HRW Guinea: Tribute to Dr. Thierno Maadjou Sow A tireless defender of human rights in West Africa (EN-FR)

photo: l’expressguinee.com

Human Rights Watch Tribute to Dr. Thierno Maadjou Sow who passed away Thursday, November 12, 2015.

Guineé : Hommage au Dr Thierno Maadjo Sow
Inlassable défenseur des droits humains en Afrique de l’Ouest

C’est avec grande tristesse que Human Rights Watch a appris la nouvelle du décès du Dr Thierno Maadjou Sow, président de longue date de l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme et du citoyen (OGDH). Le Dr Sow s’est battu sans relâche durant des décennies, et souvent en se mettant personnellement en danger afin de faire progresser le respect des droits humains en Guinée. Nous nous souviendrons de lui pour avoir mis des questions relatives à ces droits au cœur des priorités des autorités nationales et des partenaires internationaux de la Guinée. Le Dr Sow était un partenaire et un ami respecté et précieux de Human Rights Watch, et l’héritage de son important travail ne sera pas oublié. Human Rights Watch adresse ses sincères condoléances à la famille du Dr Sow, à l’OGDH, ainsi qu’à tous les militants guinéens œuvrant pour la promotion des droits humains et pour l’État de droit.

Guinea: Tribute to Dr. Thierno Sow Maadjo
A tireless defender of human rights in West Africa

It is with great sadness that Human Rights Watch has learned of the death of Dr. Thierno Maadjou Sow, president of Guinea’s longtime defense Organisation of human rights and citizen (OGDH). Dr Sow fought tirelessly for decades, often putting himself personally at risk in order to advance respect for human rights in Guinea. We will remember him for putting questions relating to human rights at the heart of the priorities of national authorities and international partners of Guinea. Dr Sow was a partner and a respected friend and valuable Human Rights Watch, and the legacy of his important work will not be forgotten. Human Rights Watch extends its sincere condolences to the family of Dr. Sow, the OGDH, and all Guinean activists working to promote human rights and the rule of law.

Advertisements

Why Guinea’s Election Crisis Matters by Peter Pham

The Guinean opposition has always enjoyed the support of the overwhelming majority of Guineans, as evidenced in this 2013 video.

The following article appeared in the April 23, 2015 issue of the US News and World Report. You will not find a better assessment of the dire political situation in Guinea today.  The author, Peter Pham, is to be commended for his research and for parsing out the truth often masked by government disinformation campaigns.

Why Guinea’s Election Crisis Matters
The country is key to maintaining peace and stability in West Africa.

Guinea security forces and protesters on Monday, April 13, 2015.
By J. Peter Pham April 23, 2015 | 11:00 a.m. EDT + More

The international community breathed a collective sigh of relief following the recent presidential, parliamentary and gubernatorial elections in Nigeria. Although the competition was the fiercest Nigerians have ever seen and the polls were marred by some irregularities and a few regrettable episodes of violence, the graceful concession of the defeated incumbent president and the magnanimity of his challenger pave the way for next month’s historic peaceful, democratic handover of power in Africa’s most populous country. It is a significant milestone, not only for Nigeria, but for Africa as a whole.
But imagine what would have happened if President Goodluck Jonathan had rigged the election process or simply refused to accept President-elect Muhammadu Buhari’s win at the ballot box? That’s what President Alpha Conde is trying to do in nearby Guinea, a geopolitically sensitive nation in the same West African subregion, where the political upheaval and ethnic conflict being risked could easily spill over into neighboring countries, including Mali, Liberia, Sierra Leone and Ivory Coast, all of which are just themselves emerging from prolonged periods of civil strife. Consequently, there is an urgent need for the international community to engage more robustly in Guinea. The good news from Nigeria should not be an excuse for complacency about the prospects for democracy and stability elsewhere in the region.
Moreover, we should not view Guinea merely through the prism of Ebola, despite the efforts of the incumbent president to blame everything on the epidemic of which his country has been the unfortunate epicenter, as he shamelessly did this past week in Washington. Even before the outbreak of deadly disease wreaked havoc with the economy, both urban and rural poverty were increasing during the president’s tenure according to his own finance ministry’s report to the International Monetary Fund. Unable to run on his weak record, Conde, in office since a disputed election in 2010, is using every trick in the book to remain in power. Recently, the regime has been increasingly blatant in rigging the electoral process to ensure that it “wins” the elections scheduled for less than six months from now.
The political opposition realizes that it is being railroaded by the government, which controls the so-called Independent National Electoral Commission. That body has rejiggered the electoral calendar to give an insurmountable advantage to the incumbent president, who has refused to engage in a political dialogue with the opposition for almost a year.
Frustrated by both the government’s intransigence and the international community’s lack of attention, the coalition representing the major opposition parties has taken to the streets to demand free, fair and transparent elections. The peaceful demonstrations, including a massive one planned for this Thursday, have continued despite the regime’s attempts to violently repress them. On Monday, for example, several protesters, including a 15-year-old boy, were wounded when live rounds were fired at them by police.
As a result of these demonstrations, Conde’s government has finally offered to renew dialogue with the opposition. However, Cellou Dalein Diallo, a free-market economist and former prime minister, and other leaders of the opposition coalition have declined to participate in talks with the government until two conditions are met: the pro-government electoral commission must cease to function and be revamped; and the timetable for elections which the commission unilaterally announced must be dropped in favor of one which represents the consensus of all stakeholders. Speaking from Paris on Wednesday, Conde rejected any change to the election timetable.
The preconditions are necessary because opposition leaders do not trust Conde and think that the offer of negotiations is little more than a clever trap, just fruitless dialogue designed to waste time as the electoral clock continues to tick.
The opposition is confident that it has the support of the masses. Of course, it will have to prove that assertion at the polls. But for that to occur, the entire electoral process must be free, fair and transparent. And the process has to begin long before the Oct. 11 date chosen for the presidential vote. The opposition is demanding, quite reasonably, that local elections that Conde has postponed on one pretext or another for more than four years be held before the presidential poll, in accordance with Guinea’s laws as well as the repeated promises of the president himself.
Why is this so important? First, there is no basis in the Guinean constitution for the repeated postponements of these elections and, as a result of them, as both opposition politicians and civil society leaders have pointed out, none of those occupying local government offices – mayors, local council members, ward chiefs, etc. – has a legal mandate. Second, as many observers have noted, the criteria under which these officials have been retained without the consent of their constituents has been their allegiance to the president. Third, these same unelected local officials, dependent as they are upon the incumbent for their livelihood, will be the very people who, at the grassroots level, will not only be determining who can register to vote ahead of the polls and who casts ballots on election day, but will themselves be counting ballots and tabulating results.
Opposition candidates and pro-democracy advocates alike fear, justifiably, based on their experience in the controversial 2010 presidential election from which many reports emerged of fraud, that the process will be corrupted. Thus, these activists have called on the international community, especially the United Nations, the African Union, the Economic Community of West African States, the European Union, France and the United States, to engage more energetically in Guinea to ensure a level playing field for the upcoming local and presidential elections. Deploying foreign observers to monitor polling sites on election day would be too little too late.
Why does Guinea matter? Why should the international community, with so many crises demanding attention, even care? Guinea matters because it constitutes a case of arrested development, a country which has never realized its ambitions despite extraordinary human and natural resources – among other things, it holds two-thirds of the world’s largest reserve of bauxite, and prodigious amounts of gold, diamonds, iron ore, graphite, manganese and other mineral resources – that could make Guinea potentially one of the richest nations in Africa. Alas, since independence in 1958, the country has been run by a series of authoritarian leaders who have ruled from the top down for the benefit of the fortunate few, not for the entire nation. Moreover, without credible elections, Guinea risks plunging into a profound political crisis and, indeed, outright conflict. Ethnic tensions are already being stoked and, in a region whose borders were very recently shown by the rapid spread of the Ebola virus to be all-too-porous, such conflicts will be impossible to contain.
To head off this very real threat, the international community needs to engage now to ensure free, fair and transparent elections yielding credible results acceptable to all Guineans. It not only matters for the people of Guinea, but is critical to maintaining peace, stability, and democratic gains of the entire region.
J. Peter Pham is director of the Atlantic Council’s Africa Center.

Declaration de la Coordination nationale Haali-pular suite a la marche de l’opposition duu 13 et 14 avril 2015 a Conakry

Déclaration de la Coordination nationale Haali-pular suite a la marche de l’opposition du 13 et 14 avril 2015 à Conakry.

2015-04-20 07:37:12
Suite à la dernière manifestation de l’opposition guinéenne du 13 et 14 Avril 2015 qui dénonce l’insécurité et demande l’organisation des élections communales avant l’élection présidentielle, la Coordination Nationale Haali-Pular de Guinée est profondément choquée et révoltée par les agissements criminels des forces dites de sécurité déployées dans Ratoma particulièrement le long de l’axe de Hamdallaye à Sonfonia. Une fois encore, ces hommes en uniforme ont repris leurs sales habitudes de descendre dans les domiciles privés pour tuer, blesser, torturer et détruire tout sur leur passage avec des injures à caractères ethnocentristes à l’égard des haali-pular.
La Coordination Nationale Haali-Pular condamne avec la dernière énergie la répression sauvage et sanglante dont est victime sa communauté dans la commune de Ratoma et interpelle une fois encore la communauté internationale et le gouvernement guinéen. Elle ne tolérera plus ces actes criminels commandités par le pouvoir en place et exécutés par les forces criminelles formées et endoctrinées contre les peulhs. Nous savons que ces tueurs et ces violeurs sont recrutés à la Casse et à la Sig Madina pour tuer nos enfants. Ce sont des actes préparés et planifiés contre les haali-pular par le pouvoir en place pour des motifs politiques.
Des manifestations ont eu lieu partout à Conakry, mais on n’a compté des morts ,des blessés des destructions et des arrestations que dans la commune de Ratoma. A Matoto, Matam et Kaloum, il n’ya eu aucun blessé par balle, aucune arrestation aucune, descente dans des domiciles privés.
Nous n’accepterons plus que des criminels à la solde du régime tuent nos enfants. Nous avons compté dans Ratoma trois morts par balles réelles tirées à bout portant sur les organes sensibles :la poitrine ou la tête ne laissant aucune chance de survie aux victimes. Des dizaines de blessés par balles et une trentaine de blessés suite à des bastonnades et des tortures. Plusieurs arrestations dont la plupart dans leurs domiciles, sans parler des dizaines de milliards de francs guinéens perdus à l’occasion des pillages et des incendies des magasins et domiciles. Ces personnes injustement arrêtées, le gouvernement s’est empressé de les condamner par sa justice expéditive conduite par ses juges corrompus aux ordres de ce pouvoir injuste et impitoyable alors que les assassins ne sont pas inquiétés. Mais Allah ne dors pas et a dit dans le Saint-Coran que celui qui tue volontairement un être humain, c’est comme s’il a tué l’humanité toute entière.
Assassins de nos enfants, faites les calculs : depuis 2011, vous avez supprimé volontairement la vie de soixante jeunes peulhs, blessés des centaines dont des dizaines sont handicapés à vie dans Ratoma. Dieu vous attend pour votre récompense.
La Coordination Nationale Haali-Pular, toujours soucieuse de la préservation de la Paix et de la quiétude sociale dans ce pays a écrit plusieurs fois au gouvernement guinéen, aux ambassades de France, des USA, d’Allemagne, à la CEDEAO, à l’Union Africaine, à l’Union Européenne, aux Nations-Unies et aux organisations de défense des droits de l’Homme sur l’injustice, l’arbitraire, la ségrégation, l’exclusion et la répression sauvage et sanglante dont nous sommes victimes de la part du pouvoir en place. Toutes ces organisations, toutes ces ambassades sont restées de marbre et personne n’a daigné nous répondre. Et pourtant nous avons les accusés de réception de toutes les correspondances qui leur ont été adressées. Attendent-elles que l’irréparable soit commis pour intervenir? En tout état de cause, nous encourageons les prestigieuses organisations que sont International Crisis Group et Amnesty International à mener leurs propres enquêtes sur les derniers cas de morts et de blessés par balles et sur tous les autres cas survenus depuis 2011.
Nous sommes des guinéens à part entière, nous sommes pour la paix et l’unité de toutes les filles et de tous les fils de la Nation, mais, trop c’est trop la patience a ses limites. Le pouvoir joue sur notre croyance en Dieu, pour nous prendre pour des naïfs ou des peureux. Mais, nous sommes maintenant en situation de légitime défense face à une agression injuste d’un pouvoir qui pratique une forme d’apartheid contre nous. Nous sommes exclus, ségrégués, privés de tout par le pouvoir en place qui a procédé par un nettoyage systématique de l’administration publique et de la hiérarchie militaire en démettant les peulhs de tous les postes de responsabilités qu’ils occupaient. Nous n’accepterons plus qu’on tue nos enfants comme du gibier. Ces gendarmes, ces policiers, ces donzos et autres milices sont déployés à Ratoma pour tirer à balles réelles et tuer nos enfants  après quoi les responsables de la Police, de la Gendarmerie, le Ministre délégué à la défense, le Président de la République Alpha CONDE lui-même prennent d’assaut les médias pour dire que les forces de sécurité ne disposent d’aucune arme de guerre et qu’il n’ya aucun mort dans les hôpitaux, aucun blessé par balles.
De telles attitudes sont particulièrement choquantes et révoltantes ; c’est une insulte aux victimes à leurs familles et à leur communauté toute entière. Les images des policiers et des gendarmes munis d’armes de guerre entrain de faire feu, les morts par balles et les blessés par balles font le tour des réseaux sociaux mêmes si ces gens qui n’ont aucun respect pour la vie humaine continuent de nier l’évidence. Ces tueurs sont en uniformes de la Police et de la Gendarmerie et sont au bord des véhicules aux couleurs de la Police et de la Gendarmerie.
Ce qui est aussi révoltant, c’est la complicité de l’armée régulière vis-à-vis des donzos. Ces derniers se permettent de paraître dans les médias pour affirmer, en narguant les guinéens, qu’ils sont là et sont prêts à agir contre les manifestants. Dans quel pays du monde, sinon la Guinée, accepte-t-on des forces armées supplétives ou parallèles coexister avec les forces armées régulières? Et si les autres communautés de la Basse Guinée, du Fouta et de la Forêt créaient leurs propres forces supplétives ? Quelle jungle serait alors la Guinée ? Nous invitons l’armée régulière à désarmer les donzos et à les chasser de la ville pour qu’ils aillent continuer leur œuvre de destruction de l’environnement chez eux en Haute Guinée. La Coordination Nationale Haali-Pular s’adresse directement aux Ministres délégué à la défense, de la sécurité, de la justice, au Haut  Commandement de la gendarmerie, au Coordinateur des escadrons de Guinée, au directeur national de la Police, aux commissaires des différents commissariats de Conakry, aux commandants des différents escadrons de Conakry, au chef de la brigade d’intervention anti-gang, au Premier Ministre et au Président de la République, pour dire que la Communauté Haali-Pular ne continuera pas à se résigner à vous laisser sortir de chez vous le matin arme au poing motivé par des milliards qu’on vous distribue nuitamment pour aller tirer et tuer nos enfants et retourner chez vous le soir embrasser les vôtres, se rendre le lendemain à vos bases respectives assister à la montée des couleurs. Cela n’est possible qu’en Guinée. La République de l’impunité.
Les tueurs et leurs commanditaires doivent savoir que s’ils aiment leurs enfants que nous aussi, nous aimons les nôtres. Alors arrêtez votre folie meurtrière si non nous serons dans l’obligation de demander à tous et à chacun de répondre au coup par coup et advienne que pourra. En l’absence d’un Etat juste qui traite tous ses citoyens sur un même pied d’égalité, c’est la jungle et comme c’est le cas en Guinée nous agirons comme tel :œil pour œil dent pour dent. «  On ne meurt qu’une fois ». Jamais on n’acceptera qu’on tue nos enfants pour des prétextes politiques. En tout état de cause, la Coordination Nationale Haali-Pular de Guinée exige du gouvernement guinéen et prend à témoin la communauté internationale pour que soient exécutées les actions suivantes:
  1. Le retrait immédiat des hommes en uniformes de la commune de Ratoma particulièrement le long de l’axe Hamdallaye-Bambéto-Koloma-Cosa-Cité-Sonfonia ;
  2. La prise en charge des soins médicaux de tous les blessés par l’Etat ;
  3. La libération immédiate et sans condition de toutes les personnes arrêtées et incarcérées dans différents centres de détention et de tortures du régime ;
  4. L’arrestation, le jugement et la condamnation des auteurs, des commanditaires et des complices de ces crimes odieux.
La Coordination Nationale Haali-Pular présente ses condoléances les plus attristées aux familles des trois dernières victimes et prie Dieu de les accueillir dans son Paradis éternel. Elle souhaite prompt rétablissement aux blessés et en appelle à la communauté haali-pular ici et ailleurs à une grande solidarité vis-à-vis des victimes de la répression sauvage du régime guinéen.
La Coordination Nationale Haali-Pular rappelle une fois encore pour terminer que désormais le prétexte politique derrière lequel se cache la répression dont nous sommes victimes, disparaîtra et nous allons faire face à toute éventualité en tant que Communauté Haali-Pular
Conakry le 20 Avril 2015
Le Président de la Coordination Nationale Haali-Pular de Guinée Doyen des sages, Compagnon de l’Indépendance,
El hadj Saïkou Yaya BARRY

One by One, Opposition Parties Saying “Conde’s Got to Go” Here is Bloc Liberal’s Statement

Crise politique : les flèches de Faya Millimouno contre le régime d’Alpha Condé

Fidèle à lui-même, Faya Millimouno a dans une déclaration dont nous détenus copie chargé le régime d’Alpha Condé. Millimouno accuse le régime de Conakry de violation répétée de la Constitution et des accords politiques signée sous l’égide des nations unies. Lisez cette déclaration:

Dans tout pays qui se veut démocratique ou en voie de démocratisation, comme la Guinée, le Président de la République doit suivre strictement les principes cardinaux qui constituent les fondements de la démocratie. C’est l’engagement sacrosaint qu’il prend le jour de son investiture. Ces principes inaliénables sont, entre autres: (1) le respect de la Constitution et des codes y afférents, (2) la tenue d’élections transparentes, dans les normes légales, et (3) la séparation des pouvoirs. Malheureusement, de 2010 à 2015, le Président Alpha Condé a systématiquement violé ces principes. Ces innombrables violations, qui vont en contresens de la Constitution Guinéenne incluent, parmi tant d’autres:

      1. 1.La fixation unilatérale de la date des présidentielles de 2015 par le Président Alpha Condé, supportés par des membres de la CENI, qui sont à sa solde. Cependant, il faut ajouter tout de suite que cette décision a été dénoncée et désavouée par d’autres membres démocrates de la CENI qui déclarent:

«L’organisation des élections à travers le monde entier est un processus professionnel, qui repose sur un cadre légal bien approprié… Aujourd’hui, des décisions prises ailleurs [par le Président Alpha Condé] voudraient nous imposer un agenda caché; ce que nous refusons catégoriquement quel que soit ce que cela va nous couter» fin de citation.ÂÂ

      1. 2.La dissolution des conseils communaux, en violation des articles 77, 80, 100 et 105 du Code des Collectivités Locales. En effet, ces articles stipulent respectivement que la durée de suspension d’un conseil communal ne peut excéder trois (3); que le Conseil d’une collectivité locale dont le tiers au moins des membres ont été reconnus coupables par le Tribunal d’avoir commis des crimes ou délits peut être dissous par décret sur proposition du Ministre chargé des collectivités locales, et que le conseil dissout doit être remplacé dans un délai maximum de six (6) mois. Malheureusement, ces dispositions et délais n’ont pas encore été respectés par Monsieur Alpha Condé.Â
          1. 3.La violation de l’accord obtenu entre le Gouvernement et l’Opposition Guinéenne en 2013, sous l’égide de l’envoyé de l’ONU. Cet accord, dispose que la tenue des communales devraient avoir lieu avant la fin du 1er trimestre de l’année 2014. Jusqu’à maintenant, ces élections n’ont pas eu lieu à cause de manœuvres politiciennes de Monsieur Alpha Condé.

ÂÂÂ

  1. 4.
    1. La non signature des accords obtenus en Juin 2014 lors du dialogue Inter-Guinéen. Ce dialogue, il faut le rappeler, a réuni les membres du gouvernement, les représentants de la Mouvance, de la CENI, ceux de l’opposition, et les deux facilitateurs nationaux. Ces accords, comme ceux de 2013 ci-dessus mentionnés, portaient, entre autres, sur la tenue des communales avant fin 2014. Cette décision, malheureusement, n’a pas été respectée jusqu’au moment de la publication de la présente déclaration. Il faut ajouter aussi que les communales n’ont jamais eu lieu depuis 2005. Ce qui malheureusement crée un vide organisationnel qui entache gravement la pratique de la démocratie à la base.ÂÂ
        1. 5.La tenue forcenée des élections Présidentielles avant celles des communales, comme voulue par Monsieur Alpha Condé et des membres de la CENI qui sont ses affidés.

Considérant la gravité des violations ci-dessus mentionnées commises par Monsieur Alpha Condé; violations qui relèvent du parjure, le Bloc Libéral déclare que Monsieur Alpha Condé s’est juridiquement disqualifié sur deux plans: d’abord pour la continuation de son mandat en cours et, ensuite, pour sa candidature quant aux élections présidentielles de 2015.

Quand le destin national est en danger, les patriotes de tout corps de métier, de tout parti politique et de toute religion; doivent se lever pour défendre leurs vies, celles de leurs familles et des générations futures, et le bien-être de la nation. Considérant que le destin de la Guinée se joue en ce moment grave de notre histoire nationale, le BL demande à tous les Guinéens d’unifier leurs forces pour catalyser le départ de Monsieur Alpha Condé, afin d’assainir notre univers politique et permettre à la Guinée d’émerger.

Que Dieu bénisse et protège le peuple de Guinée!Â

Fait à Conakry, le 20 mars 2015

Le Bloc Libéral

Communiqué de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djalon sur les évènements de Labé et l’assassinat de Mr. Thierno Aliou Diaouné.

Communiqué de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djalon sur les évènements de Labé et l’assassinat de Mr. Thierno Aliou Diaouné.
Pottal-Fii-Bhantal a suivi avec attention les récents évènements à Labé ainsi que l’assassinat de Mr. Thierno Aliou Diaouné. Notre organisation saisit l’occasion pour interpeller le gouvernement de Mr. Alpha Condé sur la conduite criminelle des forces de sécurité qui masquent des règlements de comptes politiques sous le couvert de crimes crapuleux. En même temps, nous dénonçons, les répressions contre des citoyens qui n’ont rien à voir avec le maintien de l’ordre. En effet, une demande d’arrêt de mutations de fonctionnaires de l’enseignement sur des considérations politiques, ne saurait en aucun cas justifier les actes punitifs contre les populations. Pottal-Fii-Bhantal tient de sources fiables que ces actes ont été commandités par la cellule stratégique du RPG à Conakry. Nous rappelons à tous les responsables que ces violences qui incluent la brutalisation d’imams, d’attaques de locaux de l’opposition, d’incendies de magasins et de véhicules, de vols de biens, de bastonnades et arrestations arbitraires, de descente dans des hôpitaux pour maltraiter des malades sont des crimes contre l’humanité. Le préfet de Labé, le commandant Mamadou Lamarana Diallo a reconnu ces crimes qu’il a voulu justifier cyniquement. Avec ses comparses de la police et les militaires de l’escadron mobile numéro 8, il sera tenu responsable devant la loi.
Les évènements de Labé s’inscrivent dans une chaine devenue familière de répression contre des citoyens exerçant leur droit légitime d’expression. On note toutefois que le degré de répression dépend des lieux des manifestations. Dans la capitale, les quartiers de l’opposition sont tenus sous haute surveillance. Toute action populaire dans ces zones déclenche des répressions hors mesures. Au Fouta-Djallon et en région Forestière, le gouvernement a ordonné plusieurs actions punitives. Zogota, Womey, Ndjaré, Lélouma, Labé etc. sont quelques exemples. Toutefois, en Haute-Guinée, ce même gouvernement fait preuve d’une complaisance coupable, comme l’arrestation de gendarmes qui s’étaient opposés à des manifestants à Kankan.
Quant à l’assassinat de Mr. Aliou Diaouné, il fait suite à des crimes jamais résolus contre des hauts-fonctionnaires ou des militants de l’opposition. Pottal-Fii-Bhantal a entamé une campagne auprès des Nations-Unies pour qu’elle diligente une enquête au lieu de s’en remettre à la police et la justice guinéenne. Nous demanderons que soient publiés en détails les programmes sur lesquels Mr. Diaouné travaillait et dont le caractère sensible serait à l’origine de l’assassinat. Les autorités de l’ONU doivent comprendre que dans cette série d’assassinats, les fonctionnaires de polices et les juges de service entament des semblants d’enquêtes jamais suivies d’effets avec des déclarations qui ne sont que des amalgames pour noyer le poisson. Les escouades de la mort créées par Mr. Alpha Condé viennent en complément de la politique systématique de scissions et de discrimination dans l’administration et les forces de sécurité afin d’affaiblir la société civile guinéenne.
Mr. Alpha Condé a jusqu’à présent pu tirer profit de l’atmosphère de corruption, de misère et de désillusions ainsi que des affrontements dans le pays qui en résultent. Toutefois, Pottal-Fii-Bhantal note avec satisfaction que la société civile guinéenne a bien pris conscience de ces menées criminelles du gouvernement qui doivent être déjouées par un engagement citoyen. Nous appuyons fermement la position de la société civile guinéenne contre l’insécurité qui, elle-même, procède de l’impunité chronique qui sévit dans notre pays. Nous en appelons aux partis politiques et aux leaders religieux à faire front commun contre les atteintes inacceptables aux biens et à l’intégrité physique des citoyens qui sont entrain de ruiner les lambeaux de notre nation fragilisée par la misère économique et l’épidémie d’Ébola.
Pottal-Fii-Bhantal présente les condoléances de ses membres à la famille de Mr. Thierno Aliou Diaouné. Nous assurons aux citoyennes victimes de ces nouvelles violations de notre soutien et nous nous tenons à leur disposition pour les assister à faire valoir leurs droits.
LA COMMISSION CENTRALE DE POTTAL-FII-BHANTAL FOUTA-DJALLON

Le Pouvoir de Conakry applique le terrorisme d’État par des assassinats ciblés par Bah Oury

Le Pouvoir de Conakry applique le terrorisme d’État par des assassinats ciblés
Très tôt le samedi dernier, je suis réveillé par une funeste nouvelle: l’assassinat de Thierno Aliou DIAOUNE à Conakry. Incrédule ,je demande à ma fille d’appeler la fille aînée de DIAOUNE pour s’enquérir de la véracité de la tragédie. Comme il fallait s’y attendre, ce n’était pas un mauvais rêve.
Les assassins et leurs commanditaires ont tué Thierno Aliou DIAOUNE . Ils ont privé ses jeunes enfants d’un père et d’un soutien au moment où ceux-ci en ont le plus besoin. Ils ont également privé la Guinée d’un cadre engagé pour la cause nationale. Ils ont aussi éteint une intelligence qui ne demandait qu’à servir loyalement la Guinée. En une fraction de secondes ,le crépitement des balles tirés par les kalachnikov des tueurs ont soustrait à la vie Thierno Aliou , brisant ainsi « une tête » qui a été façonnée par plusieurs décennies de travail ,de sacrifices ,d’expériences et d’engagements pour les droits des citoyens et pour la démocratie. Les tueurs croient avoir réduit au silence DIAOUNE. Ils se trompent. Sa mort tragique , est comme un cri strident qui résonne aujourd’hui au quatre coins du monde.
Cet assassinat porte une signature qu’il n’est pas difficile de reconnaître. Les tueurs portent l’uniforme des militaires guinéens. D’après certains témoignages , ils ont agi avec un sang froid remarquable qui indique qu’ils bénéficient d’un sentiment d’impunité totale. Thierno Aliou DIAOUNE savait que sa vie était menacée. La cause est à rechercher dans le cadre de son environnement professionnel comme coordonnateur national du Fonds de Consolidation de la Paix des Nations Unies pour la Guinée. Son travail l’a amené à être au courant des dérives crapuleuses et mafieuses de la gestion des fonds alloués à la riposte contre Ebola. M.Alpha CONDE a toujours montré un intérêt pour la gestion de cette manne financière qui pour lui « Ebola est une opportunité ». Comme vous le savez ,également le précédent coordonnateur des nations Unies contre Ebola en Guinée a été trouvé mort dans son hôtel dans des conditions mystérieuses. Il n’est pas étonnant dans ces circonstances que le Secrétaire Général des Nations Unies aient exigé qu’une enquête diligente puisse faire la lumière sur cet assassinat. M.Ibn Chambas ,le représentant des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest ne manquera pas de d’exprimer aux autorités guinéennes les inquiétudes et les préoccupations de l’organisation onusienne devant la persistance d’un climat d’insécurité et la multiplication des assassinats ciblés de leaders d’opinion en Guinée.
Aux lendemains de l’assassinat d’El hadj Amadou Oury DIALLO, Président de la section des motards de l’UFDG en septembre dernier dans des circonstances similaires , tout le monde a été averti que la gouvernance d’Alpha CONDE est prête à user du terrorisme d’État pour conserver le pouvoir par tous les moyens. Sa stratégie est simple : l’assassinat ciblé des élites originaires du Foutah, exactions massives contre les populations de la Guinée-Forestière et de la Moyenne-Guinée et achat des consciences pour certains et intimidations physiques pour les « récalcitrants » en Basse-Côte. Pour ceux qui étaient septiques par rapport à la dangerosité du régime d’Alpha CONDE , la succession des assassinats doit leur ouvrir les yeux.
Le terrorisme d’État qui règne à Conakry s’est manifesté également par la brutale répression d’une « marche pacifique autorisée » à Labé. Le pouvoir ne cherchait qu’un prétexte pour s’abattre sur les populations civiles et leur « donner une leçon » . Détruire le siège local de l’UFDG, violer le domicile de El hadj Mamadou Cellou Daka le 1er responsable du parti , rouer de coups un des imams de la ville , pénétrer manu militari dans l’hôpital régional pour y extraire des blessés et les jeter en prison , bastonner les agents hospitaliers et tirer à balles réelles contre les manifestants sont les actions des forces dites de « l’ordre ». Les autorités n’ont pas digéré le camouflet qu’elles ont reçu à Lélouma où la population a exigé le remplacement du préfet local en organisant des manifestations pacifiques de grande envergure. Cette violence à Labé n’est pas banale . C’est un message en direction de l’UFDG , à savoir « par le feu et le sang » , le pouvoir restera entre les mains d’Alpha CONDE. En conséquence ,tout le monde doit en tirer tous les enseignements.

Les notables toujours prêts à caresser les puissants du moment doivent être interpellés sur leur responsabilité de porte-parole des humbles et des faibles. Une attitude complaisante avec ceux qui tuent ,violent et pillent le pays n’est plus permise ! « Plus jamais ça ! » doit amener à la résistance et à la lutte ouverte contre les assassins et les commanditaires. La restauration des libertés démocratiques et citoyennes est plus que jamais un impératif patriotique.
Les morts de Thierno Aliou DIAOUNE, d’ El hadj Amadou Oury DIALLO de l’UFDG, de Mme BOIRO du Trésor, du caporal Koulibaly défenestré au camp Samory TOURE, de Zakariaou DIALLO , du commissaire Pascal BANGOURA,de GHUSSEIN ,des dizaines de jeunes de l’axe hamdallaye- Cimenterie, des villageois de Zogota, de Gallapaye,et de Womé , et des centaines d’autres anonymes ne doivent pas être vains. Beaucoup de sang est versé depuis l’accession au pouvoir d’Alpha CONDE. Il porte l’entière responsabilité de ces drames. Il devrait méditer ce précepte des Saintes Écritures « Qui règne par l’épée, périra par l’épée » !
Pour sauver la Guinée du désastre , la mobilisation de tous est impérieuse pour changer maintenant la gouvernance de notre pays.
BAH OURY
Ancien Ministre de la Réconciliation Nationale
1er Vice-Président de l’UFDG

 

UN Secretary-General Condemns Killing of UN Peacebuilding Partner in Guinea

UN NEWS CENTRE: Ban condemns killing of UN peacebuilding partner in Guinea

Memorial service for Thierno Aliou Diaoune, National Coordinator for the UN Peacebuilding Fund, in Conakry, Guinea. Photo: UNDP Guinea

 10 February 2015 – The Secretary-General has today condemned, in the strongest terms, the killing of Thierno Aliou Diaoune, National Coordinator for the UN Peacebuilding Fund, in Conakry, Guinea, on 6 February 2015.

“Mr. Diaoune was a trusted United Nations partner and a tireless advocate for the construction of peace, democracy and human rights in Guinea,” said a statement issued today by Mr. Ban’s spokesperson.

The statement said the Secretary-General welcomed the Guinean Government’s announcement of a full investigation into Mr. Diaoune’s death and offered his sincere condolences to Mr. Diaoune’s family.