Skip to content

If You Don’t Think Guinean Opposition Has Reason to Exit the Electoral Process, See How Well Fraud Was Built into Waymark Contract (EN-FR)

February 25, 2013

When it comes to Guinean elections there are several truths which need to be stated and should remain constant regardless of whether legislative elections are held this year or two years from now or even later:

1. The presidential election of 2010 was stolen through the collusion of Alpha Conde, the International Organization of the Francophonie OIF), former French foreign minister, Bernard Kouchner, interim Guinean president, Sekouba Konate, CENI member (and later as president) Louceny Camara, and Conde’s RPG party operatives.

2. When you steal an election, you arrive in office without a true mandate to govern. As a result, you spend an inordinate amount of time planning the theft of future elections in order “to build on” a mandate that never existed in the first place.

3. Conde manufactures ethnic divisions which are closely tied to political divisions. For instance, members of the biggest opposition party, the UFDG, are largely of the Peul ethnicity. Conde’s RPG supporters are largely Malinke. Discrimination against Peuls pays off at the ballot box because there are more Peuls in Guinea than Malinkes. Election fraud in Guinea targets Peuls geographically and in every stage of the voting process: from voter registration, to ballot casting and vote counting.

4. The international community, whether it be the Francophonie, the EU or other Western countries, are desperate to protect precious business interests, primarily mining, in Guinea. While diplomats maintain the mantra, “We don’t care who wins,” this is a ridiculous untruth. Who wins IS critical and there are those in the international community who have and will continue to either help to organize the fraud or to overlook it.

Recently, opposition youth demonstrated in front of the office of Philippe Van Dame, the EU’s representative to Guinea, who passed himself off as an expert on election systems. He stated that the Waymark contract did not pose any serious concerns for holding free and transparent elections in Guinea. Van Dame had no such expertise, but he simply made the remarks out of political gall in order to get the opposition to quit complaining. When you read below about the massive fraud built in to the contract, you will see how shameful Van Dame’s attempted hoax is.

Members of the international community will persist in trying to cram fraudulent elections down the throats of Guineans. There can only be one response, “NO!” This must be followed by pointing out the hypocrisy of the international community pressing Africans to vote in elections in which the same conditions would not be tolerated in their own countries.

5. Finally, as long as Conde is in office, he will hold fraudulent elections and the duty of Guinean citizens will be to boycott or stop the elections altogether.

Following is an analysis of OIF’s audit report of the Waymark contract which was given to the Guinean government in mid-November, 2012, reflecting numerous problems. The report was withheld from Guinean political parties and the press until the beginning of February just days before the CENI made its “final choice” of Waymark. As you read through, you will understand immediately why the report was concealed – simply, it is a damning indictment of the system and all those who have anything to do with it.

Unfortunately, neither time nor resources allowed for a thorough translation into English, so a Google Google translation suffice. Following the English version, you will find the article in the original French.

From guineeinformation.fr

A rough essay on the OIF audit report of 16-18 November 2012: Why do we blame the Waymark system

Published on Saturday, 23 February 2013 7:04 p.m.
Written by Barrie K

Reminder of the context

Like many users, I read the final report of the audit of the implementation of the recommendations of the International Organization of the Francophonie (OIF), prepared by their election experts who spent 16 to 18 November in Conakry, 5 months after their first mission June 11 to 17 (after a mission March 22 to April 6, 2012). When you have enjoyed the content, you’ll see why – although you already know – the Chairman of INEC deliberately chose to hide the audit report. So I decided to make a report as educational as possible.

The purpose of this mission was to ensure that the recommendations that were made by the OIF, have been followed up. Obviously the OIF specialists are strictly limited to technical aspects, and do not get involved in the political functioning of the new CENI, which has been widely repeated in the meantime.

As before, the auditors of the OIF discussed the essential aspects of the technical organization of the process, but they specify, and it is important to emphasize, they have not been able to verify the central system which is essential because it is here that the results are centralized. Only Waymark technicians have the password to access the data, but strangely were absent during the audit- we wonder why? – The day of the mission of the OIF??? On the other hand, they do not have access to a number of documents, such as administrative boundaries and the number of CARLE, the contract between INEC and Waymark to supply the system, decisions and circulars relating to the INEC 2012 revision of the voters list.

And the backup process and centralization of data architecture and system component, module procedure consolidation and de-duplication, certain voter information and the balance of polling stations, the module print maps and lists of voters … – All concepts which will be explained below – and especially the data list which was used in the 2010 elections, show that there are serious problems that justify the postponement of the elections, due to potential fraud, so real .

What do we blame the system Waymark? : Reminder of potential fraud

When it is not possible to exclude candidates (Alhassane Ouattara was a time in Côte d’Ivoire, Koffi Yamgnane or Togo), it seeks to exclude voters. Several techniques are possible, and we must recognize that the system favors Waymark fully.

At first, during the identification phase, we refuse the registration or re-registration on the electoral lists of citizens, we think they’re “bad” vote, citing grounds of nationality generally (the famous Somali), patronymic or facies. The idea of introducing new secure identity cards which the MATD (Ministry of the Interior) contractor would do to allow these abuses. We know what happened in Côte d’Ivoire with this system favoring the concept of Ivorian. The system of identity cards was dropped, but only in part, shall we say.

In a second step, we can delay the distribution of new voter cards to opposition, so they can not vote, claiming a technical reason. For example, a limited number of printers (or failure to use excessive) does not print the voter registration cards in time (see below). The same cards can be printed, but only distributed before the election, so that everyone is not served on time.

There is obviously the possibility to open a limited number of polling stations in urban areas known to be favorable to the opposition, causing huge queues and the inability of many voters to vote before the polls close.

All these abuses have been pointed out in previous reports. To try to understand why it is excluded from Waymark keep by sticking to the status quo (except to accept that the results are not sincere), I suggest you review the technical issues still pending at the INEC, and to verify that the dysfunctions are still numerous, and are at different levels, while recalling that if, despite everything, these techniques are not enough, there is the possibility of cheating on the results (this is even the best technique, and more efficient).

Technical problems experienced by the mission

In advance, it should be noted that the tests OIF held in June, 2012, were on only two enrollment kits in Conakry. In November, 2012, the test was done on a single demo kit (that is to say, that only one one was presented to them), which means that they could not choose a kit at random — everybody understands this nuance very well.

This raises another problem, because if we make changes to the kits (and this is necessary in view of what follows), how will it be done? Would it be necessary to bring back all the kits in Conakry, or will technicians do what they want locally and without control? INEC obviously indicates that there are supervisors who will make the changes on the ground, sic … in a week???, the OID would prefer that the kits be returned to Conakry.

At kits and enrollment procedures

Registration of voters and attachment

Experts from OIF found the person responsible for initializing the kit (the one who installs or runs the program for the first time), is supposed to be anonymous (do not have a user name). It is therefore possible at this time to capture voters without anyone knowing who did this manipulation. Similarly, the user of a kit (which registers voters) can have multiple profiles, image sessions on a computer (the same person can be identified by the names and Amadou Mamadou eg ), and the same record can provide for two voters for the president’s side, for example.

Waymark ,the operator, also has the option of linking voters to districts / neighborhoods that are not within the jurisdiction of the Commission for the AdministrativeRrevision of Electoral Rolls (CARLE). Voters can vote multiple times.

Well the same thing on the kit, it is possible to change the neighborhood and the area, which effectively means a voter who would stand in line for two hours to vote on the day, an then might be told that their name is not listed there (in the neighborhood or area). It would probably discourage people lining up to vote because they cannot be sure they are registered. You can imagine that it is the opposition voters who are likely to suffer these inconveniences, as a way to to discourage voters.

Finally, there is no coding to distinguish constituencies and polling stations. Specifically, when a voter has to register, the polling is not registered automatically, but … manually, which allows all the excesses (see above).

The expert concluded – rightly – that everything must be locked, that is to say, to prevent these manipulations (and obviously on all kits! – See above).

Electoral roll

A database has been installed on the demo kit (and other kits?), But if alphanumeric data has been loaded manually (ie, without taking into account biometric data), the expert does not indicate that they are those of 2010. In other words, we could identify new constituents on this database, but it would not be possible to identify them.

It should be recalled that in the previous audit, there was a difference of 142,198 voters, or about 4% of the electorate, which is the gap between the two candidates in the second round of the 2010 presidential election — around 100,000 votes. This brings to mind statements of the opposition, citing an inscription of 500,000 new voters, primarily in Upper Guinea, accomplished through these maneuvers.

At the back

Data transfers are performed by USB, but traceability is not possible, and if missing data in Kankan for example, appears in central Conakry, we can not understand how they got there. Those identified in Mamou for example, are then stored on a USB key, which are transmitted to the regional coordinator supervisor, and from this to the central site, before being subsequently recorded on the central file Conakry. One can imagine keys can be lost en route between the kit and the Mamou central site, which will vote less. The same officially and legally registered voters, can disappear when not transferring data. On monitoring sheets (paper) existing you can write what you want without it corresponds to reality, that is to say, the actual existence of data on the central server.

At the central file

No possibility of verification by experts

As previously indicated, the OIF listeners were unable to verify the central system, which is nevertheless essential because it is here that the results are centralized, and a computer program – therefore not visible – can become embedded between the retrieval election (voting, for example) and display (and / or printing of results). It is therefore possible to falsify the results easily.

By phone – this is how the experts “verified” the central system (you must take cash for simple declarations) – alphanumeric data are accessed and modified at the central site, which is a scandal, because it is possible to change (creation of false voters unaccounted for example, and removal of real voters supposed to favor the opposition). Although there is a possibility to check everything was done on the server, but the other hand, only the administrator has access to the site, and secondly, it can erase all the traces. The central server administrator has the ability to do whatever he wants … with impunity.

For example, the correction system potential duplicates files between 2010 and 2012 that could not be verified due to the non existence of the file 2010 (or not check) on the central file. The “matching” declared after the transfer (not verified) biometric Sagem 2010 could not be verified. All potential fraud upstream, including duplicates, therefore can not be corrected.

Concretely, at the kit level, you can register eg 200 Mamadou Diallo throughout Guinea, and keep one at the server level in Conakry due to duplicate …!

In contrast, a Sékou Traoré recorded multiple times (assuming it is the same person) can pass through the cracks. Indeed, the data of voters being modified, you can not manually change the mother, for two different constituents, attached to two different offices, so there is really only one Sékou Traoré departure.

Backup system

IOF have established in June, there was not even a backup server in case of disaster or serious incident at the central site (fire or water damage, for example). Or in this case, the file is unusable and must be restored from USB sticks. Which, the original ones or others? Nothing is said in this new report.

CENI announced that although systems Sagem Waymark and were not compatible, Waymark still managed to extract the biometric data of the file Sagem 2010 system, for transfer to the system. As was done in secret, without control, and it was not then possible to perform many checks, you can not possibly trust this file.

Printing at polling stations

Concerning the printing of lists and voter cards, there are flaws, including the fact that if a voter has multiple voter cards, we can not verify or prove that it is fraudulently registered. Traceability of voter cards is not actually guaranteed, authentic cards may leave the buildings at the central site (the image of PV in 2010).

Similarly, the number of printers is not enough, for there are only two per kit (?), Which are also operational in working 20 hours per day over 18 days, to print all documents provided. Obviously if there is a fault with the lack of spare parts or spare printer, documents (including voter registration cards) will not be printed. We can provide more printers in the strongholds of the RPG, but not in the UFDG, which makes us easily imagine, what voters may not have documents on the day J.

In this case many voters will not have their voter cards printed (and therefore can not vote), although they are recorded (see above). The presence of a single operator for the whole country when printing is not sufficient.

Expert recommendations

Experts conclude by saying that INEC should be responsible and not let the operator do what he wants, as he wants and when he wants. For example, it should be possible to test a kit by registering a voter file Sagem (so technically already registered) to see what happens, the enrollment kit to the central server (through all the intermediate stages). This was not possible and casts doubt (to put it politely) on the system.

As it stands, the system has been specially designed to make fraud and RPG can win future elections in Guinea (including presidential 2015), and directly from the polls, if this system were maintained. Without the same conclusions, the OIF notes once again the numerous dysfunctions (that generate potential fraud).

Indeed, if we summarize the Waymark system, there is potential fraud that exists at the time of enrollment, so the actual registration, the preparation of voter cards, data storage on kits , transport data via USB drive, backup to the central database, the development of lists in polling stations, printing of electoral rolls, short at all levels ….

Conclusion

As already mentioned earlier, it is clear from the audit that the opposition should require outright termination of contracts, and Sabari Technology, INEC can not subcontract its work to an inexperienced individual , and Waymark ( whose contract is also found), it does not have the sufficient guarantees of organization of credible and transparent elections, based on internationally accepted norms and standards for the revision of the electoral register.

It must therefore request the initiation of an international tender (or the opening of a limited consultation) for quick selection of a new operator, on the basis of qualification, experience and neutrality.

Of course all this would take us back in time, and might – they say – to lose almost a quarter billion € tenth EDF. These are excuses, Guinea with nearly a billion dollars (already mentioned several times), without Guineans do not see color. They are members of the ruling clan, who risk losing this windfall, but not the population.

In addition, Alpha Conde wants to win the elections at all costs, not having to repay the $ 700 million, the final destination is still unclear, hence its willingness to ratify the presidential decree, by an Assembly National under his boot, the same type as the current CNT.

We understand why the president of the CENI wanted to hide this information because they clearly indicate that fraud is possible at different levels, and that previous recommendations have not been taken into account. Many manipulations are verifiable after the data transfer Sagem Waymark.

If you had to remember one thing previous comments is that OIF was found that some of its recommendations were not acted upon, and especially the most important controls, including the reliability of the electoral list, could not be done after the data transfer of the Sagem system Waymark (transfer pending at the time of the mission, the INEC had said, without knowing how it is elsewhere, the OIF has yet offered to help). Control has not been done – it is also not set, then the OIF specifies that adjustments should be made ​​on all kits returned to Conakry before their redeployment across the country – therefore the opposition is based to fight by all means to prevent the last stage of installing a dictatorship in preparation, namely via a truncated election – a fraudulent electoral system.

Gandhi, a Guinean citizen

“In every free state, every citizen is a sentinel of liberty must shout at the slightest sound, the slightest appearance of danger which threatens” (Robespierre, Speech Freedom of the Press, May 1791).

From guinéeinformation.fr

Essai de vulgarisation du rapport d’audit OIF des 16-18 Novembre 2012 : Que reproche t-on au système Waymark ? : rappel des fraudes potentielles

Published on Saturday, 23 February 2013 19:04
Written by Barrie K

Rappel du contexte

Comme beaucoup d’internautes, j’ai lu le rapport final de la mission de vérification de la mise en œuvre des recommandations de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), élaboré par leurs experts électoraux, qui ont séjourné du 16 au 18 Novembre à Conakry, soit 5 mois après leur première mission du 11 au 17 Juin (mission faisant suite à celle du Pnud du 22 Mars au 6 Avril 2012). Lorsque vous en aurez apprécié le contenu, vous verrez pourquoi – bien que vous le sachiez déjà -, pourquoi le président de la CENI a sciemment choisi de le cacher. J’ai donc décidé d’en faire un compte-rendu le plus pédagogique possible.

Le but de cette mission était de vérifier si les recommandations, que l’OIF avait faites alors, ont bien été suivies d’effets. Évidemment ces spécialistes se sont strictement limités aux aspects techniques, et ne se sont pas immiscés dans le fonctionnement politique de la nouvelle CENI, qui a été très largement renouvelée entre-temps.

Comme précédemment, les auditeurs de l’OIF ont abordé l’essentiel des aspects liés à l’organisation technique du processus, mais ils précisent, et cela est important de le souligner, qu’ils n’ont pas pu vérifier le système central, qui est pourtant l’essentiel, parce que c’est ici que sont centralisés les résultats. Seuls les techniciens de Waymark disposent du mot de passe permettant d’accéder aux données, mais bizarrement étaient absents – on se demande bien pourquoi ? – le jour de la mission de l’OIF ??? D’autre part, ils n’ont pas eu accès à un certain nombre de documents, tels le découpage administratif et le nombre de CARLE, le contrat entre la CENI et Waymark pour la fourniture du système, les décisions et circulaires de la CENI relatives à la révision 2012 de la liste électorale.

Ainsi la procédure de sauvegarde et de centralisation des données, l’architecture et la composante du système, le module de procédure de consolidation et de dé-doublonnage, l’affection des électeurs et l’équilibre des bureaux de vote, le module d’impression des cartes et des listes d’électeurs… – toutes notions qui seront explicitées ci-après -, et surtout les données de la liste ayant servi aux élections de 2010, montrent qu’il existe encore de sérieux problèmes, qui justifient le report des élections, pour cause de fraudes potentielles, donc réelles.

Que reproche t-on au système Waymark ? : rappel des fraudes potentielles

Lorsqu’il n’est pas possible d’écarter des candidats (comme Alhassane Ouattara le fut un temps en Côte d’Ivoire, ou Koffi Yamgnane au Togo), on s’emploie à exclure les électeurs. Plusieurs techniques sont possibles, et il faut bien reconnaître que le système Waymark les favorise à plein.

Dans un premier temps, lors de la phase d’identification, on refuse l’inscription ou la réinscription sur les listes électorales de citoyens, dont on pense qu’ils vont « mal » voter, en invoquant généralement un motif de nationalité (les fameux Somaliens), de patronyme ou de faciès. L’idée d’introduire de nouvelles cartes d’identité sécurisées où le MATD serait maître d’œuvre, permettrait ces dérives. On sait ce qu’il est advenu en Côte d’Ivoire avec ce système privilégiant la notion d’ivoirité. Le système de cartes d’identité a été abandonné, mais en partie seulement, devrions-nous dire.

Dans un deuxième temps, on peut retarder la distribution des nouvelles cartes d’électeurs aux opposants, de manière à ce qu’ils ne puissent pas voter, en faisant valoir un motif technique. Par exemple un nombre d’imprimantes limité (ou en panne pour utilisation excessive) ne permet pas d’imprimer les cartes d’électeurs dans les délais (voir ci-après). De même les cartes peuvent être imprimées, mais distribuées seulement la veille des élections, de sorte que tout le monde n’est pas servi à temps.

Il existe évidemment la possibilité de n’ouvrir qu’un nombre limité de bureaux de vote dans les zones urbaines acquises à l’opposition, provoquant ainsi des files d’attente considérables et l’impossibilité pour un grand nombre d’électeurs de voter avant la fermeture du scrutin.

Toutes ces dérives ont été pointées dans les rapports précédents. Pour essayer de comprendre pourquoi il est exclu de conserver Waymark en s’en tenant au statut quo (sauf à accepter que les résultats ne soient pas sincères), je vous propose de commenter les problèmes techniques toujours pendants à la CENI, et ainsi vérifier que les dysfonctionnements constatés sont toujours nombreux, et se situent à plusieurs niveaux, tout en rappelant que si, malgré tout, ces techniques ne suffisent pas, il reste la possibilité de tricher sur les résultats (c’est même la meilleure des techniques, car la plus efficace).

Les problèmes techniques confirmés par cette mission

En préalable, il faut noter que les tests de l’OIF n’avaient eu lieu précédemment en Juin, que sur deux seuls kits d’enrôlement à Conakry. Cette fois ils n’ont eu lieu que sur un seul kit de démonstration (c’est-à-dire seulement sur celui qui leur a été présenté), ce qui signifie qu’ils n’ont pas pu choisir un kit au hasard, tout le monde comprenant bien la nuance.

Cela pose un autre problème, puisque s’il faut faire des modifications sur les kits (et cela est nécessaire au vu de ce qui suit), comment fera t-on pour le faire ? Faudra t-il ramener tous les kits à Conakry, ou faudra t-il envoyer des techniciens, qui iront faire ce qu’ils veulent localement et sans contrôle ? Évidemment la CENI indique que ce sont les superviseurs qui feront les modifications sur le terrain, sic… en une semaine ???, l’OIF préférant le retour des kits à Conakry.

Au niveau des kits et des procédures d’enrôlement

Enregistrement et rattachement des électeurs

Les experts de l’OIF constatent que la personne chargée d’initialiser le kit (celui qui installe ou qui lance le programme pour la première fois), reste anonyme (ne possédant pas de nom d’utilisateur). Il est donc possible à ce moment, de saisir des électeurs, sans que l’on ne sache qui a fait cette manipulation. De même l’utilisateur d’un kit (celui qui enregistre les électeurs), peut disposer de plusieurs profils, à l’image des sessions sur un ordinateur (la même personne peut être identifiée sous les noms de Mamadou et d’Amadou par exemple), et enregistrer deux fois les mêmes électeurs de la mouvance par exemple).

L’opérateur Waymark a également la possibilité de rattacher des électeurs à des districts/quartiers qui ne sont pas du ressort de la Commission administrative de révision des listes électorales (CARLE). Des électeurs peuvent donc voter plusieurs fois.

De même par la même manipulation sur le kit, il est possible de modifier le quartier et le secteur, ce qui signifie concrètement qu’un électeur qui ferait la queue pendant 2 heures pour voter le jour J, peut se voir dire ensuite qu’il n’est pas inscrit ici (dans le quartier ou le secteur). Il se découragera sans doute à refaire la queue une nouvelle fois, sans être sûr d’être inscrit à l’endroit où il patiente de longues heures. On imagine bien que ce sont les électeurs de l’opposition qui risquent fort de subir ces désagréments, en vue de se décourager à voter.

Enfin, il n’existe pas de codification permettant de distinguer les circonscriptions et les bureaux de vote. Concrètement, lorsqu’un électeur vient s’enregistrer, le bureau de vote n’est pas inscrit automatiquement, mais… manuellement, ce qui permet toutes les dérives (voir ci-dessus).

L’expert conclut – à juste titre – qu’il faut tout verrouiller, c’est-à-dire empêcher ces manipulations (et évidemment sur tous les kits !!! – voir précédemment).

Liste électorale

Une base de données a bien été installée sur le kit de démonstration (et les autres kits ?), mais si des données alphanumériques ont bien été chargées manuellement sur celui-ci (donc sans prendre en compte les données biométriques), l’expert n’indique pas que ce sont celles de 2010. Autrement dit, on a pu recenser de nouveaux électeurs sur cette base de données, sans qu’il soit possible de les identifier.

On se rappelle que lors de l’audit précédent, il existait une différence de 142 198

électeurs, soit environ 4% du corps électoral, l’écart entre les deux candidats du deuxième tour avoisinant les 100 000 voix. Il faut donc rapprocher certaines déclarations de l’opposition, faisant état d’une inscription de 500 000 nouveaux électeurs, principalement en Haute Guinée, de ces manœuvres.

Au niveau de la sauvegarde

Les transferts de données s’effectuent par clé USB, mais la traçabilité n’est pas possible, et si des données absentes à Kankan par exemple, apparaissent au niveau central à Conakry, on ne pourra pas comprendre comment elles sont arrivées là. De même ceux qui sont recensés à Mamou par exemple, sont ensuite sauvegardés sur une simple clé USB, qui transitera du superviseur au coordinateur régional, puis de ce dernier vers le site central, avant d’être ensuite enregistrés sur le fichier central à Conakry. On image que des clés peuvent se perdre en route, entre le kit de Mamou et le site central, ce qui fera des voix en moins. De même des électeurs officiellement et légalement recensés, peuvent disparaître en cas de non transfert des données. Sur le suivi de fiches (papier) existant, on peut écrire ce que l’on veut sans que cela corresponde à la réalité, c’est-à-dire l’existence réelle des données sur le serveur central.

Au niveau du fichier central

Pas de possibilité de vérification par les experts

Comme indiqué précédemment, les auditeurs de l’OIF n’ont pas pu vérifier le système central, qui est pourtant l’essentiel, parce que c’est ici que sont centralisés les résultats, et qu’un programme informatique – donc non visible – peut s’incruster entre la récupération des données électorales (les votes par exemple) et l’affichage (et/ou l’impression des résultats). Il est donc possible de falsifier aisément les résultats.

Par téléphone – c’est ainsi que les experts ont « vérifié » le système central (on doit donc prendre pour argent comptant de simples déclarations) -, les données alphanumériques restent accessibles et modifiables sur le site central, ce qui est un scandale, car il est possible de les modifier (création de faux électeurs non recensés par exemple, et suppression de vrais électeurs supposés favorables à l’opposition). Certes il existe une possibilité de vérifier tout ce qui a été fait sur le serveur, mais d’une part, seul l’administrateur du site y a accès, et d’autre part, il a la possibilité d’effacer toutes ces traces. Autrement dit l’administrateur du serveur central a la possibilité d’y faire ce qu’il veut… en toute impunité.

Par exemple, le système de correction des doublons potentiels entre les fichiers de 2010 et celui de 2012 n’a pas pu être vérifié, du fait de la non existence du fichier 2010 (ou la non vérification) sur le fichier central. Le « matching » après le transfert déclaré (mais non vérifié) des données biométriques 2010 de la Sagem n’a pu être vérifiée. Toutes les fraudes potentielles en amont, et notamment les doublons, ne pourront donc pas être corrigées.

Concrètement au niveau des kits, on peut enregistrer par exemple 200 Mamadou Diallo dans toute la Guinée, et n’en garder qu’un seul au niveau du serveur de Conakry, pour cause de … doublon !!!

A l’inverse, un Sékou Traoré enregistré plusieurs fois (en considérant qu’il s’agit de la même personne) pourra passer au travers des mailles du filet. En effet les données des électeurs étant modifiables, on peut modifier manuellement le non de sa mère, pour obtenir deux électeurs différents, rattachés à deux bureaux différents, alors qu’il n’existe en réalité qu’un seul Sékou Traoré au départ.

Système de sauvegarde

L’OIF ayant constaté en Juin, qu’il n’existait même pas un serveur de sauvegarde en cas de sinistre ou d’incident grave sur le site central (incendie ou dégât des eaux par exemple). Or dans cette hypothèse, le fichier sera inutilisable et on devra le restaurer à partir des clés USB. Lesquelles, celles originales ou d’autres ? Rien n’est dit dans ce nouveau rapport.

La CENI a annoncé, que bien que les systèmes Sagem et Waymark n’étaient pas compatibles, Waymark a quand même réussi à extraire les données biométriques du fichier 2010 du système Sagem, pour les transférer vers son système. Comme cela s’est fait en catimini, sans contrôle, et qu’il n’a pas été possible ensuite d’effectuer de nombreuses vérifications, on ne peut décemment pas faire confiance à ce fichier.

L’impression au niveau des bureaux de vote

Concernant l’impression des listes et des cartes d’électeur, on constate des imperfections, et notamment le fait que si un électeur possède plusieurs cartes d’électeur, on ne peut ni vérifier, ni prouver qu’il est frauduleusement enregistré. La traçabilité des cartes d’électeur n’est en effet pas assurée, des cartes authentiques pouvant sortir des bâtiments du site central (à l’image des PV en 2010).

De même le nombre d’imprimantes n’est pas suffisant, car il n’en n’existe que deux par kit (?), qui ne sont d’ailleurs opérationnelles qu’en travaillant 20 heures par jour sur 18 jours, afin d’imprimer tous les documents prévus. Évidemment s’il existe une panne, avec l’absence de pièces de rechange ou d’imprimantes de secours, les documents (dont les cartes d’électeurs) ne seront pas imprimés. On peut donc prévoir davantage d’imprimantes dans les fiefs du RPG, mais pas dans ceux de l’UFDG, ce qui nous fait imaginer aisément, quels sont les électeurs susceptibles de ne pas disposer de documents le jour J.

Dans ce cas de nombreux électeurs n’auront pas leur carte d’électeur imprimée (et ne pourront donc pas voter), bien qu’ils soient enregistrés (voir ci-dessus). La présence d’un seul technicien pour tout le pays lors de l’impression n’est pas suffisante.

Les recommandations des experts

Les experts concluent en disant que la CENI doit être responsable et ne pas laisser l’opérateur faire ce qu’il veut, comme il veut et quand il veut. Par exemple, il devrait être possible de tester un kit en enregistrant un électeur du fichier Sagem (donc techniquement déjà enregistré) pour vérifier ce qui se passe, du kit d’enrôlement au serveur central (en passant par toutes les étapes intermédiaires). Ce qui n’a pas été possible et jette le doute (pour parler poliment) sur le système.

En l’état, le système a été spécialement conçu pour rendre la fraude et la victoire du RPG possible aux futures élections en Guinée (y compris les présidentielles de 2015), et directement à partir des urnes, si ce système était maintenu. Sans tirer les mêmes conclusions, l’OIF constate une nouvelle fois les nombreux dysfonctionnements (susceptibles de générer ces fraudes potentielles).

En effet, si l’on résume le système Waymark, on constate que les fraudes potentielles existent au moment de l’enrôlement, donc de l’inscription proprement dite ; de la confection des cartes d’électeurs, du stockage des données sur les kits, du transport des données via la clé USB, de la sauvegarde sur le fichier central, de l’élaboration des listes dans les bureaux de vote, de l’impression des listes électorales, bref à tous les niveaux….

Conclusion

Comme déjà indiqué antérieurement, il ressort de cet audit que l’opposition doit exiger la résiliation pure et simple des contrats, et avec Sabari Technology, la CENI ne pouvant pas sous-traiter son travail à un individu inexpérimenté et partisan, et avec Waymark (dont le contrat est d’ailleurs introuvable), celle-ci ne présentant pas les garanties suffisantes d’organisation d’élections crédibles et transparentes, à partir de normes et standards internationalement admis en matière de révision de fichier électoral.

Elle doit donc demander le lancement d’un appel d’offres international (ou l’ouverture d’une consultation restreinte) pour le choix rapide d’un nouvel opérateur, sur la base de critères de compétence, d’expérience et de neutralité.

Évidemment tout ceci nous emmènerait loin dans le temps, et serait susceptible – dit-on – de faire perdre près d’un quart de milliard d’€ du dixième FED. Ce sont de fausses excuses, la Guinée disposant de près d’un milliard de $ (déjà évoqué plusieurs fois), sans que les Guinéens n’en voient la couleur. Ce sont les membres du clan au pouvoir, qui risqueraient de perdre cette manne, mais pas la population.

En outre, Alpha Condé tient à remporter coûte que coûte les élections législatives, pour ne pas avoir à rembourser les 700 millions de $, dont la destination finale est toujours floue, d’où sa volonté de faire ratifier son décret présidentiel, par une Assemblée Nationale à sa botte, de même type que le CNT actuel.

On comprend mieux pourquoi le président de la CENI a voulu cacher ces informations, car elles indiquent clairement que des fraudes sont possibles à différents niveaux, et que les recommandations faites précédemment n’ont pas été prises en compte. De nombreuses manipulations ne sont vérifiables qu’après le transfert des données de Sagem sur Waymark.

Si vous ne deviez retenir qu’une seule chose des commentaires précédents, c’est que l’OIF a constaté que certaines de ses recommandations n’avaient pas été suivies d’effets, et surtout que les contrôles les plus importants, et notamment la fiabilité de la liste électorale, ne pouvaient se faire qu’après le transfert des données de Sagem sur le système Waymark (transfert en cours au moment de la mission, dixit la CENI, sans que l’on ne sache comment d’ailleurs, l’OIF ayant pourtant proposé son aide). Le contrôle n’ayant pas été fait – il n’est d’ailleurs pas programmé, alors que l’OIF précise que les correctifs doivent être réalisés sur tous les kits rapatriés à Conakry, avant leur redéploiement dans tout le pays -, dès lors l’opposition est fondée à se battre par tous les moyens pour empêcher d’installer le dernier stade d’une dictature en préparation, à savoir des élections tronquées via un système électoral frauduleux.

Gandhi, citoyen guinéen

« Dans tout État libre, chaque citoyen est une sentinelle de la liberté qui doit crier, au moindre bruit, à la moindre apparence du danger qui la menace » (Robespierre, Discours sur la liberté de la presse, Mai 1791).

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s