu faire mieux ?

Cellou Dalein Diallo : “Avant de parler de 2014, parlons de 2013, avant Ebola. L’économie guinéenne a cru de 2,3 %. Cela est trop faible alors que la Cote d’Ivoire a fait 9 %, la Sierra Leone 14,5 % et le Liberia 7 %. Ces pays sont moins nantis que la Guinée en potentiel économique. L’explication ce sont les politiques menées par le gouvernement d’Alpha Condé, elles ont découragé les investisseurs. Bien entendu, Ebola a aggravé cette crise.”

Cellou Dalein Diallo au micro de Nicolas Pinault

L’année 2015 sera-t-elle une année électorale en Guinée ? Les élections locales ne sont toujours pas programmées tout comme la présidentielle.

Cellou Dalein Diallo : “On ne souhaite pas qu’il y ait  un report à cause d’Ebola. La communauté internationale s’est déjà exprimée dans ce sens. Le Liberia a déjà tenu ses élections sénatoriales malgré l’épidémie. Malgré son engagement, il n’y a pas de volonté politique d’organiser ces élections légales. Le gouvernement compte s’appuyer sur les élus locaux, qui sont actuellement tous nommés par le pouvoir, pour mettre en œuvre la réélection frauduleuse d’Alpha Condé.”

Comment comptez-vous faire pour qu’Alpha Condé quitte le pouvoir ?

Cellou Dalein Diallo : “Alpha Condé n’a pas répondu aux attentes de la population : il y a moins d’électricité, d’eau courante et de sécurité. Les gens souffrent. Notre défi est d’organiser des élections transparentes. Si c’est le cas, il n’y aura aucun problème pour dégager Alpha Condé.”

Appelez-vous vos partisans à descendre dans la rue ?

Cellou Dalein Diallo : “Nous avons déjà commencé, depuis le 7 janvier, les manifestations pacifiques autorisées par la constitution. Nous allons forcer Alpha Condé à organiser des élections transparentes et organiser le scrutin communal avant la présidentielle.”

N’est-ce pas jouer avec le feu d’appeler vos partisans à descendre dans la rue au vue des risques de violence ?

Cellou Dalein Diallo : “C’est un cout très élevé que nous payons mais on ne peut pas renoncer à nos droits, dès lors que la constitution nous autorise à marcher pacifiquement. J’espère que les forces de défense et de sécurité arrêteront de réprimer dans le sang ces marches autorisées. Nous allons utiliser la rue parce que le gouvernement ne veut pas de dialogue.”

Vous avez reconnu votre défaite à la présidentielle en 2011. Etait-ce vraiment une défaite selon vous ?

Cellou Dalein Diallo : “Non ! Il y a eu beaucoup de complicités, internes et externes, qui ne voulaient pas que j’accède à la présidence de la république pour des raisons subjectives. Ils voulaient donner le pouvoir à Alpha Condé. C’était un complot. On n’acceptera plus ça. On se prépare pour exiger que le scrutin soit transparent.”

Serez-vous candidat à la présidentielle ?

Cellou Dalein Diallo : “Je suis candidat à la candidature de mon parti.”

Quel est votre avis concernant une candidature unique de l’opposition ?

Cellou Dalein Diallo : “Je ne crois pas que cela soit plus efficace. Il est bon que tous ceux qui le peuvent soient candidats, chacun dans ses fiefs. Au second tour, tout le monde se rallie derrière le mieux place pour battre Alpha Condé. C’est ça le vrai enjeu. Si on veut l’alternance, il faut tous se mettre d’accord qu’on se ralliera derrière celui de l’opposition qui sera qualifié pour le second tour. Quitte à partager le pouvoir par la suite pour sortir la Guinée de la misère et de la marginalisation.”

Propos recueillis par Nicolas Pinault

30.1.2015

 

UFDG’s Diallo Gathers Party Members to Say “We Need a New Strategy — It’s Probably Not Walking (Marching)” [Audio en FR, Article in FR-EN)

Below is an audio of Cellou’s remarks to party members featuring pics from the gathering.  Following this, is a link to the article in French from Guineenews.  After that, you will find the article translated into English via Google.
 
 
COMMENT:  If the opposition doesn’t stay in the streets, it will become virtually invisible.  Hundreds of thousands of people marching is a tangible act.  It sends the message that they reject Conde and his government.  And, even more importantly, it demonstrates that this is the opinion of the overwhelming majority of the population, a truth Conde has been trying to cover up for a long time.
Diallo, by taking “walking” off the table, is getting prepared to announce that the UFDG will seat its delegates in the National Assembly.  Sounds like some of this “new strategy” is already decided and comes straight from Said Djinnit’s playbook.
 
Yes, the opposition needs a new, multi-faceted strategy, but it should be the party’s youth who get the assignment to scope it out.
 
Stay tuned . . . 
 
 

Meeting UFDG: Diallo pours his anger on Alpha Condé

This is a Diallo, visibly angry, who harangued his massively mobilized Saturday at its headquarters in the suburb of Conakry Mining militants. In twenty minutes, the leader of the Union of Democratic Forces of Guinea (UFDG), has called for unity to stop the dictatorship in Guinea Has there been on site.

After a minute of silence in memory of two victims of the security forces, the former Prime Minister said indiscretions. “We are told that Alpha Condé has spent thirty million dollars for 99 MPs. He wanted 99 members but thanks to your commitment, he had only 53 members, it is his vision. “

Later, the leader of the UFDG pounds. “We mourn, we lost two of our young people killed for no reason by the police. We are, I believe, 53 th or 54 th young shot by police and gendarmes Guinea with the blessing Alpha Condé. I know you’re frustrated, too, just like the men who love peace and justice. Why so much hatred, so many crimes directed against militants UFDG Why, since until now Zakariaou no serious investigation has been opened translate sponsors and perpetrators to court It is simply because Alpha Condé and his government hate us. They do not want us in Guinea. Otherwise, any other country in the world where we have killed as much, and so arbitrary as a policeman or a gendarme at least, would have been brought before the courts to answer for the crimes. But they will never be arrested because they execute instructions and they know that their impunity is guaranteed. What do we do now? There is still time to think about strategies. past three years, we are fighting for the establishment of democracy, the rule of law and justice in Guinea, and the country that back in terms of human rights, democracy and national reconciliation. should find the best strategy. There are times when one must stop and think, work with the mind. True, today we have a heavy heart, but it should not continue, what to do? Take time for reflection, it is perhaps not walking. What should we do? Because we can not condone the killings. innocents.qui Most are not protesting. As young Bailo Barry, who was beside her telecentre, when the ball of forces pierced his heart, he died on the spot. Why so much hatred, violence against UFDG? 54 dead in two years. Since April 2011, many were killed, not in their streets but in their family. It often tells us to stop marches and dead cities, but Will it give up our right? We have always responded to question rather forces. But it is hatred and desire to destroy UFDG, intimidating its activists discouraged. Because it is the largest political force that now stands against the dictatorship in Guinea. They know that if UFDG is defeated, there is more resistance. And they use all means not only death and intimidation, but the division and the intoxication of youth, we must disapprove. Today, we are the bulwark, the only force that resists against the dictatorship in Guinea. They will do everything to divide us because they are afraid of UFDG. UFDG If he was not there, Alpha Conde have finished installing his dictatorship. Today they decided to divide us, create clans, clans Bah Oury, Cellou Dalein clans, clans Sadakkadji. All this is to divide us because we are the only bulwark. must refuse. If Guinea is spared some things today, it is because there is UFDG, youth is standing. Nevertheless, they hate us, they do not like us but we are respected. When we say No, No . So reject the division. Guinea has on us. Without UFDG, no justice, no democracy. Instead, it is the exclusion and hatred. They are afraid of us, we are a rampart. They killed us, imprisoned, intimidated, beaten and abused. Nowadays, they use the weapon of division because if UFDG is united, Alpha Condé will not go far. If you are divided, you fun Alpha Condé. They fear our unity and our determination and our commitment. Please, we must reject the division. We fought for three years. They say that investors are left because we put the children in the streets. Yet there is no power or water, is misery in homes. Guinea’s people are counting on us. We have no right to disappoint, nor demolish this formidable force that constitutes the unit UFDG. They tried everything, done everything, but we remained united. debauched Saliou Bela They killed fifty young, Bah Oury pushed into exile, while this to discourage us, but we resisted. Today, they want to divide us. should not accept the division. This is the unit that prevents UFDG Alpha Condé sleep. If you break if you break this unit, if you accept that introduce corruption, money and the creation of common X or Y to split UFDG, Guinea will fall to the lowest, and there will be no democracy. So we will lead the reflection to see the right strategy. But beforehand, it is the unity of the UFDG. Do not ruin this formidable and admirable unity that the world respects and fears that Alpha Condé. When we say, we do. We had fear anyone. We received tear gas, bullets, batons. We were imprisoned, tried and convicted. What have we not been in Guinea? Do not that outsiders say we were afraid. We have not been afraid but we fought. All this is the weapon of division. We were always together. I always been at the forefront when it comes to events. They came to attack me at home. This is you young Bambeto who have come to the rescue. prevented You hooligans and police returned in the courtyard, while tear gas rained down in my yard. You exposed your lives, you have prevented the police from entering the family. We all suffered together. should not accept being told we are not courageous. continue the fight, trust management UFDG, we will not back down. But each situation requires reflection. must work with the heart, of course, but with the mind too. “

Guineenews: Bah Oury “Cellou and I do not have the same vision, we do not have the same political orientation” (FR-EN)

BAHOURYBAH OURY
This is a Guineenews interview with Bah Oury, Executive Vice-President of the UFDG. After Alpha Conde attempted to frame Bah Oury as the mastermind of a “fake” attack on Conde’s home on July 18-19, 2011, Bah Oury received word that military soldiers were on their way to kill him.  He was forced to flee Guinea and unable to return for fear of his life.  He lives in exile in France.
 

The following link will take you to the French version.  The English translation was created via Google and appears further below

Exclusif – Bah Oury : « Cellou et moi n’avons pas la même vision des choses, nous n’avons pas la même orientation politique »

 

Exclusive – Bah Oury “Cellou and I do not have the same vision, we do not have the same political orientation”

Invited to Amsterdam in the Netherlands by the movement justice Oury Bah in order to facilitate a debate on human rights in Guinea, the first vice-president of the UFDG, has spent much of the evening answer questions about the rather strained relationships with the current leader of the second political force, Cellou Dallein Diallo. Activists UFDG seem not to understand why their positions between president and vice president are slow to bring the unity of their party. Ultimately, Oury Bah assured the activists UFDG he is ready to do its best to sit at the round table with Dallein Cellou Diallo, chat with him and then again on new bases with a roadmap. At the end of the discussion, he answered questions from Guineenews ©. Read!

© Guineenews: Mr. Oury Bah, you’re the first vice president of the UFDG. You are here in the Netherlands at the invitation of Justice Movement Bah Oury. Can we know the objectives of your visit to Holland?

Bah Oury: There are two things. First, meet the Guinean community living here, since this is the first time I’m in Amsterdam. And as you you realized the discussion was fruitful, friendly and honest with representatives of the Guinean community. Secondly, it is to meet with officials of the International Criminal Court to discuss the evolution of the situation of human rights in Guinea since the arrival of Mr. Alpha Condé to power. Trying to link the massacres that took place on 28 September 2009 and then continued the same policy during the last three years with Zogota massacres, slaughters in Forest Guinea, 14, 15 and 16 July and also with the elimination of fifty activists UFDG in peaceful protests that took place during the presidency of Mr. Alpha Condé.

© Guineenews: This afternoon (Sunday, November 3, note) you have facilitated a debate on Human Rights, is what you feel as a victim of injustice? If so by whom and why?

Bah Oury: Please ask me. I’m a fighter for democracy and freedom. So I know the sacrifice that must be paid for all those who engage resolutely in this fight. I personally do not consider myself a victim because I’m an actor, I’m a fighter and I know that there are sacrifices and sometimes the ultimate militants or combatants who are fighting for democracy and freedom sacrifices pay. I currently live in exile painfully, I understand and I assume, it does not make me regret what I’m doing, instead it reinforces my position and my commitment to fight for the advent real democracy in Guinea. This fight, I am engaged me in a long time.

© Guineenews: What are the legal means you have to repair this injustice?

Bah Oury: As I said, I’m a fighter. I work for democratic change in Guinea, a real democratic change. My strength and energy are directed in this fight. Means that I use, it is the legal means, the awareness and bring people to realize to take its destiny in its hands to demand real change, even that it brings the departure of Mr. Alpha Condé.

Speaking of human rights, as was the subject of the debate you just animate. Recently thirty youths were arrested in Conakry and taken to a camp in the country. These young people have testified after their release they have suffered all kinds of torture and humiliation. In fact one of them did not survive. What do you comment on that?

As soon as I learned this with those in the country, we organized to inform the international public opinion that there are atrocities that are being committed against thirty young. I am pleased that the combined efforts between grassroots activists and those who are outside helped alert international opinion. All this shows the need for Guineans feel more challenged by the question of human rights in 50 years because this country live in appalling abuses on the part of leaders in place. And all this, I relaterai at the International Criminal Court. Continue reading “Guineenews: Bah Oury “Cellou and I do not have the same vision, we do not have the same political orientation” (FR-EN)”